Compte-rendu d’exposition : “Hajj, le pèlerinage à La Mecque”, jusqu’au 10 août 2014

L’Institut du Monde Arabe (IMA) présente, jusqu’au 10 août 2014, une exposition consacrée au hajj.

IMG_0187La scénographie se développe sur deux niveaux. Le premier niveau remonte aux origines du pèlerinage depuis l’époque de la Jahiliyya. Dans une partie intitulée “Géographie sacrée et origines du pèlerinage”, objets archéologiques préislamiques (photo ci-contre) et oeuvres médiévales évoquent assez brièvement l’histoire du hajj. Des oeuvres contemporaines répondent à ces témoins du passé.

 

 

 

 

IMG_0190

Le site d’al-Rabadah (Arabie Saoudite).

 

Dans ce premier niveau, cinq routes par lesquelles circulaient les pèlerins sont présentées la route irakienne, les routes d’Afrique subsaharienne et du Nord, la route du Caire et la route ottomane qui passait par la Syrie.

Le Darb Zubayda fonctionna à partir du IXe siècle grâce au mécénat de Zubayda, épouse du calife Harûn al-Rashîd. Elle reliait Kûfa (Irak) à La Mecque grâce aux nombreuses stations qui accueillaient les pèlerins. L’une de ces stations, al-Rabadah, a fait l’objet de fouilles archéologiques menées par S.A. al-Rashid et les résultats de ces travaux font l’objet d’une vitrine. Cette route n’est plus empruntée à partir de la fin du Xe siècle.

 

 

 

 

La route d’Afrique subsaharienne fonctionna à partir du Xe siècle. Elle reliait notamment le royaume du Mali à La Mecque et des manuscrits provenant de Tombouctou sont présentés à cette occasion.

IMG_0192La route d’Afrique du Nord est d’abord terrestre puis elle devient maritime à partir du XIIe siècle. L’étude de cette route permet d’aborder la question de la colonisation dans cette région et de l’encadrement du hajj par la France au XIXe siècle.

 

 

 

 

 

 

 

IMG_0193La route du Caire passait par le Sinaï et un palanquin (ci-contre) vient illustrer les caravanes qui y circulaient. Enfin, la route syrienne et ottomane reliait notamment Damas à La Mecque.

 

Le port de Djeddah, “porte d’entrée des pèlerins” vers La Mecque, est présenté comme étant une ville importante où les pèlerins débarquaient et où se concentraient les consulats étrangers.

 

 

 

 

 

IMG_0201

“The Black Arch”, Raja et Shadia Alem.

 

Au deuxième niveau sont d’abord décrits les rituels du pèlerin : irham, découverte du sanctuaire avec les plans du Masjid al-Haram, de la Ka’ba recouverte de la kiswa, l’accomplissement du rite du say puis des rituels à Arafat et à Mina avant que les pèlerins ne se rendent à  Muzdalifa pour prélever les pierres rituelles et lapider les stèles personnifiant Satan. Le retour à La Mecque est symbolisé par la grande installation des artistes Raja et Shadia Alem représentant la Ka’ba.

 

 

 

 

Une section évoque Médine. Bien que cette ville ne soit pas associée au hajj, elle n’est reste pas moins une ville importante de l’islam où les fidèles viennent se recueillir sur la tombe du prophète Muhammad.

IMG_0206La dernière vitrine de l’exposition présente les souvenirs personnels rapportés du pèlerinage et le précieux certificat de hajj. Enfin, sept témoignages de pèlerins clôturent l’exposition.

“Hajj, le pèlerinage à La Mecque” mêle le patrimoine à l’art contemporain. Le hajj s’inscrit dans un long passé, mais apparaît aussi de nos jours comme une expérience personnelle très importante pour de nombreux pèlerins. L’exposition effectue ainsi des allers-retours entre l’événement collectif et historique, et l’expérience individuelle et ponctuelle.


Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.