Soutenance de thèse : F. Gillon, “L’ismaélisme en formation, Traduction commentée du Kitāb al-Kašf (“Livre du Dévoilement”), attribué à Ǧaʿfar b. Manṣūr al-Yaman (m.957)”, Paris, 06/12/2017

Nous avons le plaisir de vous inviter à la soutenance de thèse de Fârès Gillon intitulée

L’ismaélisme en formation, Traduction commentée du Kitāb al-Kašf (“Livre du Dévoilement”), attribué à Ǧaʿfar b. Manṣūr al-Yaman (m.957)

menée sous la direction de M. Mohammad Ali AMIR-MOEZZI et M. Daniel DE SMET

devant un jury composé de :

M. Mohammad Ali AMIR-MOEZZI

Mme Carmela BAFFIONI

M. Michel BOIVIN (Rapporteur)

M. Daniel DE SMET

M. Thierry ZARCONE (Rapporteur)

La soutenance aura lieu le 6 décembre 2017 à 9h30 et se tiendra à la Maison des Sciences de l’Homme, 54 boulevard Raspail, 75006 PARIS, salle 1.

Elle sera suivie d’un buffet auquel vous êtes cordialement convié. Merci de confirmer votre présence à cette adresse : fares.gillon@gmail.com

Résumé

Le Kitāb al-Kašf est un recueil de six traités ismaéliens qui témoigne d’une époque charnière de l’ismaélisme : celle qui vit la fondation du califat fâtimide au terme d’une mission de propagande clandestine de plusieurs décennies. L’ouvrage constitue donc un document rare sur l’ismaélisme des premières années du califat fâtimide, mais également sur celui des dernières années de la période pré-fâtimide. L’étude de ses doctrines et exégèses démontre qu’il est intellectuellement à la croisée de différents courants chiites. Il est à la fois tributaire du chiisme ancien au sens large, dont il conserve les codes et l’historiographie des débuts de l’islam. La position spirituelle et politique de ʿAlī ibn Abī Ṭālib est notamment étendue à l’Imâm fâtimide, tandis que les ennemis de ce dernier sont assimilés à ceux de ʿAlī. Le Kitāb al-Kašf provient également du chiisme « exagérateur » des ġulāt. Dans la mesure où ce dernier fut adopté par le nusayrisme, cela explique les parallèles que l’on peut établir entre la littérature nusayrite et le Kitāb al-Kašf. Surtout, le recueil illustre l’adaptation de données anciennes à un nouveau contexte politique : après la fondation du califat fâtimide, la doctrine ismaélienne eschatologique fut modifiée en vue de légitimer un pouvoir dynastique, ce qui entraîna une modération et un rejet des thèses caractéristiques du chiisme « extrémiste ».

Abstract

The Kitāb al-Kašf is a collection of six ismaili treatises which testifies of a transitional period of Ismailism, one that witnessed the foundation of the Fatimid caliphate as a result of a several decades clandestine propaganda mission. The book is a rare document on the early Fatimid Ismailism, as well as the last years of the pre-Fatimid Ismailism. The study of its doctrines and exegesis demonstrates that it is intellectually at the crossroad of different shii branches. It builds on ancient shiism in the broad sense, of which it conserves the codes and the historiography of early Islam : particularly, ʿAlī ibn Abī Ṭālib’s spiritual and political position is extended to the Fatimid Imam’s, while the latter’s enemies are identified with ʿAlī’s. The Kitāb al-Kašf also derives from the “exaggerating” shiism of the ġulāt : as the latter was adopted by Nusayrism, this explains the parallels between the nusayri literature and the Kitāb al-Kašf. Most importantly, the collection illustrates the adjustment of ancient data to match the new political context : after the foundation of the Fatimid caliphate, the pre-Fatimid ismaili eschatological doctrine was altered in order to legitimate a dynastic power, which led to a moderation and rejection of the “extremist” shii features.

 


Sterenn Le Maguer-Gillon

Archéologue, titulaire d'un doctorat (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.