Séminaire sur l’Iran et l’Afghanistan au Moyen Âge, 6 février 2014

dans le cadre du séminaire « Sociétés, politiques et cultures du monde iranien »

Séminaire pluridisciplinaire de Mondes iranien et indien (2013-2014)
Université Sorbonne nouvelle – Paris 3, centre Censier
13 rue de Santeuil, 75005 Paris
salle : Las Vergnas (3e étage)
1er jeudi du mois (sauf jours fériés), 17h – 19h

1ère séance jeudi 7 novembre 2013

Organisateurs
Denis Hermann (CNRS), Fabrizio Speziale (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 – CNRS), Julien Thorez (CNRS)

 

 

Jeudi 6 février 2014

  • Camille Rhoné, chargée de cours en histoire de l’Asie centrale à l’Inalco
    Les marges de l’Iran nord-oriental (Khorassan-Transoxiane) : entre défense du Dâr al-islâm et cohabitation transfrontalière (IXe-XIe siècle)

Entre le milieu du IXe et le milieu du XIe siècle, l’Iran nord-oriental est aux mains de dynasties indépendantes vis-à-vis du pouvoir califal de Bagdad, qu’elles soient iraniennes -les Saffarides et les Samanides- ou turkes iranisées -les Ghaznévides. Depuis les conquêtes arabo-musulmanes du VIIIe siècle, la région constitue, dans le discours politique tenu par le pouvoir irakien et iranien, la frontière nord-orientale du domaine islamique et le dernier rempart face aux steppes considérées comme infidèles et barbares, le Dâr al-kufr.
Cependant, de manière paradoxale, les marges de ce territoire irano-centre-asiatique sont le lieu où s’exprime particulièrement le pragmatisme des populations locales. Dans la pratique, non seulement elles cohabitent très largement avec ceux qui sont désignés comme leurs ennemis, mais elles profitent aussi de leur position géographique pour obtenir des avantages et concessions du pouvoir central califal et émiral. Par ailleurs, la situation socio-politique particulière du Khorassan et de la Transoxiane à cette époque permet de parler de marges intérieures au territoire islamique.
Pour analyser ces divers aspects du discours et de la pratique, nous nous appuierons sur des sources arabes et persanes des IXe-XIIIe siècles. Parmi celles-ci, l’ouvrage intitulé Hudûd al-’âlam (Xe siècle) témoignera de la richesse des informations transmises par les géographes : l’auteur anonyme de ce texte en persan relaie les données véhiculées par la tradition géographique classique, et donne aussi un éclairage propre aux populations des marges, puisqu’il est originaire du Jûzjân et écrit pour le prince local.

  • Viola Allegranzi, Doctorante à la Sorbonne Nouvelle-Paris 3
    Témoignages épigraphiques dans la documentation archéologique de Ghazni, Afghanistan (fin Xe – moitié XIIe siècle)

Dans les années soixante du siècle passé, les fouilles de la Mission Archéologique Italienne en Afghanistan à Ghazni ont mené à la découverte d’un palais royal et d’un large corpus d’éléments de décor architectural en marbre sculpté, qui étaient disséminés aux alentours de la ville. Le palais ainsi que la plupart de ces matériaux datent de l’époque des Ghaznavides ; cette dynastie turque islamisée fonda à la fin du Xe siècle un état semi-indépendant du Califat de Bagdad, dont Ghazni fut la capitale jusqu’à la moitié du XIIe siècle. Les données épigraphiques conservées sur les marbres de Ghazni n’ont été étudiées que partiellement ; néanmoins, puisque les sources écrites contemporaines se conservent d’une manière incomplète, elles acquièrent une importance fondamentale pour la reconstitution de l’histoire et de la tradition artistique ghaznavides. Au sein de cette documentation, notre recherche s’est concentrée jusqu’à présent sur une longue inscription gravée sur de nombreuses plaques qui étaient placées à l’origine dans la cour du palais royal. D’après des enquêtes récentes, quelques autres fragments de texte persan sur des pièces de provenances diverses ont émergés dans le répertoire, soulignant l’importance de la langue persane dans la tradition culturelle des Ghaznavides. Ces inscriptions nous fournissent un témoignage d’autant plus précieux qu’elles pourraient représenter les plus anciens documents épigraphiques en persan moderne conservés dans l’Orient musulman. Au cours de cette communication, nous présenterons brièvement le contexte historique de la Ghazni médiévale, ainsi que les activités de fouille et de recherche des archéologues italiens. Ensuite, nous passerons en revue les inscriptions en langue persane conservées sur les éléments en marbre remontant à l’époque ghaznavide, pour nous concentrer finalement sur les informations historiques que nous pouvons tirer de ces matériaux.

………………………………………………..

Dates des prochaines séances
6 mars 2014
3 avril 2014
15 mai 2014
5 juin 2014

Ce séminaire peut être validé dans le cadre des Master 1 et Master 2
(Études iraniennes – Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

Le séminaire Sociétés, politiques et cultures du monde iranien est organisé par Monde iranien et indien. Il vise à présenter des recherches récentes sur l’Iran et le monde iranien (Afghanistan, Inde, Asie Centrale) dans une perspective pluri-disciplinaire (Histoire, Sciences politiques, Anthropologie, etc.). Selon les séances, un ou deux intervenants présenteront leurs travaux respectifs.

Ce séminaire se veut un lieu d’échanges et de débats intellectuels. Il est ouvert à tous les chercheurs travaillant sur le monde iranien, aux étudiants de master, aux doctorants ainsi qu’aux chercheurs sur d’autres aires culturelles.

 

Pour plus d’information:

http://www.iran-inde.cnrs.fr/spip.php?article364&lang=


Camille Rhoné

Agrégée d'histoire, titulaire d'une thèse de doctorat en histoire de l'Islam médiéval ("Défendre le territoire en Iran nord-oriental - Khorassan et Transoxiane -, IXe-XIe siècle"), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search