Appel à comm. : Le fait religieux dans les manuels d’histoire de fin de cycle scolaire (date limite : 15 avril 2015)

Appel à communications : Le fait religieux dans les manuels d’histoire de fin de cycle scolaire.

Autour et au-delà du Bassin méditerranéen

Université du Maine (Le Mans), du 2 au 4 décembre 2015

Présentation :

L’étude comparée de l’ « enseignement des religions » ou du « fait religieux » a fait l’objet de plusieurs colloques, nationaux ou internationaux, depuis la fin des années 1990. En ce sens, le volume Le Défi de l’enseignement des faits religieux à l’école. Réponses européennes et québécoises, Paris, Riveneuve éditions, Coll. « Actes académiques », 2014, publié sous la direction de Jean-Paul Willaime, a marqué un jalon important. D’autres initiatives ont vu le jour, mais aucune n’a été centrée sur la discipline historique en prenant pour cadre de référence principal le bassin méditerranéen, sans s’interdire des comparaisons fécondes en dehors de cet espace.

Les polémiques ne manquent pas concernant les contenus des programmes d’histoire : accusation de dévaloriser telle religion ou de survaloriser telle autre ; promotion voilée ou ouverte de messages de rejet voire de haine ; reconnaissance assumée ou refus de résultats des travaux orientalistes et des études post-coloniales ; recours à un discours affranchi de toute méthode historique. Les débats sont internes aux sociétés, mais ils sont aussi liés à des interventions extérieures d’organismes supranationaux, que ceux-ci soient religieux ou non. Des lobbies ont été constitués pour agir, de manière explicite, sur ces matières.

En amont comme en aval de la composition de ces manuels, se joue un conflit de compétences sur l’objet. Les départements et instituts catholiques, protestants, orthodoxes, sunnites (dans les universités du Maghreb ou en provenance d’Amérique du Nord comme l’International Institute of Islamic Thought), chiites, hindous ou du « peuple juif » (appellation officielle à l’Université hébraïque de Jérusalem par exemple) produisent un savoir qui n’est pas sans conséquence sur l’enseignement de l’histoire et la manière dont celui-ci est reçu par les élèves.

Le colloque de lancement de l’Institut du pluralisme religieux et de l’athéisme (IPRA), en coopération avec l’Institut européen en sciences des religions (IESR), aura donc pour objectif de dresser un état des lieux de ces enseignements d’histoire centré sur le religieux et d’analyser les processus complexes de construction et de réception de ces discours. Afin de limiter le corpus, seuls seront pris en compte les manuels sur format papier destinés aux élèves de fin de cycle scolaire.

Les communications portant une dimension comparative seront privilégiées. Trois axes structureront le colloque :

1-     L’élaboration des programmes et des manuels autour de l’histoire religieuse : tensions et coopérations entre historiens et spécialistes d’instituts ou de départements confessionnels.

2-     Diversité des approches d’un même objet religieux dans les manuels d’histoire au sein des sociétés bordant un large espace européen et arabe, avec des possibilités de comparaison au-delà de ce cadre géographique.

3-     Analyse des pratiques scolaires en lien avec ces enseignements d’histoire portant sur le « fait religieux ».

Modalités de soumission (date limite : 15 avril 2015).

Les chercheurs souhaitant participer à cette rencontre scientifique sont priés d’envoyer une proposition de communication de 20 minutes : nom, affiliation, adresse électronique, titre de la communication, et un résumé de 600 mots maximum à Nicolas Stefanni : nicolas.stefanni@univ-nantes.fr avant le 15 avril 2015.


Marianne BRISVILLE

Agrégée d'Histoire, docteure en Histoire à l'Université Lyon 2 et membre associée du CIHAM, elle travaille sur les pratiques et les discours ayant trait à l'alimentation dans l'Occident islamique (al-Andalus et Maghreb)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search