Appel à comm.: « Culture matérielle et contacts diplomatiques entre l’Occident latin, Byzance et l’Orient islamique (XIe-XVIe siècle) », 27-28 avr. 2015, Liège. (Date limite: 30 juin 2014)

Nicolas Drocourt, MCF en histoire du Moyen-Age au CRHIA-Nantes, et Frédéric Bauden de l’Université de Liège, lancent un appel à communications dans le cadre du colloque  international :

« Culture matérielle et contacts diplomatiques entre l’Occident latin, Byzance et l’Orient islamique (XIe-XVIe siècle) »

Organisé à Liège les 27 et 28 avril 2015.

Les propositions de communication sont à envoyer à Frédéric Bauden : f.bauden@ulg.ac.be

La date limite de proposition est fixée au 30 juin 2014.

appel à communication

Par culture matérielle, les propositions de communication devront entendre tous les objets matériels mobilisés par l’action diplomatique, le déplacement et l’accueil des délégations et des ambassadeurs. Une place doit donc être réservée, par exemple, aux conditions de déplacements des ambassades, non pas tant les itinéraires suivis mais plutôt les conditions concrètes favorisant, ou non quelquefois, le cheminement le long de ces itinéraires. Le rôle des montures (chevaux, mules, mulets ou autres) pourra être étudié dans ce cadre. Les facilités légales de déplacement entrent dans ces considérations, notamment en les confrontant avec les données de la documentation décrivant les réalités des voyages diplomatiques. Les conditions d’accueil et de séjour des délégations à la cour des souverains qu’elles viennent rencontrer méritent aussi attention. Courtoisie de la réception dans les cours, conditions a priori favorables de séjour et défraiements relèvent des usages diplomatiques mais doivent être mesurés à l’aune des circonstances géopolitiques entourant les envois et échanges d’ambassadeurs et de représentants officiels. En outre, ces éléments permettent peut- être de saisir des distinctions entre différents statuts et fonctions des envoyés diplomatiques: ambassadeurs, messagers, secrétaires etc.

D’autre part, les dons ont logiquement toute leur place dans nos réflexions. Ils ont fait l’objet de multiples travaux ces deux dernières décennies. De ce fait, on évitera, dans cette rencontre scientifique, de les présenter en tant que tels de nouveau, mais l’on s’efforcera d’analyser comment ils s’insèrent dans les pratiques diplomatiques. Leur place dans le «fonctionnement» des ambassades mérite de la sorte d’être appréhendée. Comment acheminer sur plusieurs centaines ou milliers de kilomètres des objets précieux–surtout quand ils sont lourds et/ou nombreux? Quelles contraintes sont posées aux déplacements des délégations offrant un grand nombre d’animaux à leurs hôtes diplomatiques? Comment y répond-on? Dans cette logique de questionnement, et en lien avec la munificence dont peut faire preuve une ambassade, une attention pourra aussi être portée au cheminement des sommes d’argent. Les délégations en transportent pour différentes raisons (paiement du déplacement et frais de bouche, politique ostentatoire de largesses auprès de l’hôte,transmission d’un tribut etc.). Là encore ce transport pose des contraintes logistiques et soulève des questions de sécurité qui méritent une analyse.

Un autre «matériel» dont s’entourent les délégations concerne les documents écrits. Eux aussi sont des biens matériels largement employés, quelles que soient leurs fonctions exactes (lettres de créance ou de recommandation, documents d’instructions, lettres officielles au souverain recevant la délégation, liste des cadeaux etc.). Une fois de plus, ils pourront être étudiés non pas pour leurs seuls propos, mais davantage pour l’enjeu que leur usage représente dans le cadre des rencontres officielles . Le choix d’un type de support d’écriture (parchemin, papier) plutôt qu’un autre, le format des documents transportés d’une cour à une autre, la nature des sceaux qui y sont associés sont ainsi autant de questionnements pouvant être abordés.

Autant d’éléments que cette rencontre souhaiterait traiter–et la liste dressée ici n’est nullement exhaustive. Ils renvoient, plus globalement, aux questions relatives au coût du fonctionnement effectif des ambassades et de la communication diplomatique, cœur de notre travail de recherches. Une telle réflexion d’ensemble implique et suscitera, nous l’espérons, des études comparées de cas. En fonction des propositions qui nous seront faites, nous pourrons vous proposer, si vous le souhaitez, de préparer certaines communications à deux, voire trois intervenants.

+ infos:

Appel à communications (PDF)

Lieu : Université de Liège
Partenaire : Université de Liège, Ecole Pratique des Hautes Etudes (Programme Communications diplomatiques avec l’IFAO du Caire)
Contact : Nicolas Drocourt : nicolas.drocourt@univ-nantes.fr et Frédéric Bauden : f.bauden@ulg.ac.be

http://www.crhia.fr/actu.php?num_actu=282#bloc


Alice KADRI

Agrégée d'Espagnol et docteur en Histoire médiévale (Université de Nantes), elle travaille sur les mudéjars/morisques et la littérature aljamiada (Espagne, XV-XVIe s.).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search