Webinaire : “Écritures cryptées dans l’Orient ancien et médiéval”, en ligne, 4/04/2024 (15h)

Séminaire en ligne sur les écritures cryptées dans l’Orient ancien et médiéval.

Organisation : Carole Roche Ifpo/DAHA – Eugénie Rébillard ifpo/DEAMM

La première séance aura lieu ce jeudi 4 avril de 15h à 17h (heure de Paris)

Elle accueillera Nadir Boudjellal (Inalco) : Analyse arithmologique d’un carré magique des 99 Noms Divins attribué à Aḥmad al-Būnī (m. 622/1225)

Les liens ZOOM sont à retrouver sur le site de l’IFPO : https://www.ifporient.org/ecritures-cryptees/

Présentation :

L’usage d’écritures cryptées peut relever de perspectives différentes. C’est avant tout un moyen de rendre lisible un message au seul initié ou personne autorisée. Si dans certains cas il s’agit de vouloir cacher un message, une information, dans d’autres, le cryptage apparaît comme un savoir d’érudit qu’il convient parfois de protéger.
Dans l’Orient médiéval, des manuels d’administrations et des traités sur les arts de gouverner recommandent de crypter les informations circulantes entre les différents services étatiques ou pour relayer les informations sensibles touchant au domaine militaire. C’était une pratique répandue comme l’attestent de nombreux manuscrits arabes médiévaux aux colophons cryptés ou sur lesquels étaient apposées des inscriptions comprenant des lettres mystérieuses et des formules. Le chiffrage de l’information et son décryptage deviennent l’objet de savoirs techniques dès le début du califat abbasside : les premiers traités en langue arabe consacrés à l’art de chiffrer les messages et de les décrypter sont composés au cours des 9e et 10e siècles. L’intérêt pour la cryptologie s’affirme également dans les milieux littéraires avec l’émergence de la poésie cryptée favorisant ainsi l’émergence d’une cryptologie dite récréative.
Au Proche-Orient ancien, dans les traditions cunéiformes des 2e et 1er millénaire av. J.-C., la cryptographie était affaire d’érudits et de savoir de l’écriture. D’une part, elle permettait aux scribes de montrer leur savoir, leur capacité à manipuler les signes cunéiformes aux nombreuses valeurs logographiques et syllabiques : plus ils étaient compétents, plus ils connaissaient de valeurs rares des signes et plus ils pouvaient « jouer » avec. D’autre part, au 1er millénaire av. J.-C., les scribes mésopotamiens ont vanté l’aspect secret de leur écriture qui ne pouvait être diffusée au non-initié et multiplié l’usage de la cryptographie.
Dans une perspective diachronique, nous proposons de mettre en regard les différentes techniques de cryptage, leurs fonctions et usages, leur théorisation le cas échéant et leur constitution en savoirs.

Prochaine séance : 25 avril 2027

 

 



Citer ce billet
Marianne BRISVILLE (2024, 4 avril). Webinaire : “Écritures cryptées dans l’Orient ancien et médiéval”, en ligne, 4/04/2024 (15h). Diwan. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w5vz

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search