Journée d’étude “Paléographie des écritures arabes (al-Andalus, Maghreb, Afrique subsaharienne)”, 28 nov. 2013, Rabat

Journée d’étude
Paléographie des écritures arabes
d’al-Andalus, du Maghreb et de l’Afrique subsaharienne

Jeudi 28 novembre 2013

Responsable : Mustapha Jaouhari ( musjaouhari@gmail.com)

Journée d’étude avec le soutien du CJB, IEA, Fondation du Roi Abdul Aziz

Présentation

Dans la lignée de la Journée d’étude de l’année dernière (Les écritures des manuscrits de l’Occident musulman, Rabat, 29 novembre 2012), nous nous proposons de poursuivre la réflexion sur les écritures des régions occidentales du monde musulman, à partir de manuscrits datés ou sérieusement datables, pour mieux cerner leurs caractéristiques paléographiques qui n’ont cessé d’évoluer à travers le temps et l’espace. Nous étendons, cette année, le champ de la réflexion aux manuscrits subsahariens et à l’écriture dite sūdānī, en raison de la parenté observée entre celle-ci et les écritures du Maghreb. Ainsi, souhaiterions-nous consacrer cette deuxième Journée d’étude aux écritures des manuscrits de l’Afrique du nord et des contrées subsahariennes, sans oublier l’Espagne musulmane qui en est un des foyers historiques.

Bien que la paléographie arabe soit en plein essor ces dernières décennies, force est de constater les limites de notre savoir et l’étendue de nos incertitudes en la matière. Nous sommes peu informés sur les conditions de la naissance de l’écriture maġribī, vraisemblablement dès le début du IVe/Xe siècle[1]. Nous sommes encore mal renseignés sur ses différents styles employés, par exemple, au Ve/XIe siècle, à Marrakech, à Fès, à Kairouan ou en Sicile. Nos connaissances des écritures arabes de la péninsule ibérique sont loin d’être exhaustives. Nous ignorons pratiquement tout sur la pénétration de l’écriture arabe dans les sociétés subsahariennes. Nombre d’outils de travail nous manquent cruellement. Les manuscrits sūdānī datés ne sont pas répertoriés et les plus anciens d’entre eux remonteraient au XVIe siècle. On peut dire autant des manuscrits datés conservés au Maghreb et ailleurs. Si les deux écritures maġribī et sūdānī partagent nombre de spécificités paléographiques, il n’est pas encore clairement démontré que la méridionale descend de la septentrionale. C’est dire combien il est urgent de procéder à l’établissement des Corpus de manuscrits datés pour chaque bibliothèque patrimoniale. Il est aussi urgent d’établir une nomenclature des écritures maġribī et sūdānī. Cette étape primordiale demandera beaucoup de temps et nécessitera un consensus face aux multiples objections qui féconderont à coup sûr nos débats.

Rappelons que le célèbre article de Bivar (1968)[2] est à la paléographie sūdānī ce que celui de Houdas (1886) est à la paléographie maġribī. Certaines de ses questions fondamentales demeurent encore sans réponse. Les écritures africaines dites ‘ajamī, subissent-elles des influences propres aux langues qu’elles notent ? Y a-t-il une corrélation entre les écritures vernaculaires et les dialectes africains notés par ces écritures ? Les dénominations sūdānī, ifrīqī,aḥrāwī, sūqī, etc. que l’on rencontre dans certains Catalogues de bibliothèque, sont-elles suffisamment claires, appropriées et fondées ? Que peut-on dire des écritures des régions méridionales du Maroc et de l’Algérie, étrangement proches de l’écriture sūdānī ? Quelles sont les spécificités de la culture scripturale de l’Afrique subsaharienne ? Comment peut-on dresser une typologie des écritures sūdānī d’une part et des écritures maghribī d’autre part ?

Ce sont là quelques interrogations qui orienteront les axes thématiques de notre journée. Ce sera également l’occasion de faire le point sur l’état d’avancement de nos travaux personnels relatifs aux écritures de l’Occident musulman en général.


[1] Voir à ce sujet O. Houdas, « Essai sur l’écriture maghrébine », Nouveaux mélanges orientaux, Paris, 1886, p. 85-112. Voir aussi l’excellent article de F. Déroche, « Tradition et innovation dans la pratique de l’écriture au Maghreb pendant les Xe et XIe siècles » in Numismatique, langues, écritures et arts du livre [Colloque de 1996], éd. Par S. Lancel, Paris, 1999, p. 233-246.

[2] A. D. H. Bivar, « The Arabic calligraphy of West Africa », African language Review, 7, 1968, p. 3-15.

Infos:

Lieu  : Institut des Etudes Africaines
avenue Med Ben Abdallah Ragragui – Al Ifrane
Rabat – Maroc

http://www.cjb.ma/icalrepeat-detail/282/2013/11/28/journee-d-etude-paleographie-des-ecritures-arabes-d-al-andalus-du-maghreb-et-de-l-afrique-subsaharienne/63b43bdf9199a26a0a4a99ddc9901a0f.html


Alice KADRI

Agrégée d'Espagnol et docteur en Histoire médiévale (Université de Nantes), elle travaille sur les mudéjars/morisques et la littérature aljamiada (Espagne, XV-XVIe s.).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search