Appel à comm.: « David Ayalon (1914-1998). Une oeuvre d’historien et sa critique », 28-30 mai 2014, Montpellier. (Date limite: 31 déc. 2013)

Appel à communications

David Ayalon (1914-1998). Une oeuvre d’historien et sa critique

Colloque international,
Montpellier 28-30 mai 2014,

Il y a un siècle naissait David Ayalon. Ses travaux sur la société militaire mamelouke, issus d’une thèse de doctorat soutenue en 1946, ont donné en quelques décennies une visibilité sans précédent dans le champ des études islamiques aux Mamelouks — entendus à la fois comme élite politique (celle qui gouverna l’Égypte et la Syrie à la fin du Moyen Age) et comme institution (celle de l’esclavage militaire, qui joua un rôle de premier plan dans les armées de l’Islam pendant près d’un millénaire). L’oeuvre de David Ayalon, poursuivie jusqu’au soir de sa vie dans de multiples directions (l’histoire du Yasa mongol, celle des eunuques dans les cours islamiques), est devenue classique du vivant même de son auteur, reproduite dans plusieurs volumes des Variorum Reprints et largement diffusée via l’Encyclopédie de l’Islam. Elle a donné naissance à de puissants paradigmes historiques : la one-generation aristocracy, le Mamluk phenomenon pour ne citer que les principaux. Elle a fait école, suscitant de nombreux travaux qui ont approfondi les perspectives ouvertes par ses recherches, engendrant également un nécessaire retour critique sur ses certitudes patiemment construites.

La trajectoire historiographique de David Ayalon — le pionnier devenu figure tutélaire —, semblable à celle de tant d’autres historiens majeurs de la seconde moitié du XXe siècle — a cependant suivi une courbe nouvelle ces dernières années, à mesure que les Mamluk Studies se sont affirmées en un champ d’études autonome. Ses principaux paradigmes, la dépendance de sa réflexion à l’égard de certains auteurs, la désuétude de quelques-uns de ses concepts opératoires, n’ont pas simplement été critiqués. Objecter à ses conclusions est devenu comme un préalable à toute réflexion nouvelle sur les objets qu’il avait en son temps abordés.

C’est à ce paradoxe — la centralité critique de l’oeuvre de David Ayalon — que le colloque de Montpellier invite à réfléchir à l’occasion du centenaire de sa naissance.

Les propositions de communication (titre et résumé), en français ou en anglais, devront être envoyées avant le 31 décembre 2013 aux adresses suivantes :
jbcloiseau@gmail.com
mathieu.eychenne@gmail.com

Les communications retenues seront annoncées le 15 janvier 2014.

+ infos:

Appel à comm. Colloque David Ayalon (fr)
Appel à comm. Colloque David Ayalon (en)


Alice KADRI

Agrégée d'Espagnol et docteur en Histoire médiévale (Université de Nantes), elle travaille sur les mudéjars/morisques et la littérature aljamiada (Espagne, XV-XVIe s.).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search