Appel à comm. : “Antiquité(s) et récits arabes : lecture et construction d’une ”pré-Histoire”», Paris (ENS), 15-16/10/2024 (limite : 15 mars 2024)

Organisateurs : Jean-Charles Ducène (EPHE) et Anis Mkacher (CNRS)

Lieu : École normale supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris

Appel à communication

L’historiographie arabo-musulmane qui se forme à l’époque abbasside s’adosse à une vision téléologique de l’histoire, bien que par la suite elle prenne d’autres directions. Néanmoins, comme elle fait de la « révélation » un moment charnière de l’histoire de l’humanité, la période antérieure se voit affublée de la notion de ǧāhilīya ou « ignorance ». Cette dernière, qui concernait à l’origine la période pré-islamique en Arabie, berceau de l’Islām, a fini par s’imposer comme un marqueur historique dans lequel tous les éléments qui concernent les périodes historiques précédentes ont été insérés. Ce trait commun fut, en dépit d’une aire géographique qui n’a cessé de grandir, une manière unanimement utilisée par les auteurs qui ont écrit sur le sujet. Or les chroniqueurs arabes depuis al-Ya‘qūbī jusqu’à Ibn Ḫaldūn et al-Maqrīzī n’ont eu de cesse d’aborder cette période préislamique soit dans un désir d’exhaustivité pour les historiens universels, soit de manière plus locale quand une histographie régionale apparut ou encore relatant les conquêtes lorsque le droit fut convoqué pour justifier des impôts. Certes, quelques textes d’historiens tardo-antiques (Orose, Eusèbe de Césarée, Flavius Josèphe, …) ont été accessibles de manière indirecte et fragmentaire à certains auteurs arabes, mais les sources de ces derniers ainsi que la manière dont ils ont « imaginé » l’histoire ancienne et interprété les vestiges présents dans le paysage restent à globalement à analyser.

Cette rencontre serait l’occasion de revenir sur ces sources narratives et descriptives pour interroger leur interprétation d’un passé qui, parfois, leur était encore relativement proche ou dont les témoignages monumentaux posaient question aux observateurs. Comment ces textes ont-ils été construits et quelles étaient les lectures du passé qui les motivèrent ? Comment l’islam naissant, en tant que système symbolique, a-t-il pu orienter cette écriture ?  L’Etat impérial qui se formait en même temps et qui fut la matrice idéologique des premiers chroniqueurs avant de devenir un souvenir idéalisé a-t-il pu participer à la construction de ces discours ? Y a-t-il des réécritures de l’histoire dans une perspective de refondation politique ? Bien entendu, depuis le XIXe siècle, des études ponctuelles ont déjà apporté des réponses à ces interrogations, mais un colloque thématique serait propice à faire le point sur les textes et les méthodes.

Un premier axe serait l’interprétation donnée aux vestiges préislamiques rencontrés dans la Mamlakat al-Islam et qui aiguisèrent l’imagination, depuis l’Andalus jusqu’à l’Iran, en passant par le Yémen.

En confrontant les données textuelles et les vestiges, nous cherchons à aborder la présence antique sur le sol des régions conquises par l’intermédiaire de deux problématiques principales où les textes pourraient aider les études de terrain. Premièrement, à quel point les témoignages des récits arabo-musulmans sont-ils fiables ? Deuxièmement, dans quelle mesure ces textes sont-ils capables de fournir des données supplémentaires ?

Un second axe suivrait la même logique géographique pour se focaliser en particulier sur les textes relatifs à une région spécifique, à un passé régional particulier, en vue d’analyser leur dimension littéraire et intertextuelle, notamment à partir des pratiques lexicales et étymologiques. Leurs sources étaient-elles seulement écrites – régionales ou pas – ou orales, quid du topos de l’informateur oral ou de l’inscription subitement lue par un indigène ? L’objectif serait bien ici de mettre à jour les processus d’écriture et les motifs qui auraient présidé à l’élaboration consciente ou non de ces textes.

Modalités de soumission

Les titres et résumés doivent inclure le nom complet des auteurs, leur affiliation et leurs coordonnées (adresses postale et électronique, numéros de téléphone). Les propositions de communication d’environ 300 mots sont à adresser aux organisateurs avant le 15 mars 2024 :

jean-charles.ducene@ephe.psl.eu

anis.mkacher@ens.psl.eu



Citer ce billet
selinaltunsoy (2024, 24 janvier). Appel à comm. : “Antiquité(s) et récits arabes : lecture et construction d’une ”pré-Histoire”», Paris (ENS), 15-16/10/2024 (limite : 15 mars 2024). Diwan. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vnxr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search