Séminaire « Sociétés, politiques et cultures du monde iranien », jeudi 10 mars 2016, Paris.

Sociétés, politiques et cultures du monde iranien (2015-2016)

Séminaire pluridisciplinaire de Mondes iranien et indien (2015-2016)

Organisateurs
Matteo DeChiara (INaLCO), Denis Hermann (CNRS), Fabrizio Speziale (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 – CNRS), Julien Thorez (CNRS)

Jeudi 10 mars 2016, 17h-19h
Université Sorbonne nouvelle – Paris 3, centre Censier
13 rue de Santeuil, 75005 Paris
Salle 410 (4e étage)

  • Fârès Gillon, doctorant à l’EPHE (Vème section)
    Des marges du chiisme au pouvoir califal : le parcours de l’ismaélisme d’après un recueil de traités fâtimide, le « Livre du Dévoilement » (Kitâb al-Kashf)

Au Xème siècle, l’accès au pouvoir d’une dynastie de vizirs chiites à Bagdad, les Bouyyides, s’accompagna d’une codification du corpus textuel duodécimain et d’une marginalisation des traditions et doctrines jugées « irrationnelles », celle des groupes que les hérésiologues nommèrent les « ghulât », « extrémistes » ou « exagérateurs » chiites. Un phénomène comparable eut lieu dans l’ismaélisme avec l’arrivée au pouvoir des Fâtimides. Passant du statut de mouvement clandestin à celui de doctrine officielle, l’ismaélisme se trouva face à la nécessité d’ajuster sa théologie.

Le Kitâb al-Kashf, témoin clé de cette période charnière de l’ismaélisme, est une compilation de six traités réunis au début de l’époque fâtimide. Certains, manifestement pré-fâtimides, furent alors adaptés aux nouvelles exigences théologiques. Essentiellement consacré à des exégèses coraniques, l’ouvrage se situe à la croisée de plusieurs influences, puisque, outre les thèmes classiques du chiisme ancien, on y perçoit aussi les intuitions fondamentales et constantes de l’ismaélisme, ainsi que la trace édulcorée d’influences « ghulât » et proto-nusayrites, cette édulcoration étant elle-même une trace des remaniements fâtimides. »

  • Helia Tavakoli, doctorante à l’Université de Franche-Comté
    1771 et au-delà : un tournant dans la réception de la langue et de la littérature persane en France ?

La connaissance du monde persan, en France, débute au XVIIIe siècle avec la découverte aussi bien de sa littérature que de son histoire. Vers la fin du siècle, elle évolua de la « persanerie » de Montesquieu vers la vraie discipline reconnue, le « persanisme ». Dans le sillage du Britannique William Jones, qui venait de réaliser A Grammar of the Persain Language, Anquetil-Duperron achève, en 1771, sa traduction du livre sacré du zoroastrisme, Zend-Avesta. Si le premier ouvrage suscite l’intérêt pour une langue et une littérature encore méconnue en Europe, le second lève le voile sur une histoire et une religion encore ignorées en France. Le conflit scientifique de Jones et d’Anquetil-Duperron suscita des critiques et des recherches controversées en France et révéla l’engouement pour les études persanes en France au cours du XIXe siècle.

Cette communication entend donc démontrer et décrire comment la science européenne découvrit la langue et les textes de l’antique religion de l’Iran à travers l’Avesta. Après avoir introduit l’influence de la publication de L’Histoire de la Grammaire Persane de Jones nous reviendrons notamment sur l’influence de ces deux œuvres sur les études du XIXe siècle.

Source et programme des séances précédentes : http://www.iran-inde.cnrs.fr/spip.php?article568


Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *