Appel à participation: projet « Écriture, pouvoir et légitimité: voies et impasses » (UMR Orient & Méditerranée 2014-2018)

La composante Mondes sémitiques est heureuse de vous annoncer le lancement du projet « Écriture, pouvoir et légitimité: voies et impasses ». Nous souhaitons vivement un maximum de collaborations de la part des autres composantes de l’UMR Orient & Méditerranée.
Il serait particulièrement propice, dans le cadre d’une telle recherche, de pouvoir confronter différentes écritures et différents mondes. L’UMR Orient & Méditerranée offre une telle diversité.
Les chercheurs de la composante Mondes sémitiques se pencheront sur les écritures suivantes : cunéiforme mésopotamien (IIIe-Ier millénaire av. J.-C.), cunéiforme alphabétique ougaritique (XIVe-XIIe s. av. J.-C.), écritures linéaires ouest-sémitiques, nabatéen et proto-arabe, hébraïque et paléohébraïque de Qumrân, sud-arabique et syriaque.
Il serait souhaitable d’associer des membres des composantes Mondes pharaoniques, Antiquité classique et tardive (épigraphie, numismatique), Islam médiéval (Écriture arabe et institutions), Monde byzantin (épigraphie, numismatique et sigillographie), Médecine grecque (emploi de différentes écritures dans les manuscrits, mises en page…)
Ce projet de recherche sera développé sous la forme d’un séminaire qui aura lieu tous les deux mois.
Le premier séminaire aura lieu le 7 février à 14h, salle A à Ivry-sur-Seine (27, rue Paul Bert)
On pourrait envisager un colloque en 2015 et une publication avant la fin du projet 2014-2018.
La première réunion sera l’occasion de faire le point sur les différentes thématiques abordées et les écritures concernées.
Pour toute information complémentaire, contacter carole.roche-hawley@cnrs.fr
Écriture, pouvoir et légitimité : voies et impasses 
Écritures étudiées et participants de la composante Mondes sémitiques (la liste n’est pas fermée, nous espérons de nouvelles recrues…) : cunéiforme mésopotamien (S. Cluzan [IIIe mil.], F. Ernst-Pradal [Ougarit], C. Roche-Hawley [IIe-Ier mil.]), monde hittite (A. Mouton), cunéiforme ougaritique (R. Hawley et D. Pardee, H. Rouillard-Bonraisin), écritures linéaires ouest-sémitiques (B. Sass), nabatéen et proto-arabe (L. Nehme), paléohébraïque de Qumrân (M. Gorea, D. Stökel), sud-arabique (I. Gajda et M. Arbach), syriaque (F. Briquel Chatonnet)
Les systèmes d’écriture empruntent diverses voies : écriture monumentale, écriture usuelle, « cursive », ou encore cryptique. Le projet présenté ici se propose d’explorer ces trois aspects de l’écriture et l’usage politique ou culturel qui en est fait.
L’écriture monumentale est parfois archaïsante ou conservatrice. On peut dès lors s’interroger sur la période à laquelle ceux qui les ont utilisées faisaient référence, quelle connaissance réelle avaient les anciens du dévoloppement de leur écriture et quelle est la part d’historicité (basée sur un véritable savoir transmis) ou de fantaisie archaïsante ? Et comment se faisait la transmission de ce savoir si tel est le cas ? Enfin, on peut penser que le but de ce choix d’une écriture archaïsante était de prêter une autorité au texte véhiculé, le rendant vénérable et légitime. Est-ce bien le cas ? Pouvait-il y avoir d’autres motivations ?
À certaines périodes c’est, au contraire, une écriture « moderne », ou une forme cursive, qui est choisie pour des inscriptions monumentales, des manuscrits formels ou encore la glyptique. Nous tenterons d’étudier certains de ces choix et la façon dont ils ont pu être perçus.
 Parfois, ce sont de nouvelles écritures ou de nouvelles normes qui s’imposent (même très brièvement) donnant elles aussi une certaine légitimité (affirmation d’une identité, d’une différence, etc.).
Ces innovations techniques sont présentées ou même commanditées par certains pouvoirs en place et en partie favorisée par les érudits locaux. Il conviendra de déterminer suivant quels processus ces nouvelles écritures sont imposées, qu’elles constituent de nouvelles voies ou des impasses.
Enfin, le troisième volet qui sera développé est – au contraire d’une écriture monumentale particulièrement visible ou d’une écriture identitaire – l’emploi d’écritures cryptiques, codes, etc. dans le but de restreindre le nombre d’initiés.
Toutes ces utilisations de l’écriture pour affirmer un pouvoir, une légitimité ou exclure des non-initiés feront l’objet du projet proposé ici. Mais celui-ci n’est pas défini de façon close. L’approche, élaborée dans le cadre des écritures sémitiques, peut être enrichie par une question suscitée par un autre corpus de référence.

Sterenn Le Maguer-Gillon

Archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et du commerce dans l'océan Indien, vacataire à l'Institut catholique de Paris et à l'Université Rennes 2.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search