Soutenance de thèse : F. DAHMANI, « Une réévaluation du matériel peint du palais des califes abbassides à Samarra », 16 déc. 2014, Paris, INHA

L’ED 441 a le plaisir de vous inviter à la soutenance de la thèse de madame Fatma Dahmani, préparée sous la direction de M. Alastair Northedge

 

Une réévaluation du matériel peint du palais des califes abbassides à Samarra

16 décembre 2014,  Galerie Colbert (Salle Demargne, rez-de-chaussée), 14h00

Jury
Mr. Alastair NORTHEDGE, professeur des universités, Université de Paris 1, (directeur de thèse)
Mr. Étienne DE LA VAISSIÈRE, directeur d’études, EHESS , (rapporteur)
Mme Anna CAIOZZO, maitre de conférences HDR, Université Paris 7, (rapporteur)
Mme Barbara FINSTER, professeur émérite, Université de Bamberg
Mme Catherine JOLIVET-LÉVY, directrice d’études, EPHE

Résumé
Le matériel peint du Palais califal de Samarra est issu d’une fouille datant de 1913, il a traversé deux guerres mondiales et a été distribué sur plusieurs institutions à travers le monde. En outre la seule publication significative dont il a fait objet date de 1927 (Malereien) et il n’a pas été réévalué depuis à l’exception de quelques études (iconographiques pour la plupart) aux interprétations divergentes.
Ce travail fait d’abord une mise au point sur l’état actuel des peintures murales et des jarres peintes issues  de ce Palais. Une analyse combinant l’observation directe de ce qui est conservé  avec les données des archives et la confrontation avec ce qui est publié est ensuite proposée.
En prenant en compte les travaux récents dont le Palais a fait objet et les publications plus ou moins récentes sur des témoignages archéologiques, techniques ou iconographiques pertinents au contexte, une étude argumentée tente de clarifier certaines questions d’interprétation de ce matériel et de sa datation. Le recours aux sources textuelles apporte de façon ponctuelle un appui au propos.
Loin d’avoir résolu toutes les questions, ce travail a d’abord démontré que,  bien qu’incontournable, le recours au Malereien devrait être complété par un retour aux archives et au matériel conservé. Ensuite l’analyse a révélé que ces peintures relèvent essentiellement d’une tradition locale, notamment pour leurs techniques. Une mixité de références est cependant décelable dans le vocabulaire iconographique où l’ancrage local reste plausible mais où d’autres pistes d’interprétations sont également envisageables.

Mots clés : Samarra – peinture murale médiévale – iconographie médiévale Proche et Moyen-Orientale – jarres peintes – jarres torpilles – Art Abbasside


Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *