Conférence: JP. VAN STAEVEL, « Nouvelles recherches archéologiques sur le Maroc médiéval : les fouilles d’Îgîlîz, berceau de l’Empire almohade » , 28 juin 2013, Académie des Inscriptions et Belles Lettres (Paris)

Séance du vendredi – 28 juin 2013

Communication de M. Jean-Pierre Van Staëvel, sous le patronage de M. Christian ROBIN : « Nouvelles recherches archéologiques sur le Maroc médiéval : les fouilles d’Îgîlîz, berceau de l’Empire almohade »

Depuis 2009, le programme de recherches franco-marocain intitulé La montagne d’Îgîlîz et le pays des Arghen. Enquête sur l’histoire du peuplement rural dans le Sud marocain au Moyen Âge et à l’époque prémoderne a entrepris l’étude archéologique du site d’Îgîlîz, à une soixantaine de kilomètres à l’est sud-est de Taroudant. Découvert en 2004 par A. Fili et J.-P. Van Staëvel, le site d’Îgîlîz est un haut-lieu de l’histoire du Maroc médiéval. C’est là en effet, sur les hauteurs de l’Anti-Atlas, dernière chaîne de montagne avant le Sahara, qu’apparaît au début des années 1120 le mouvement religieux des Almohades. Conduite à ses débuts par un personnage charismatique, le juriste et théologien Ibn Tûmart, cette révolte tribale et religieuse devait bientôt embraser tout le sud du Maroc, pour aboutir, un quart de siècle plus tard, à la constitution du plus grand empire – l’Empire almohade – que le Maghreb médiéval ait jamais connu. Rapidement marginalisé puis déserté en grande partie, le site fortifié d’Îgîlîz offre la chance unique de pouvoir étudier de larges pans de la vie quotidienne d’une civilisation rurale disparue. Remarquable exemple d’implantation médiévale en milieu de moyenne montagne d’une communauté de dévots voués à la réforme religieuse, il constitue en outre un point d’ancrage particulièrement pertinent pour amorcer une étude historique et archéologique de l’évolution du peuplement rural dans les régions présahariennes du Maroc, et au-delà du Maghreb tout entier. Ce programme archéologique est inscrit au titre des activités scientifiques de la Casa de Velázquez, de l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine (Ministère de la Culture du Royaume du Maroc) et du Centre Jacques Berque à Rabat. Il bénéficie d’une allocation octroyée par le Ministère des Affaires Etrangères et Européennes au titre de la coopération scientifique entre la France et le Maroc, ainsi que de subventions de l’UMR 8167, de l’UMR 5648 et de l’UMR 7209. Il est placé sous la responsabilité conjointe d’Ahmed S. Ettahiri (INSAP, Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine, Rabat), Abdallah Fili (Université Choaib Dokkali, El Jadida ; UMR 5648, Lyon), et Jean-Pierre Van Staëvel (Université Paris IV – Sorbonne ; UMR 8167, Paris).

Mots-clés : Almohades. Ibn Tûmart. Archéologie islamique. Archéologie rurale. Société de montagne.

Date et lieu

Séance publique en Grande salle des séances
A 15h30 précises

Institut de France – 23, Quai de Conti – Paris 6e
Bus : 24, 27, 39, 95
Métro : Odéon (lignes 4 et 10), Pont-Neuf (ligne 7), Louvre-Rivoli (ligne 1)

Info: http://www.aibl.fr/seances-et-manifestations/les-seances-du-vendredi/seances-2013/juin-2013/article/seance-du-28-juin-2013


Alice KADRI

Agrégée d'Espagnol et docteur en Histoire médiévale (Université de Nantes), elle travaille sur les mudéjars/morisques et la littérature aljamiada (Espagne, XV-XVIe s.).

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. MIFDAL dit :

    très remarquable travail fourni par Van staevel,Fili,Ettahiri et collaborateurs (Archéologie et Histoire) ,des travaux fondamentaux levant un peu plus le voile sur une personnalité historique Ibn Toumert à l’origine peut être d’une révolution multidimensionnelle fondamentale et époustouflante dans l’Histoire de l’Humanité .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search