Soutenance de thèse : J.-Ch. COULON, « La magie islamique et le « corpus bunianum » au Moyen Âge », Paris, 6 juil. 2013

 

M. JEAN-CHARLES COULON – LA MAGIE ISLAMIQUE ET LE  » CORPUS BUNIANUM » AU MOYEN AGE.

samedi 6 juillet 2013
à 14h
Salle D223 A la Maison de la
Recherche, 28 rue Serpente 75006 Paris

 

M. JEAN-CHARLES COULON soutient sa thèse de doctorat :

La magie islamique et le  » corpus bunianum » au Moyen Age.

 

En présence du jury :

M. BOUDET ( ORLEANS )
M. CHEIKH MOUSSA ( PARIS 4 )
M. KALUS ( PARIS 4 )
M. LORY ( EPHE )
MME MAYEUR-JAOUEN ( INALCO )

 

Résumé :

Al-Būnī est une figure centrale dans l’étude de la magie en Islam au Moyen Âge. En effet, son principal traité, le Šams al-maʿārif al-kubrā (Le « grand » soleil des connaissances), est le plus grand
manuel de magie se basant sur le Coran, les beaux noms de Dieu, les invocations aux anges, etc. Malheureusement, à ce jour, cette oeuvre nous est connue à travers des éditions se basant sur des
manuscrits très tardifs, fort éloignés du contenu des manuscrits des oeuvres ayant pu être écrites par al-Būnī : en témoignent les nombreux anachronismes. Aussi, ce travail de recherche propose de faire l’analyse et d’établir une édition critique d’une partie du « corpus bunianum » : le Šams al-maʿārif wa-laṭāʾif al-ʿawārif (Le soleil des connaissances et les grâces exquises) dans sa version courte (la supposée plus ancienne), al-Lumʿa l-nūrāniyya (La lueur luminescente) et d’autres traités qui ont contribué à former le Šams al-maʿārif. L’édition de ces textes correspondant au « noyau historique » de cet immense corpus met en évidence les éléments les plus anciens des oeuvres attribuées à al-Būnī et les
influences ayant contribué à la formation d’une magie islamique, se référant non plus essentiellement à des autorités grecques, indiennes, mésopotamiennes, etc., mais aussi au Coran, à la
tradition prophétique et aux traditions magiques, mystiques et kabbalistiques juives, chrétiennes et musulmanes. Intimement liée aux sphères du pouvoir, cette littérature magique participe également à leur mise en scène et reflète leur évolution.

 

Abstract:

Al-Būnī is a key author in the study of magic in Islamic civilization in the Middle Ages. Indeed, his main treatise, the Šams al-maʿārif al-kubrā (The « Great » Sun of Knowledge), is the most important magic manual based on the Qurʾān, the beautiful names of God, invocations to the angels, etc. Unfortunately, until now, this work has been known to us through editions based on very late manuscripts, very different from the contents of manuscripts of works written by al-Būnī as the many anachronisms point out. In this research, we propose an analysis and a critical edition of part of the « corpus bunianum » : Šams al-maʿārif wa-laṭāʾif al-ʿawārif (The Sun of Knowledge and the Exquisite Graces) in its short version (the supposedly more ancient one), al-Lumʿa l-nūrāniyya (The Luminescent Glow) and other treaties that have been used to write down the Šams al-maʿārif. Editing these texts corresponding to the « historic core » of this vast corpus highlights the oldest parts of the works attributed to al-Būnī and the influences that contributed to the formation of an Islamic magic, referring not only to Greek authorities, Indian, Mesopotamian, etc.., but also to the Qurʾān, the
prophetic tradition and magical, mystical and Kabbalistic Jewish, Christian and Muslim traditions. Closely linked to realms of power, this magical literature also contributes to their splendour and
reflects their evolution.

 

Pour plus d’informations et lire la position de thèse, c’est ici.


Sterenn LE MAGUER

ATER en Archéologie et art islamiques (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), archéologue spécialiste de la péninsule Arabique et des pays du Golfe.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *