Appel à contribution : « Faire de l’histoire au Moyen Âge » (date limite : 6 février 2016).

AccueilFaire de l’histoire au Moyen
Faire de l’histoire au Moyen Âge

Séminaire Questes
* * *

Publié le lundi 04 janvier 2016 par Céline Guilleux

Résumé

Depuis les travaux pionniers de Bernard Guenée, l’histoire de l’historiographie médiévale a connu des avancées remarquables qui ont permis de réhabiliter le travail des historiens du Moyen Âge. C’est dans la lignée de ces études que nous proposons le thème « Faire de l’histoire au Moyen Âge » qui pose la question de la nature de cette discipline, de sa place dans la société médiévale et des liens qu’elle peut entretenir avec d’autres genres littéraires ; ce thème invite également à s’interroger sur les historiens et leurs publics et vise enfin à étudier la « fabrique » et l’écriture de l’histoire en Occident entre le Ve et le XVe siècle dans leurs dimensions historiques mais aussi littéraires et artistiques.

Annonce
Argumentaire

Depuis 1980 et l’ouvrage pionnier de Bernard Guenée, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval (Paris, 1980, Collection historique), l’histoire de l’historiographie – ou histoire de l’histoire – médiévale a connu des avancées remarquables qui ont permis de réhabiliter le travail des historiens du Moyen Âge dont le haut degré d’érudition n’est plus à démontrer. C’est dans la lignée de ces travaux que nous proposons le thème « Faire de l’histoire au Moyen Âge » qui soulève bien des questions.

Tout d’abord, qui fait de l’histoire au Moyen Âge et pour qui ? Les historiens médiévaux présentent en effet les profils les plus divers (moines, chanoines réguliers ou séculiers, frères mendiants, laïcs, hommes de cour, notaires, femmes, etc.). Qui sont-ils ? Ont-ils des commanditaires ou composent-ils leurs œuvres de leur propre mouvement ? Quels sont leurs intérêts (faire l’histoire de leur église, de leur ville, de leur roi, de la Chrétienté, des croisades… ?), leurs intentions, leurs perspectives ? Quelle culture historique possèdent-ils ? Quelle connaissance ont-ils du passé et quelle image en donnent-ils ? Pour quel public écrivent-ils ?

Ensuite, comment fait-on de l’histoire au Moyen Âge ? Il s’agit ici de s’interroger sur les sources dont pouvaient disposer les historiens médiévaux, sur le traitement qu’ils en ont fait, sur la manière dont ils s’y référaient (quelles sources considéraient-ils comme des autorités ?). Il faut aussi se demander comment on écrit l’histoire (choix du titre, du genre, de la langue, du style ; manière de traiter un même thème à travers les siècles…) et s’intéresser à l’aspect matériel des livres d’histoire (enluminures, tables des matières, index…) ainsi qu’à la diffusion et à la portée de ces œuvres.

Toutes ces questions conduisent nécessairement à se demander ce qu’est l’histoire au Moyen Âge. En effet, malgré son poids (politique, notamment) indéniable dans la société médiévale, l’histoire ne figure pas dans les enseignements dispensés à l’Université. Les contours flous de cette discipline ont conduit nombre d’historiens actuels à se poser la question des liens entre l’histoire et d’autres genres littéraires très proches d’elle, comme l’hagiographie ou les œuvres de fiction (pensons par exemple à la littérature arthurienne ou plus largement aux chansons de geste qui peuvent avoir pour ambition de maintenir intacte une mémoire). Comment les auteurs littéraires utilisent-ils l’histoire dans leurs œuvres ? Qu’est-ce qui est ou n’est pas histoire au Moyen Âge ? Quelle est la place de l’histoire dans la société médiévale ?

Il s’agira donc d’étudier la « fabrique » et l’écriture de l’histoire en Occident entre le Ve et le XVe siècle, dans leurs dimensions historiques mais aussi littéraires et artistiques.Modalités de soumission

Les contributions à ce thème transdisciplinaire prendront la forme de communications de vingt minutes lors des séminaires de mars et avril (18h-20h, Maison de la Recherche de la Sorbonne). QUESTES est une association s’adressant aux jeunes chercheurs. Les propositions sont à envoyer à bouchaud_pauline@yahoo.fr, melanie.fougre.leveque@gmail.com et francois.wallerich91@orange.fr
avant le 7 février 2016.

Nombre maximum de signes pour les propositions : 2500.

Les contributions retenues pourront dans un second temps faire l’objet d’une publication sous forme de bulletin.
Composition du comité scientifique

Pauline Bouchaud, doctorante en histoire médiévale à l’École Pratique des Hautes Études.
ontact : bouchaud_pauline@yahoo.fr

Mélanie Lévêque, docteure en études médiévales de l’Université Paris-Sorbonne.

Contact : melanie.fougre.leveque@gmail.com

François Wallerich, doctorant en histoire médiévale à l’Université Paris X.

Contact : francois.wallerich91@orange.fr

Catégories

Moyen Âge (Catégorie principale)
Périodes > Moyen Âge > Haut Moyen Âge
Périodes > Moyen Âge > Bas Moyen Âge
Esprit et Langage > Langage
Esprit et Langage > Épistémologie et méthodes > Historiographie
Sociétés > Histoire
Esprit et Langage > Représentations
Esprit et Langage > Épistémologie et méthodes

Lieux

28 rue Serpente
Paris, France (75005)

Dates

dimanche 07 février 2016

Mots-clés

historien

Contacts

Mélanie Lévêque-Fougre
courriel : melanie [dot] fougre [dot] leveque [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Questes

Source de l’information

Mélanie Lévêque-Fougre
courriel : melanie [dot] fougre [dot] leveque [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Faire de l’histoire au Moyen Âge », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 04 janvier 2016, http://calenda.org/351218

http://calenda.org/351218


Hassan Bouali

Doctorant en histoire médiévale à l'université Paris Nanterre ( Paris X). Travaille sur le califat d'Ibn al-Zubayr (64/683-72/692).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search