Compte-rendu d’exposition : “Il était une fois l’Orient Express”

Jeudi 3 avril 2014 était inaugurée l’exposition “Il était une fois l’Orient Express” qui se tiendra à l’IMA jusqu’au 31 août 2014. Le bureau de Dîwân était notamment convié.

IMG_0026À l’entrée de l’exposition, la locomotive du train émet une fumée d’encens, première invitation à ce voyage en Orient.

IMG_0028

Puis nous sommes conviés à monter dans le train, constitué de trois voitures et une voiture-restaurant.

IMG_0040

La suite de Mata-Hari.

 

 

 

À l’intérieur, le visiteur est immergé dans l’ambiance de l’Orient Express à son apogée, dans les années 1910-1920. Dans un intérieur de style Art Décor, des reconstitutions très vivantes ont été ajoutées : ici, une cigarette encore fumante, là, un meurtre vient d’être commis…

De nombreux personnages historiques et littéraires sont évoqués : Mata-Hari, Pierre Loti, Hercule Poirot et sa créatrice, Agatha Christie. Cette dernière était une fidèle voyageuse de l’Orient Express et son ouvrage “Le crime de l’Orient Express” est nourri de sa propre expérience. Elle y voyagea également avec Max Mallowan, son époux archéologue qui participa et dirigea de nombreuses fouilles archéologiques au Proche-Orient, dont celles de Ur en Iraq.

Le cahier de fouilles de Max Mallowan.

Le cahier de fouilles de Max Mallowan.

 

 

 

 

 

 

 

 

Journal de 1918 et images d'archives mêlées.

Journal de 1918 et images d’archives mêlées.

 

La scénographie utilise habilement objets historiques et media modernes pour reconstituer cette ambiance. Aux archives et objets du quotidien de l’époque, des vidéos sont ajoutées.

 

 

 

 

Après la visite du wagon, deux salles d’exposition nous racontent la naissance de l’Orient Express et nous présentent le contexte géopolitique mouvementé de l’époque.

L’Orient Express est né de la volonté de Georges Nagelmackers et, en 1883, un voyage de presse relie Paris à Varna, sur la mer Noire. Ce n’est qu’en 1889 que l’Orient Express pourra emmener ses voyageurs directement jusqu’à Constantinople, sans prendre le bateau depuis Varna.

Détail d'un décor en marqueterie.

Détail d’un décor en marqueterie.

 

De nombreuses anecdotes sont relatées, au sujet d’anonymes ou de figures comme Calouste Gulbenkian, et l’histoire de l’art n’est pas oubliée puisque des oeuvres d’art et plusieurs répliques des décors des voitures sont présentées.

Les prouesses techniques relevées pour mettre à bien ce projet ne sont pas oubliées dans l’exposition.

 

 

 

 

 

L’exposition évoque enfin les grands bouleversement politiques qui eurent lieu, notamment au début du XXe siècle. Dépendant des autorisations des nombreux états qu’il traverse, l’Orient Express devient le témoin privilégié de la situation politique en Europe et au Proche-Orient.

Carte interactive.

Carte interactive.

 

Une carte interactive montre ainsi l’évolution des frontières entre 1800 et la première moitié du XXe siècle.

Le voyage se poursuit, après Constantinople, par le Taurus Express, permettant aux voyageurs européens de découvrir Alep, Damas, Bagdad et Alexandrie. Un tourisme archéologique se développe ainsi.

 

 

L’Orient Express reliait l’Europe au Proche-Orient malgré les difficultés politiques et financières, et il contribua à une meilleure connaissance de cette région pour quelques voyageurs européens privilégiés.

 


Sterenn Le Maguer-Gillon

Archéologue, titulaire d'un doctorat (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Prise2notes dit :

    La visite commence par les 4 voitures du train, dans lesquelles une scénographie soignée nous permet de revivre les usages de l’époque. Côté histoire, on se dit que les tractations du mandat franco-britanique ont pu débuter dans ses salons, puisqu’il est notoire que les affaires se nouaient durant le long voyage, que les espions parcouraient les couloirs, à l’affût, on s’en doute des moindres indiscrétions. Les cloisons sont bien décorées mais pas épaisses !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.