Parutions Brepols: O.Bouquet, « Les noblesses du nom. Essai d’anthroponymie ottomane » et M.A.Amir Moezzi, « Islam: identité et altérité « 

Les noblesses du nom
Essai d’anthroponymie ottomane

O. Bouquet

399 p., 16 b/w ill., 156 x 234 mm, 2013
ISBN: 978-2-503-55027-5
Languages: French
50€

« Les Turcs ont coutume de donner aux gens un nom qui illustre un de leurs défauts ou de leurs vertus, car ils ne disposent que de quatre noms propres, réservés aux descendants de la famille ottomane ». Ainsi Don Quichotte condense-t-il en peu de mots un lieu commun répandu : celui d’un Orient sans noms, celui d’un Empire sans noblesse. Don Quichotte est fou, mais il y a toujours une part de vérité dans ce qu’il dit. Les Ottomans changeaient de nom comme de chemise. Les surnoms – souvent les plus disgracieux – étaient à la source de bien des désignations. On ne trouvait pas une rue sans un Mehmed, pas un café sans un Ahmed. Le titre plus que la désignation comptait dans les usages sociaux comme dans les bureaux de l’État. L’administration déformait sans vergogne les noms des juifs et des chrétiens. Le sultan écorchait les désignations de souverains qu’il tutoyait. L’onomastique n’obéissait à aucune règle stricte. Elle n’accordait presque aucune place au nom de famille. Les Ottomans ne portaient ni armes ni blasons. Ils ne reconnaissent aucune aristocratie hors de la lignée d’Osman. Autant de réalités admises par des voyageurs orientalistes, des idéologues kémalistes ou des historiens de l’Empire ottoman. En un mot : l’égalité des conditions l’emportait sur la reconnaissance de noblesses, et il était plus important de gagner un titre que de se faire un nom.
La lecture des sources révèle néanmoins un monde de noms plus riche et plus complexe. Don Quichotte est fou, mais s’il a beaucoup voyagé, il n’a jamais parcouru l’Empire. En réalité, les Ottomans se servaient de leurs noms de personne pour s’identifier et se distinguer, faire valoir leurs droits et transmettre leurs biens. À partir des nomenclatures turques, arabes et persanes, ils inventèrent leurs propres modes de désignation. Ils en nourrirent leurs lettres et leurs arts. Par les noms, ils dominèrent leurs sujets non musulmans, valorisèrent les héros et les saints, reconnurent des lignées pré-ottomanes et constituèrent de nouvelles noblesses. Le nom de famille tel que nous l’entendons était certes le grand absent de l’anthroponymie ottomane. Mais des noms de famille existaient, au-delà des seuls patronymes : noms d’ancêtres, de collatéraux et de femmes. Il est vrai, la Turquie kémaliste imposa une procédure radicalement nouvelle : tout citoyen devait porter un nom de famille. Mais ces noms, pour une partie d’entre eux, existaient déjà. Ils étaient inscrits dans les registres d’État. Ils figuraient dans les généalogies, sur les stèles funéraires. Au sein de franges sociales que le sultan ne reconnaissait toujours pas comme noblesses d’Empire, perçait l’imaginaire d’une noblesse des noms.

Olivier Bouquet est rattaché à l’Université Paris Diderot, Sorbonne Paris Cité, UMR CESSMA

http://www.brepols.net/Pages/ShowProduct.aspx?prod_id=IS-9782503550275-1

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Islam: identité et altérité
Hommage à Guy Monnot, O.P.

M. A. Amir-Moezzi (ed.)

420 p., 7 b/w ill., 156 x 234 mm, 2013
ISBN: 978-2-503-55026-8
Languages: French, English
55,00€

Détenteur de la chaire d’Exégèse coranique, de 1980 à 1994, à la Section des sciences religieuses de l’École pratique des hautes études à la Sorbonne, le Père Guy Monnot a renouvelé cette discipline majeure de l’islamologie classique en la considérant à juste titre comme le centre de gravité de plusieurs autres champs d’investigation scientifique : la pensée théologique, la spiritualité, la littérature, l’hérésiologie ou encore l’histoire comparée des religions. C’est la raison pour laquelle un certain nombre parmi ses amis, collègues, anciens élèves et étudiants se sont réunis ici afin de lui rendre hommage ainsi qu’à son œuvre par des contributions portant sur ses principaux domaines de recherche : étude du Coran et exégèse coranique, relations entre l’islam et les autres religions, Shahrastānī et ismaélisme, religions iraniennes et littératures persane et indo-persane. Les auteurs ont ainsi voulu témoigner leur amitié à l’égard de Guy Monnot ainsi que leur admiration pour la richesse, le rayonnement et la fécondité de son œuvre.

Mohammad Ali Amir-Moezzi est Directeur d’études à l’École pratique des hautes études. Il est le fondateur de la série « Histoire et prosopographie de la section des sciences religieuses » de la collection « Bibliothèque de l’École des Hautes Études ».

Sommaire

Préface
Souvenirs et réflexions
Bibliographie de Guy Monnot

Shahrastānī’s Account of Ḥasan-i Ṣabbāḥ’s Doctrine of Ta‘līm
Seyyed Jalal Badakhchani

La place du judaïsme et des juifs dans le shī‘isme duodécimain
Meir Michael Bar-Asher

La vie sexuelle de Yaḥyā b. Zakariyyā (Jean le Baptiste) : à propos de l’exégèse de ḥaṣūr (3, 39)
Mohammed Hocine Benkheira

Massignon, l’Algérie et les Algériens
Maurice Borrmans

La prédication chiite ismaélienne en Égypte fatimide : ses aspects ésotériques et exotériques
Daniel De Smet

Le regard de Shams
Charles-Henri de Fouchécour

Sufyān al-Ṯawrī (m. 161/778). Quelques notes sur son mode d’enseignement et la transmission de son savoir
Claude Gilliot

Avant Abū Ja‘far al-Ṭūsī, un autre plagiaire de Rummānī : Ibn Fūrak ?
Daniel Gimaret

L’éthique des Ikhwān al-Ṣafā’ dans son rapport au Coran
Geneviève Gobillot

Contribution à l’étude de la révolte de Muqanna‘ (c. 775-780) : traces matérielles, traces hérésiographiques
Frantz Grenet

L’exégèse du verset du Trône par Mullā Ṣadrā Shīrāzī
Christian Jambet

Al-Risāla al-jāmi‘a and its Judeo-Arabic Manuscript
Ehud Krinis

The Youth and Education of the Qāḍī Abū Ḥanīfa al-Nu‘mān
Wilferd Madelung

Le devenir d’un événement : Lectures sikhes de la conquête de l’Hindoustan par Bābur
Denis Matringe

Ibn Abī Jumhūr al-Aḥsā’ī and his Sharḥ al-Bāb al-ḥādī ‘ashar
Sabine Schmidtke

Point de vue ismaélien sur Socrate
Diane Steigerwald

Un fragment manichéen du Jomjomenâme
Michel Tardieu

La question de l’aide de Dieu dans le jihād
Dominique Urvoy

La violence morale dans les Aḥkām ahl al-dhimma d’Ibn Qayyim al-Jawziyya
Marie-Thérèse Urvoy

http://www.brepols.net/Pages/ShowProduct.aspx?prod_id=IS-9782503550268-1


Alice KADRI

Agrégée d'Espagnol et docteur en Histoire médiévale (Université de Nantes), elle travaille sur les mudéjars/morisques et la littérature aljamiada (Espagne, XV-XVIe s.).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search