Journée d’étude « Histoire et paléographie des écritures arabes d’al-Andalus », 17 déc. 2015, CJB (Rabat)

Journée d’étude
Histoire et paléographie des écritures arabes d’al-Andalus
Jeudi 17 Décembre 2015, 18:00

Par Mustapha Jaouhari

CJBAu cours des quatre dernières décennies, les travaux paléographiques arabes ont connu des avancées notoires grâce aux efforts singuliers d’un certain nombre de chercheurs de renom qui ont pu leur consacrer une bonne partie de leur carrière scientifique. Nous en tirons profit en connaissance de cause et nous nous proposons, dans la dynamique des journées d’études précédentes (CJB, 2012, 2013, 2014), de consacrer la journée de cette année exclusivement aux écritures arabes d’al-Andalus, jusqu’au XVe siècle. Le but est d’en dégager les variétés dominantes et moins dominantes, leurs singularités, leur évolution voire mutation ou disparition. L’espace est limité mais largement ouvert, notamment sur le Maghreb et l’Orient arabe. La durée est longue de huit siècles environ. Toutefois, jusqu’au Xe siècle, nous n’avons d’al-Andalus que très peu de traces d’écriture arabe sur support souple. La situation est totalement différente aux siècles suivants. Plusieurs bibliothèques maghrébines et européennes, ouvertes aux chercheurs, disposent d’une masse colossale de manuscrits souvent datés et parfois localisés en al-Andalus. Ces manuscrits comblent les lacunes de l’historiographie traditionnelle et illustrent nombre de variétés d’écriture arabe propres à al-Andalus. Les exemples sont légion : Fès, Qarawiyyin, 874, copié à Cordoue en 359/970 ; Ankara, Ismaïl Saip, 6421, copié à Tolède en 364/974 ; Rabat, BNRM, D 1332, copié à Murcie en 492/1099 ; Istanbul, Süleymaniye, 157, copié à Murcie en 511/1117 ; Fès, Qarawiyyin, 800 XI, copié à Valence en 524/1129 ; Madrid, Escurial, Ar. 36, copié à Séville en 622/1225 ; Rabat, Bibliothèque royale, 1411, copié à Minorque en 661/1263 ; Paris, BnF, Ar. 2222, copié à Coimbra en 744/1343 ; Fès, Qarawiyyin, 2025/I, copié à Grenade en 805/1403 etc. De même, de nombreux textes copiés au Maghreb et en Orient par des lettrés andalous sont également disponibles. La constante mobilité des savants entrant et sortant d’al-Andalus est cruciale dans l’étude des variétés des styles « andalusiens », d’autant qu’elle constitue une des voies majeures de la diffusion de ces variétés hors al-Andalus et de l’introduction de nouveaux styles en terre ibérique.

Toutefois, nos connaissances relatives aux types d’écriture arabe employés en al-Andalus aux VIIIe et IXe siècles sont encore lacunaires et celles des styles des siècles postérieurs ne sont pas encore exhaustives. Si l’écriture des premiers andalous omeyades ne pouvait être qu’orientale, de quel type oriental était-elle exactement ? Que signifie l’appellation « kûfî shâmî » dont parlent certains auteurs ? Quelle en est la filiation ? A cet égard, les fragments des manuscrits coraniques anciens pourraient être d’un grand secours. On peut dire autant des données épigraphiques, numismatiques, sigillographiques ainsi que des documents de chancellerie (quand ils existent !) des VIIIe et IXe siècles. Comment et dans quelles conditions cette forme d’écriture arabe propre à l’al-Andalus a-t-elle été mise en vigueur dès le IXe siècle, semble-t-il ? Le centre de Kairouan, très actif à l’époque aghlabide (800-909), bien qu’orienté plus vers Bagdad, avait-il des influences directes et/ou indirectes sur les types d’écriture d’al-Andalus ? Les écritures arabes des communautés non arabes d’al-Andalus constituent-elles des types spécifiques ? Quel est l’état de nos connaissances en cette matière ? Quelles sont les variétés ’écriture arabe attestées en Espagne musulmane, selon les siècles, les lieux et la documentation accessible ? Peut-on en isoler quelques styles « cursifs » et « calligraphiés » ? Quelle typologie peut-on leur proposer ? Y a-t-il eu des variétés qui ont pu en écraser d’autres ? Pourquoi certaines variétés se sont-elles éclipsées relativement tôt et d’autres ont-elles résisté fort longtemps ?

Dans ce contexte précis mais complexe et où les questions se multiplient et se
bousculent, on tentera, à l’instar des années précédentes, de réunir les spécialistes de ces questions et d’y apporter des éléments de réponse, à partir de spécimens datés ou datables pour mieux étayer nos hypothèses et interprétations.

Centre Jacques Berque
35, Avenue Tarik Ibn Ziad – Rabat
Tél : 0537 76 96 91
Fax : 0537 76 96 85
E-mail : secretariat@cjb.ma

+ infos:

http://www.cjb.ma/icalrepeat-detail/1564/2015/12/17/journee-detude-histoire-et-paleographie-des-ecritures-arabes-d-al-andalus/e78f1b83b922f26927f5dfc8a6bdc3d4/17-16-22-10-11-13-18-14.html

 


Alice KADRI

Agrégée d'Espagnol et docteur en Histoire médiévale (Université de Nantes), elle travaille sur les mudéjars/morisques et la littérature aljamiada (Espagne, XV-XVIe s.).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.