Journée d’étude: « Le faux, le simulacre et la copie. Islam VIIe / XXe s. », 14-15 nov. 2013, EHESS (Paris)

Documents et Histoire. Session III.
« Le faux, le simulacre et la copie. Islam VIIe / XXe s. »

Présentation

Ces journées d’étude constituent le volet III de la série « Documents & Histoire ». Le volet I (2008) couvrait une période s’étendant du VIIe au XVIe s. Le volet II (2011) était consacré à la « Materia medica : matériaux à valeur documentaire de médecine ancienne et médiévale ». Le volet I nous a conduits à insister sur l’importance d’une approche totale du document, à insister sur l’introduction pleine et entière de l’analyse des déterminations physiques de l’objet dans l’analyse du document (« Introduction. Qu’est-ce qu’un document ? », A. Regourd (éd.), Documents & Histoire. Islam VIIe-XVIe s., I, EPHE, Genève, Droz).

Le volet III de « Documents & Histoire » part directement de ce constat. Il couvre une période plus large, allant du VIIe au XXe s. et porte sur la problématique du faux, la développant et la déclinant en trois termes : le faux, le simulacre et la copie.

  1. Dans le faux, on place les documents qui ont été intentionnellement créés pour paraître complètement vrais, mais ne le sont pas.
  2. Avec le simulacre, on aborde le cas des objets qui tentent de se faire passer pour ce qu’ils ne sont pas, i.e. vrais, ou bien de rappeler un original tout en ne cherchant pas à être identiques à celui-ci. Ils sont « tout comme » les vrais. On est ici dans la problématique de l’imitation ou de la contrefaçon.
  3. La problématique de « la copie » soulève en tout premier lieu la question des modèles. Ceux-ci concernent aussi bien la calligraphie et l’illumination des manuscrits que les objets épigraphiés.

On ne prétend pas, bien évidemment, avoir épuisé les possibilités…  Les historiens, codicologues, épigraphistes et papyrologues, les archéologues et historiens de l’art sont confrontés à ces différentes questions et ont la responsabilité de décider. Aussi est-il ardemment souhaité que les méthodes ou les procédures utilisées afin de confondre le faux et sortir des difficultés soulevées par le simulacre et la copie soient évoquées. Mais de préférence lorsqu’elles mettent à contribution plus l’objet que le texte pour l’établir.

– Programme

Jeudi 14 novembre

08h30. Accueil des participants

09h00. Mot de bienvenue : Bernard Heyberger, Dir. IISMM

09h10. Introduction
Anne Regourd, organisatrice des Journées
Sophie Yin, musée de la Contrefaçon de l’Union des fabricants

09h20-09h50. Café

09h50-11h50. Session: La fabrique du faux

  • Venetia Porter, British Museum, Londres
    Fake amulets from the Cabinet de Blacas
  • Robert Irwin, School of Oriental and African Studies (SOAS), Londres
    Fakes, Forgers and the Arabian Nights
  • Jan Just Witkam, Leiden University Centre for the study of Islam and Society (LUCIS), Leyde
    The useful frauds of Father Vella

12h00-13h30. Déjeuner

13h30-15h30. Session: Original & copie
Direction de session : Marie-Geneviève Guesdon, Bibliothèque nationale de France

  • Oliver Watson, Khalili Research Centre for the Art and Material Culture of the Middle East, Université d’Oxford, Londres-Oxford
    Problems from the past: interpreting awkward objects
  • Nuria Martínez de Castilla Muñoz, Université Complutense, Madrid
    Les tribulations d’un manuscrit morisque en exil
  • Zeren Tanındı, Sabancı University, Sakıp Sabancı Museum, İstanbul
    On the Fourth Volume of Siyar-ı Nabi (late 18th century)

15h30-16h. Café

16h-18h. Session: Authentification des auteurs

  • Régis Morelon, emeritus, Centre national de la recherche scientifique (CNRS), Paris
    Nouvelle rédaction au XIIIè siècle d’un texte scientifique arabe du IXè siècle
  • Joshua A. Sabih, Dept. of Cross-Cultural and Regional Studies, Université de Copenhague, Copenhague
    Copyright in Medieval Judaeo-Arabic text dissemination
  • Kinga Dévényi, Académie des Sciences, Budapes
    Questionable Authorship: Manuscripts versus Popular Tradition, the case of al-Maqṣūd fī l-ṣarf attributed to Abū Ḥanīfa

19h30. Dîner

Vendredi 15 novembre

08h30-09h50. Session: La fabrique de l’illusion

  • Jean-Charles Ducène, Ecole pratique des hautes études (EPHE), Paris
    Les fausses relations de voyage dans la littérature géographique arabe médiévale : typologie et procédés narratifs
  • Christine Jungen, Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (IIAC, CNRS), Paris
    Le « flou authentique » et ses techniques : originaux, copies et fac-similés

09h50-10h20. Café

10h20-13h00. Session: Les stratégies du faux
Direction de session : Noha Sadek, chercheuse indépendante

  • Ahmad Nazir Atassi, Louisiana Tech University, Ruston
    Early Islamic Genealogies: Imperial Invention vs. Social Reality
  • Sarah Z. Mirza, College of Wooster, University of Michigan, Ann Arbor
    Copies of documents attributed to the Prophet: medieval and modern functions of authenticity
  • Warren C. Schultz, DePaul University, Chicago
    Counterfeits, Forgeries, and Imitations: Problems of Authenticity in Medieval Islamic Numismatics
  • Sabine Saliba, Centre d’études interdisciplinaires des faits religieux (CEIFR, CNRS), Tours
    Actes de fondations pieuses waqfs contestés : le cas de la montagne libanaise (XVIIe-XIXe siècles)

13h00. Clôture

13h15. Déjeuner de clôture

 

Date et lieu

du jeudi 14 novembre 2013 à 08h30 au  vendredi 15 novembre 2013 à 13h15

IISMM – Salle Lombard  –  105, boulevard Raspail  –  75006 Paris


Alice KADRI

Agrégée d'Espagnol et docteur en Histoire médiévale (Université de Nantes), elle travaille sur les mudéjars/morisques et la littérature aljamiada (Espagne, XV-XVIe s.).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.