Compte-rendu d’exposition : « Le Maroc contemporain », Paris, IMA, 15 oct. 2014-25 janv. 2015

En lien avec l’exposition « Le Maroc médiéval » qui se tiendra au Louvre à partir du 17 octobre (compte-rendu ici), l’Institut du Monde Arabe (IMA) propose une exposition consacrée à l’art contemporain au Maroc, des années 1960 à nos jours. « Dîwân » était invité au vernissage et vous fait part de cette visite.

IMG_0774

Un salon.

Il s’agit d’une exposition ambitieuse qui occupe trois étages de l’institut et regroupe les œuvres d’environ 80 artistes sur 2500 m2. La scénographie comprend seize espaces dédiés à différentes thématiques ou à un artiste. Ces espaces sont régulièrement ponctués de salons aménagés avec le concours d’artisans et de designers marocains proposant aux visiteurs de faire une pause dans un cadre accueillant en profitant des outils multimédias mis à leur disposition. Très beaux, ils seront néanmoins mis à l’épreuve de l’affluence.

Hicham Benohoud, Ânes situe n°8, 17. 2012-2013.

Hicham Benohoud, « Ânes situ n°8, 17« , 2012-2013. Photographie.

 

Nous pénétrons dans l’exposition par une entrée ornée de carreaux de faïence ou zellij, artisanat typique du Maroc. Puis l’exposition débute avec le premier espace, « Fantasmer », contenant des œuvres plastiques et vidéo à l’humour caustique. La série de photographies « Ânes situ » illustre avec poésie cette « étrangeté parfois satirique ».

Abdelkader Rabi'

Abdelkader Rabi’, « HT/10 Avez-vous jamais vu la couleur des ténèbres à lumière d’une flamme ?« , 2003. Huile sur toile.

Le deuxième espace nous fait (re)découvrir les pionniers des années 1960, parmi lesquels Melehi, Belkahia, Rabi’ et El Ghrib.

Ensuite, « Déchiffrer des images ambigües » propose des œuvres poétiques au sens multiple. L’exemple des œuvres de Mohammed Tabbal, à la riche iconographie et pouvant s’admirer dans plusieurs sens, est particulièrement parlant.

Puis la visite se poursuit à travers les espaces « Organiser, détruire et combiner » où Mounir Fatmi, par exemple, interroge la transformation architecturale et son impact sur la population ; puis « Traduire » où des matériaux inattendus sont employés ou détournés de leur usage initial (pneus recyclés, moteur de voiture…).

Un espace est consacré à l’artiste Faouzi Laatiris qui puise dans l’imagerie religieuse populaire et les objets de la vie courante marocaine. Ainsi, sa « Fresque » (2014) fait figurer al-Burâq, Adam et Eve, un satyre, sur un fond de motif floraux stylisés (tulipes), détournant en même temps l’art islamique. Son installation affirme également que « Créer, c’est résister. Résister, c’est créer« .

Younès Rahmoun, Zahra-Zoujaj, 2010. Installation multimédia.

Younès Rahmoun, « Zahra Zoujaj », 2010. Installation verre, LED, son.

Dans l’espace « Soufisme », les œuvres invitent à la méditation et à la contemplation : les fleurs-lampadaires de Younès Rahmoun installées dans une pyramide sans autre éclairage que leur douce lumière, les volutes de Farid Belkahia et les spirales de Najia Mehadji évoquant les derviches tourneurs.

L’espace suivant est de nouveau consacré à un artiste. Abderrahim Yamou, inspiré par l’art africain et sub-saharien, associe le végétal à l’artefact pour suggérer la vie.

Les espaces suivants témoignent des partis-pris des artistes en tant que citoyens. « Émigrer » rappelle l’engagement des artistes en présentant des œuvres qui rendent compte des drames de l’émigration. « Interroger les conventions » montre des œuvres qui interpellent le spectateur sur la société actuelle. Citons notamment l’installation impressionnante d’Amine El Gotaibi intitulée « Ring de la soumission » (2014) et comportant un ring de boxe et une figure humaine à taille réelle en résine allongée parallèle à un congélateur. Il est suivi par « Incarner » où les artistes interrogent le corps. Certaines œuvres apparaissent comme de véritables étendards féministes. Randa Maroufi met ainsi en scène des « Reconstitutions : gestes dans l’espace public » (2013) témoignant des gestes déplacés dont les femmes peuvent être victimes au quotidien. Encore plus subversive, l’artiste Nadia Bensallam se promenant dans Marrakech dans un niqab très court et en portant des talons haut (« 2 mn 45 à Marrakech », vidéo).

La mode et l’architecture sont ensuite abordés : « Réinventer la mode » et « Bâtir une architecture ». À chaque fois, il s’agit de revisiter des arts mondialisés à la mode marocaine.

 

Abderrahim Yamou, "Les colonnes chavirées", 2012. Installation bois, clous et plantes vivantes.

Abderrahim Yamou, « Les colonnes chavirées« , 2012. Installation bois, clous et plantes vivantes.

Enfin, le dernier espace réuni trois thèmes de société : « Questionner les croyances », « Réagir aux printemps arabes » et « Tisser le fil de la vie ». Le premier est notamment représenté par des œuvres évoquant le hajj (le pèlerinage à La Mecque). Le second interroge l’actualité dans le monde arabe et les aspirations démocratiques à travers des œuvres métaphoriques : un cycliste en équilibre, des cocottes minutes découpées. Le dernier thème présente des tissages, un artisanat traditionnel encore bien vivace au Maroc que les artistes n’hésitent pas à réinventer.

Cette exposition rend compte avec justesse de la diversité de l’art contemporain marocain et du talent de ses artistes. Il est également remarquable que leurs œuvres touchent à l’universel à travers leurs questionnements (la société, l’émigration, la religion etc.). On pourra néanmoins regretter, peut-être, l’absence de tout discours politique. Enfin, l’iconographie, les références et les techniques nous rappellent aussi que ces artistes travaillent au Maroc et, se nourrissant de cette diversité et de ces aller-retours entre art mondialisé et particularisme régional, ils produisent des œuvres originales. L’exposition complète ainsi agréablement celle proposée au Louvre sur la période médiévale au Maroc et permet de poursuivre le voyage dans l’art et la culture marocains.

À noter également, de nombreux événements prolongent l’exposition : danses, musiques, projections cinématographiques. Pour plus de renseignements, visitez le site de l’IMA : https://www.imarabe.org/

Commissariat :

Jean-Hubert MARTIN

Moulim EL AROUSSI

Mohamed METALSI

Informations pratiques

Du 15 octobre 2014 au 25 janvier 2015.

Adresse
Institut du Monde Arabe
1, rue des Fossés-Saint-Bernard
Place Mohammed-V 75005 Paris

Tarifs de l’exposition : 8,50€/10,50€

Horaires
Mardi : 10h00-18h00
Mercredi : 10h00-18h00
Jeudi : 10h00-18h00
Vendredi : 10h00-21h30
Samedi : 10h00-19h00
Dimanche : 10h00-19h00
Jours fériés : 10h00-19h00

 


Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *