Les Croisades et l’art de la guerre, 22 juin 2012 (Cultures d’Islam, France Culture)

zouache Par l’analyse du plus large corpus arabe et latin, en plus des études historiques dans les langues européennes accumulées depuis le XIXe siècle, Abbès Zouache enrichit la comparaison entre les techniques et les méthodes de guerre des croisés et des musulmans lors de leurs affrontements en Terre Sainte.
Il est question de l’usage et du rôle du cheval dans les deux camps, lourd et puissant, destiné à la charge frontale chez les Francs, léger et rapide, performant dans la tactique du flux et du reflux au sein des troupes arabes, kurdes et turques.
La figure du chevalier apparaît aussi chez les uns et les autres, plutôt lancier comme Franc, archer en tant que Turc. S’y ajoute le partage d’un code d’honneur ressemblant sans pour autant aboutir en milieu musulman à l’émergence d’une aristocratie d’épée doublée d’une vocation mystique comme chez les Templiers.
Sont aussi comparées les industries et les techniques productrices de machines de guerre utilisées pendant les sièges. Il s’avère aussi que les différences qui se manifestent entre les deux armées dans l’art de la guerre fascinent et sont imitées.
Au départ la supériorité militaire était du côté des Francs ; cependant, avec la dynastie turque des Zengides parvenue au pouvoir à Damas près d’une soixantaine d’années après la prise de Jérusalem (1098), l’avantage changera de camp et la puissance armée ira en grandissant parmi les troupes musulmanes de Zengi à Saladin en passant par Noredin.

Invité :

Abbès Zouache, historien, université Lumière Lyon, CNRS

Bibliographie :

Abbès Zouache, Armées et combats en Syrie (491/1098-569/1174). Analyse comparée des chroniques médiévales latines et arabes, Institut Français du Proche-Orient, IFPO, Damas, 2008

Dès leur arrivée en Syrie, les Francs firent preuve d’une adaptabilité multiforme. Ils intégrèrent des éléments locaux dans leurs armées, palliant ainsi leurs difficultés démographiques, même s’il faut revenir sur l’idée d’une supériorité musulmane systématique. Les armées musulmanes souffrirent longtemps d’un déficit de commandement et ne devinrent cohésives, disciplinées et correctement équipées qu’à partir de Zankî. La guerre, très présente, s’était alors déjà réglée, au moins en partie. Les coups de main rapides et la guerre de siège constituaient la majorité des affrontements. Les Francs comblèrent leur retard en matière de poliorcétique. Sur les champs de bataille, servis par un un équipement lourd de qualité, leurs cavaliers perfectionnèrent leur charge massive et leur technique de la charge lance couchée ; les cavaliers turcs, polyvalents, y répondirent par une discipline et une mobilité plus grandes encore. – Présentation de l’éditeur –
(date de publication : 21 août 2008)

Fichier mp3 :

Croisades et art de la guerre.mp3 (MP3 Format Sound, 54.6 Mo)


Infos: https://www.franceculture.fr/emission-cultures-d-islam-les-croisades-et-l-art-de-la-guerre-2012-06-22

Alice KADRI

Agrégée d'Espagnol et docteur en Histoire médiévale à l'Université de Nantes, elle travaille sur les mudéjars/morisques et la littérature aljamiada (Espagne, XV-XVIe s.).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search