Soutenance : B. Dayoub, « L’expansion urbaine de Damas extra muros depuis l’époque seldjukide jusqu’à la fin de l’époque mamelouke : l’exemple du quartier d’al-Mīdān », Paris, INHA, 21/11/2016.

Nous avons de le plaisir de vous annoncer la soutenance de thèse de Bassam Dayoub, doctorant en Archéologie islamique sous la direction du Pr. A. Norhedge.

Il soutiendra sa thèse de doctorat intitulée :

L’expansion urbaine de Damas extra muros depuis l’époque seldjukide jusqu’à la fin de l’époque mamelouke : l’exemple du quartier d’al-Mīdān

Elle se déroulera le mardi 21 novembre 2016 à 9 h
à la salle Nicolas-Claude-Fabri-de-Pereisc à l’INHA, rez de
chaussée
Accès :
6, rue des Petits Champs 75002 Paris
2, rue Vivienne 75002 Pa ris
Métro : ligne 3 : Bourse- ligne 7, 14 : Pyramides- ligne 1 : Palais royal/Musée du Louvre

Jury :
Madame Randi Deguilhem, directrice de recherche, CNRS.
Monsieur Alastair Northedge, professeur, Université de Paris I.
Monsieur Jean-Michel Mouton, professeur, École Pratique des Hautes Études.
Madame Brigitte Marino, chargée de recherche, CNRS.
Madame Dorothée Sack, professeur émérite, Techniche Unviversität, Berlin.

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes également conviés

Résumé
Le quartier d’al-Mīdān est un exemple judicieux pour présenter l’histoire et le développement de l’expansion urbaine extra-muros de la ville de Damas. En effet, son expansion s’est poursuivie sans interruption au fil des siècles. Longeant la Rue principale vers la Terre Sainte, l’Égypte et la Palestine, ce quartier a été divisé en trois parties (Nord, Centre et Sud) afin d’en faciliter son étude.
Le quartier s’est développé à partir des villages des premières tribus arabes installées aux alentours de la muraille (VIIe et VIIIe siècle). La partie Nord a été le premier secteur du quartier à connaître un vrai essor dans son urbanisation jusqu’à l’époque ayyoubide (570-658/1174-1260) où le Muṣallā a été transformé en mosquée (en 606/1211) et où la partie centrale a connu un noyau d’urbanisation.
A l’époque Mamelouke (658-923/1258-1516), le village al-Qubaybāt est apparu dans le Sud avec sa mosquée, la Mosquée al-Karīmī (en 718/1318). Par la suite , la Mosquée de Manjak a été érigée (avant 826/1423) dans le secteur Central qui a intégré la partie Nord. Suite à cela, al-Qubaybāt a perdu son indépendance en intégrant l’unité spatiale du quartier avant l’arrivé des ottomans (en 923/1516).
L’étude architecturale de l’ensemble des monuments du quartier d’al-Mīdān révèle une identité spécifique avec, d’une part, l’absence totale de madrasa et, d’autre part, la présence de mausolées mamelouks à deux coupoles. Par ailleurs, le quartier présente le seul exemple dans l’architecture damascène d’un édifice proche du type « sabīl- maq‘ad » , bien connu au Caire d’époque mamelouke.
Les sources historiques et les documents écrits des archives fournissent des listes importantes de monuments du quartier disparus de nos jours. Cela s’ajoute à la liste issue des travaux sur le terrain et permet d’avoir une vue plus complète sur l’histoire de l’urbanisation du quartier.
La société a été composée de plusieurs classes: les notables (al-Kubarā ou al-A‘yān) qui ont collaboré avec les militaires pour contrôler les peuple (al-‘Āmma), sans oublier les grand commençants et les milices locales appelées « al-Zu‘ur ».
Le pouvoir était représenté par un wālī, qui avait la responsabilité de le contrôler, d’y maintenir l’ordre et de collecter les impôts. Ce dernier était soutenu dans sa mission par deux autres personnages : le Shaykh al-ḥāra, qui en général était choisi par le pouvoir parmi les élites ou les personnes puissantes du quartier, et le ‘Arīf al-ḥāra , qui était un des chefs des milices locales « al-Zu‘ur ».


Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *