Appel à comm.: journée d’étude « La prosopographie », 29 mars 2014, Paris

La prosopographie, une ressource pour l’histoire sociale

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – École doctorale d’histoire (ED 113)
Journée d’études doctorales – samedi 29 mars 2014

Après avoir été longtemps décriée, la prosopographie connaît depuis quelques années un regain d’intérêt qui va de pair avec le renouvellement du champ du social dans toutes les périodes de l’histoire. Des travaux de Benoît Rossignol sur les sénateurs romains à ceux de Paul Boulland sur les militants communistes, de la recherche collective baptisée «opération Charles VI » aux études d’Éric Saunier sur la franc-maçonnerie à l’époque moderne – pour ne citer que quelques exemples récents -, une forte dynamique prosopographique semble à l’œuvre dans de larges pans de l’historiographie contemporaine.

Cette démarche, qu’on qualifiera, à la suite de Claire Lemercier, de «style de recherche » plutôt que de méthode, consiste à rechercher les caractéristiques communes d’un groupe d’acteurs au moyen d’une étude collective de leurs vies. Souvent rapprochée de la catégorie de «biographie collective », elle sert les jeux d’échelle entre l’individuel et le collectif sur lesquels se fonde l’histoire sociale, attentive, dans ses renouvellements consécutifs notamment aux travaux de Bernard Lepetit, aux parcours et aux expériences. Elle permet ainsi de mettre à jour, au sein d’un groupe social préalablement défini, des formes de stratification et de mobilité sociale, des processus de décision, le fonctionnement des institutions. Par l’attention qu’elle accorde à des acteurs sociaux a priori secondaires parce que souvent invisibles, elle décentre le regard de l’historien sur les faits sociaux et permet de révéler des processus qui seraient, autrement, difficilement saisissables.

On se proposera d’interroger la méthode prosopographique et ses usages à l’appui d’éclairages précis dans les quatre périodes. On retiendra les communications attentives au questionnement méthodologique, aux démarches mises en œuvre et à leurs implications quant à l’objet étudié, plutôt que celles qui exposeront un simple exemple de traitement prosopographique de données historiques.

Les propositions de communication sont à adresser avant le 20 juin par courrier électronique à
Pierre-Marie Delpu (pmdelpu@orange.fr) et à
Guillaume Quashie-Vauclin (guillaume.quashie-vauclin@univ-paris1.fr)
.


Alice KADRI

Agrégée d'Espagnol et docteur en Histoire médiévale (Université de Nantes), elle travaille sur les mudéjars/morisques et la littérature aljamiada (Espagne, XV-XVIe s.).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search