Séminaire 2013-2014: Textes et culture dans l’Islam médiéval (IISMM)

 

Planning en cours de validation

L’historien doit se garder de jamais oublier que les textes sont, avec les matériaux archéologiques, les réalités les plus concrètes dont il dispose, même si ces textes parlent d’événements, de villes, de voyages, de rois ou de rebelles, de tout ce qui fait le plus souvent la matière du récit de l’histoire. Après avoir consacré aux relations de l’ethnie et du pouvoir les trois dernières années de notre séminaire, nous revenons avec les textes et leurs auteurs, sur les conditions de la production de l’écrit – et donc de l’histoire – dans le monde islamique médiéval. Les œuvres y sont souvent gigantesques, encyclopédiques, universelles à partir du XIIe siècle surtout. Cette ampleur tient d’abord à l’inlassable reprise de ce qui a déjà été dit, et qu’il ne faut pas perdre – on a remarqué que l’énorme production de l’époque mamelouke suivait l’anéantissement de Bagdad par les Mongols (1258), et qu’elle visait peut-être à conjurer la menace de l’extermination qui avait un temps pesé sur l’Islam.
Mais dans l’océan de ce qui subsiste depuis les origines de l’Islam, que choisir, qu’ajouter, comment prolonger, comment rester fidèle ? Faut-il rompre, condamner ?  Qu’est-ce qui est digne de l’écrit ? Ibn Battuta de retour à Fès est brocardé par les oulémas andalous, adoubé par le roi Abu ‘Inan qui fait transcrire son récit…par un secrétaire andalou ? Maqrizi, qui écrit l’histoire de l’Egypte, et du Caire avant tout, entend-il tout en reprendre par principe, toute l’histoire hérétique des Shiites Fatimides, tous les crimes des Mamelouks? Peut-on écrire une ville, et non ses maîtres et ses écoles ? Et d’où vient cette étrange nouveauté ? Ibn Khaldûn, résumant le mythe de Sisyphe de l’auteur islamique, toujours mu’allaf – compilateur – explique que l’enseignement exige de résumer pour expliquer, et donc accepter de perdre de la substance au profit de l’intelligence ; que ce résumé seul donne un  sens, malheureusement toujours plus abstrait ; qu’en somme, à mesure que la matière d’un savoir se déplace par l’écrit à travers les générations, on comprend toujours mieux en connaissant toujours moins concrètement.
Nous essaierons donc de suivre les destinées des écritures islamiques, entre fidélité au passé et devoir de transmission, entre évidence du déclin, nostalgie des grandeurs passées et crainte de la disparition.

Renseignements: Julien Loiseau (julien.loiseau@univ-montp3.fr)

http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2013/ue/993/

 


Camille Rhoné

Agrégée d'histoire, titulaire d'une thèse de doctorat en histoire de l'Islam médiéval ("Défendre le territoire en Iran nord-oriental - Khorassan et Transoxiane -, IXe-XIe siècle"), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search