Séminaire « Jeux & fêtes en Méditerranée : Cérémonies au palais »_Aix-en-Provence, 7 mars 2016

Séminaire « Économie, société et culture » : Jeux et fêtes en Méditerranée médiévale (2015-2016)

Cérémonies au palais

lundi 7 mars 2016, 14h-17h

MMSH (salle Georges Duby), Aix en Provence

 

Organisation : Elisabeth Malamut, Mohamed Ouerfelli et Jean-Baptiste Delzant

 

2016_03_07 — Seminaire Jeux & Fetes

Programme :

Élisabeth Malamut (Université d’Aix-Marseille ; LA3M – UMR 7298) : Manger, boire et danser au palais à Constantinople (IXe-XIIIe siècle)

Manger, boire et même danser au palais répondent à un cérémonial particulier, celui des banquets qui sont particulièrement bien connus pour l’époque médiobyzantine, notamment au xe siècle et dont nous tenterons de suivre l’évolution jusqu’au xiiie siècle. Nous examinerons dans une première partie la finalité des banquets et leur message politique ; dans une seconde partie les circonstances, le déroulement et le contenu des banquets : les salles de banquets et leur spécificité, La Table et la vaisselle, les protocoles des repas avec musique et acclamations, les jeux, les mimes, la danse ; dans une troisième partie, la face cachée des banquets : la mixité hommes-femmes, l’obscénité et les beuveries, la déconstruction.

 

Malika Dekkiche (Université d’Anvers ; Power in History. Centre for Political History) : Réceptions d’ambassadeurs et cérémonies chez les sultans mamelouks au XVe siècle

Pendant plus de deux cent cinquante ans, le sultanat mamelouk d’Égypte et de Syrie a occupé une place de choix sur la scène internationale. Son rôle en tant que sauveur de l’Islam, gardien des Lieux Saints, patron des arts et du savoir, ainsi que sa position stratégique aux carrefours des routes commerciales en firent un interlocuteur incontournable pour de nombreux souverains, musulmans aussi bien que chrétiens ou mongols. En effet, les chroniques rapportent au jour le jour l’arrivée et la réception d’ambassades étrangères dans la capitale, au Caire.

Cette présentation se concentrera sur l’analyse des réceptions d’ambassades timourides au Caire. Nous possédons pour ce cas d’étude un nombre considérable et varié de sources qui attestent et décrivent ces réceptions. Nous nous attarderons plus particulièrement sur l’évolution des cérémonies au cours des cinquante années d’échanges diplomatiques entre les sultans mamelouks et les souverains timourides, et nous tenterons d’analyser la façon dont le protocole diplomatique durant les réceptions illustrait l’état des relations entre ces États.

 

David Bramoullé (Université Toulouse-Jean-Jaurès ; FRAMESPA – UMR 5136) : Paraître devant le calife : cérémonial et réceptions palatiales dans le califat fatimide

 Dans la compétition idéologique qui opposa les califes fatimides (909-1171) à leurs concurrents omeyyades et abbassides, les Fatimides cherchèrent à se démarquer par tous les moyens possibles. Il s’agissait notamment de manifester par la richesse et le faste de la cour la supériorité des imams-califes ismaéliens et de leurs prétentions hégémoniques sur celles des califes sunnites de Cordoue et de Bagdad. Les sources témoignent combien les Fatimides surent utiliser, peut-être mieux que les autres, la propagande qui devint une véritable stratégie de communication au service des ambitions de la dynastie chiite qui rêvait de conquérir Bagdad. Dans ce contexte d’expansion territoriale, de migration de la dynastie vers l’Orient, mais également d’échec à déplacer leur capitale au-delà des berges du Nil, les califes fatimides développèrent un ensemble de cérémonies et de processions destinées au grand public. Elles permettaient au calife en titre d’affirmer toute sa puissance et sa supériorité. Au Maghreb d’abord, à Mahdiya et Sabra-Mansuriya, puis au Caire, les califes créèrent également des ensembles palatiaux de plus en plus majestueux. Ils illustraient, par l’architecture et le décor, la grandeur et le caractère littéralement sacré de la personne même de l’imam ismaélien, censé représenter la source de tout pouvoir temporel et spirituel, mais leurs richesses et le faste grandissant des cérémonies qui s’y déroulaient doivent à n’en pas douter être perçus comme un moyen de compenser l’échec de la dynastie à conquérir l’Irak tant convoité.

La documentation atteste ainsi l’élaboration progressive d’un protocole de plus en plus complexe pour tout ce qui concernait les audiences publiques et les réceptions d’ambassadeurs étrangers. Reprenant certains aspects des règles protocolaires et de pratiques déjà en vigueur dans l’empire romain d’Orient et à la cour abbasside, les Fatimides devaient imposer leur singularité aux yeux de leurs visiteurs réguliers et de leurs hôtes de marque toujours prompts à établir des comparaisons avec ce qui existait ailleurs. Or, rien ne devait pouvoir être comparé aux palais fatimides et à la grandeur des cérémonies qui se déroulaient devant les imams et un public choisi dont il était attendu qu’il rapporte ce qu’il avait vu.

Il s’agira donc de mettre en évidence l’élaboration progressive du protocole palatial fatimide, tout en distinguant les différentes formes de cérémonies qui se manifestèrent peu à peu, leurs rituels et les objets nécessaires à leur réalisation.

 

 

 

 

 


Marianne BRISVILLE

Agrégée d'Histoire et doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2, membre du CIHAM, elle travaille sur l'alimentation en Occident musulman (Al-Andalus, Maghreb, XIIe-XVe s.)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.