Appel à comm. : « Les Sept Vizirs et les Sept Sages : vers une histoire comparée des textes ? ». Date limite : 15 oct. 2013

Genève, 6-8 novembre 2014

Les Sept Vizirs et les Sept Sages : vers une histoire comparée des textes ?

The Seven Viziers and the Seven Sages: Toward a comparative textual history

Appel à communication

Désireux de mener un travail collectif sur les deux traditions parallèles des Sept Sages et des Sept Vizirs (Le Livre de Sindbâd), travail qui demande la collaboration entre spécialistes de divers horizons, et qui se voudra, par nécessité, transdisciplinaire, les chercheurs qui s’intéressent aux Sept Vizirs et aux Sept Sages sont conviés à participer à un premier colloque/atelier qui aura lieu à Genève le 6-8 novembre 2014. L’enjeu sera de faire le point et de tenter de tracer les voies de recherches futures, collaboratives et interdisciplinaires. Un deuxième colloque est envisagé à Paris en automne 2015. L’appel à communication ci-joint précise les thèmes et les questions qui feront l’objet de la journée d’étude.

Vous êtes invités à soumettre le titre d’une contribution (avec un bref résumé) à Bruce.Fudge@unige.ch etYasmina.Foehr@unige.ch avant le 15 octobre 2013.

Les langues officielles du colloque/atelier seront l’anglais et le français.

Nous ferons tout notre possible pour trouver des subventions afin de pouvoir prendre en charge les frais de transports et / ou de séjour des participants.

Nous sommes à votre disposition pour tout renseignement ultérieur. En espérant pouvoir vous compter parmi nous, nous vous prions d’agréer, chère collègue, cher collègue, l’expression de nos sentiments les meilleurs.

Comité scientifique :

Aboubakr Chraïbi (INALCO, Paris)

Yasmina Foehrs-Janssen (Université de Genève)

Bruce Fudge (Université de Genève)

Karla Mallette (University of Michigan)

Les deux traditions parallèles des Sept Vizirs (ou Sindbâd le Sage) et des Sept Sages de Rome, situées d’un côté et de l’autre d’une ligne de partage plus ou moins théorique entre Orient et Occident, font évoluer, chacune à leur manière, un même schéma narratif.

Un prince, dont l’éducation semble à peine finie, risque d’être exécuté, de la main même de son père. Afin de hâter sa mort, des histoires sont racontées au roi, par une femme intelligente mais infidèle, double sombre de Shéhérazade, argumentant pour que le prince soit exécuté sans délai. Pendant ce temps, les sept vizirs ou sages manœuvrent eux aussi à l’aide de récits mais pour sauvegarder cette fois la vie du jeune homme. Au total, un récit-cadre et des récits encadrés brassant une riche matière dont l’enjeu dramatique a marqué durablement les littératures des deux rives de la Méditerranée.

Les érudits du dix-neuvième siècle, à commencer par Loiseleur-Deslonchamps dans son Essai sur les fables indiennes, Domenico Comparetti (Ricerche intorno al libro di Sindibâd, 1869) et Killis Campbell (Seven Sages, 1907) ont tenté de retracer la généalogie des différentes versions et de percer le mystère de la diffusion de ce roman. Les obstacles qui s’opposent au projet d’une recherche de cette ampleur ont pourtant de quoi décourager les meilleures volontés. La diversité des traditions linguistiques ainsi que des contextes historiques, culturels et politiques dans lesquels les différentes versions ont vu le jour est difficilement maîtrisable. De plus, dans le domaine des études littéraires de l’Occident médiéval et prémoderne, la relative méconnaissance qui affecte ces textes ne simplifie pas la tâche des chercheurs, pas plus que le cloisonnement disciplinaire fondé sur l’assignation des langues vernaculaires à des identités nationales qui caractérise ou du moins a longtemps caractérisé la recherche en littérature.

Pourtant le défi est d’importance et il mérite d’être relevé, dans une perspective transdisciplinaire. Une société savante, la « Seven Sages Society » s’est dédiée depuis plus trente ans à la lourde tâche de fédérer les efforts de recherche et de tenir à jour la bibliographie des études consacrées à cette tradition multiforme. C’est dire que les perspectives de recherche sont riches et variées.

La rencontre scientifique à laquelle les soussignés convient les spécialistes de tous horizons qui s’intéressent aux Sept Vizirs et aux Sept Sages vise à reprendre l’état de la question, en vue de la mise en place d’un éventuel travail collectif.

Où en est aujourd’hui la recherche sur la diffusion des textes ?

Quel est l’état des connaissances sur les textes dans les différentes traditions linguistiques ?

Quels peuvent être les objectifs d’une recherche fédérée ?

Quelles approches méthodologiques faut-il privilégier dans ce contexte ?

Peut-on mettre en place un agenda de recherche cohérent et réaliste ?


Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *