Compte-rendu d’exposition : « Le Maroc médiéval : un Empire de l’Afrique à l’Espagne », Paris, Musée du Louvre, 17 oct. 2014 – 19 janv. 2015

IMG_0816Après le vernissage à l’IMA (compte-rendu ici), « Dîwân » était au Louvre pour l’exposition « Le Maroc médiéval ».

L’exposition occupe le hall Napoléon et regroupe 300 œuvres qui nous font découvrir l’histoire du Maroc et les dynasties successives de la fin du VIIIe siècle au XVe siècle.

Dès l’entrée de l’exposition, une cloche d’église transformée en lustre de mosquée nous rappelle la place du Maroc entre Orient et Occident et cette œuvre évoque particulièrement bien les guerres qui secouèrent la région. Celle-ci est désormais conservée à Fès, dans la mosquée d’al-Qarawiyyin.

L’histoire préislamique est évoquée à travers Volubilis, un bourg d’origine romaine. C’est en ce lieu qu’Idris Ier, descendant du prophète Muhammad venu d’Arabie, choisit de s’installer à la fin du VIIIe siècle. Alors que la région était tenue à l’écart des principaux axes commerciaux durant l’Antiquité, la dynastie idrisside ouvre une nouvelle voie commerciale depuis le Mali, une région riche en or. C’est la naissance du « Maghreb al-Aqsa », l’Occident islamique qui deviendra le Maroc.

Fès est fondée en 789 et devient la capitale de la dynastie idrisside. La ville est divisée en deux quartiers séparés par un oued : Fès et al-Aliya. La ville devient très tôt un refuge pour les populations d’Andalousie et des régions plus orientales, ce dont témoignent les mosquées d’al-Qarawiyyin (des Kairouanais de Tunisie) et des Andalous. Un superbe minbar en bois de cèdre et de pin sculpté de la toute fin du Xe siècle provenant de la mosquée des Andalous illustre la richesse artistique de la ville. La principauté de Sidjilmasa cohabite avec ce royaume aux IXe et Xe siècles. Son rôle commercial est prépondérant puisqu’elle contrôle les routes de l’or avec l’Afrique sub-saharienne. Des objets originaires du Niger illustrent les relations commerciales entretenues entre les deux régions grâce au développement des pistes caravanières. La richesse de ce royaume est perceptible à travers les stucs finement décorés qui nous sont parvenus.

Alors que le pouvoir idrisside décline au Xe siècle, les Almoravides vont s’installer et régner de 1049 à 1147 sur une région qui s’étend désormais jusqu’en Andalousie. Ils fondent notamment la ville de Marrakech en 1070. Les réalisations architecturales de cette dynastie sont illustrées par du matériel archéologique et avec des autochromes du début du XXe siècle. Nous pouvons ainsi admirer la tour Hassan de Rabat. Construite au XIIe siècle, elle devait être la plus grande tour du monde mais resta inachevée. Ces autochromes illustrent très à propos le discours en nous faisant profiter d’images d’archives de qualité. Elles rendent l’architecture directement accessible et sont parfois les seuls témoins de constructions aujourd’hui détruites. Yannick Lintz ajoute « qu’elles témoignent aussi de l’intérêt immédiat des Français pour ce patrimoine1« , évoquant ainsi l’histoire récente de la région. Cette histoire récente a effectivement marqué les recherches historiques et archéologiques dans la région. Des objets rapportés par Théodore Monod viennent aussi le rappeler.

Le royaume almoravide commerce aussi bien avec l’Afrique sub-saharienne qu’avec l’Andalousie. La chasuble de saint-Exupère de la basilique de Saint-Sernin de Toulouse témoigne de la bonne réputation des ateliers de tissage andalous, notamment à Almería. Elle circule ainsi jusqu’à se retrouver dans une église chrétienne. L’état de conservation est remarquable malgré le découpage de trois pièces dans la chasuble au XIXe siècle à des fins mercantiles.

Cette période voit aussi la fondation de mosquées impériales qui témoignent de la piété des souverains almoravides. La mosquée d’al-Qarawiyyin a notamment été agrandie. L’exposition fait ainsi une belle place à l’archéologie en mentionnant les fouilles qui se sont tenues sous la salle de prière en 2006. Celles-ci ont mis en évidence de l’habitat et exhumé des décors de stuc peint. De beaux ouvrages viennent illustrer le bouillonnement intellectuel de l’époque.

À la suite de révoltes populaires et de revendications religieuses, le pouvoir almoravide s’affaiblit au milieu du XIIe siècle. Ibn Tumart se proclame le nouveau Mahdi et refonde l’empire autour d’un nouveau dogme religieux unitariste (c. 1147-1269). Il réussit notamment à fédérer les tribus berbères du sud du Maroc. Ils étendent l’Empire almohade jusqu’en Libye et fondent Rabat vers 1146. Cet empire centralisé s’articule autour de ses trois capitales : Marrakech, Séville et Rabat. La propagande almohade s’est manifestée à travers la calligraphie et le choix de certains motifs comme le lion qui sont présentés dans l’exposition. Nous retrouvons ainsi la bouche de fontaine en forme de lion normalement présentée au département des Arts de l’Islam (Lion de Monzón). Un manuscrit autographe du philosophe juif Maïmonide permet de rappeler que ce dernier dût fuir l’autoritarisme religieux des almohades.

IMG_0813

Minbar de la madrasa Bu’inaniya, Fès, entre 1350 et 1355. Bois de cèdre et d’ébène, ivoire, os, os teinté et or.

La tribu berbère des Mérinides étend son pouvoir jusqu’à prendre Marrakech en 1269. Cette période voit le retour de Fès au premier plan politique. Les objets présentés mettent en évidence la figure du souverain au centre de la propagande mérinide. Cette politique se manifeste par la création de madrasas et d’une nécropole dynastique à Chella. Le pouvoir se recentre politiquement sur le Maroc tout en étant tourné commercialement vers la Méditerranée. Néanmoins, la Peste noire et l’avancée des Chrétiens au Nord signent la fin de l’Empire en 1465.

L’exposition est très riche iconographiquement et le fil historique se suit sans peine. Pour chaque dynastie figure un minbar richement décoré permettant de montrer la continuité entre ces différentes dynasties qui se manifeste à travers la piété et le mécénat. Les céramiques et objets du quotidien témoignent de la vivacité des centres de productions et des échanges qui s’étalaient depuis l’Afrique sub-saharienne à la Méditerranée septentrionale, notamment l’Andalousie. Elle met en évidence les influences réciproques entre les arts chrétiens et islamiques.

L’exposition se poursuit à travers les événements organisés par le Musée du Louvre détaillés sur le site du musée.

Commissaire(s) :

Yannick Lintz, directrice du département des Arts de l’Islam, musée du Louvre, et Bahija Simou, directrice des Archives royales, Rabat, Maroc.
Commissaires scientifiques : Claire Delery et Bulle Tuil-Leonetti, musée du Louvre.

Informations pratiques

Du 17 octobre 2014 au 19 janvier 2015

Lieu :
Hall Napoléon, sous la pyramide

Tarifs sur place :
Billet spécifique à l’exposition : 13€.
Billet jumelé (collections permanentes et exposition) : 16€.
Ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 9 h à 18 h. Nocturnes les mercredi et vendredi jusqu’à 21h45.

Renseignements :
01 40 20 53 17

1 Entretien accordé au Supplément à Télérama n° 3379, semaine du 18 au 24 octobre 2014.


Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *