Appel à communication – Variantes narratives, sources et fonctions des Mille et une nuits dans l’espace médiéval

Appel à communication pour le colloque international:

 Variantes narratives, sources et fonctions des Mille et une nuits dans l’espace médiéval

12-13 décembre 2013 – Rome

Bibliothèque Apostolique du Vatican
Institut National des Langues et Civilisations Orientales
Projet ANR MSFIMA (2011 BSH3 003 01)

Organisateurs :

Ibrahim Akel (INALCO, Paris) et Delio V. Proverbio (BAV, Rome)

Argument :

Lorsqu’on se penche sur les sources des Mille et une nuits antérieurement aux éditions arabes de Calcutta (1814-18 et 1839-42) et de Bûlâq (1835), on s’aperçoit que la matière narrative liée aux Nuits ou du même genre que les Nuits, qui était en circulation à l’époque médiévale, est d’une richesse qui dépasse tout ce qui a été étudié jusqu’à présent (voir répertoires à paraître des mss arabes, par I. Akel, et des mss turcs, par D. Proverbio). De fait, l’ouvrage des Mille et une nuits s’intègre à un grand ensemble de plusieurs centaines de textes inédits qui relèvent d’un mouvement spécifique de la création littéraire médiévale. Cet ensemble n’appartient ni à la catégorie populaire ni aux élaborations savantes. Il forme une littérature identifiée par Aboubakr Chraïbi (1993, 1998, 2008, …) comme une littérature médiane. Celle-ci a grandement circulé à l’époque médiévale à l’intérieur même du domaine arabe, comme le montrent les manuscrits maghrébins, égyptiens, syriens, …, créant une foule de versions et de variantes, mais elle a circulé aussi de l’arabe vers d’autres langues, vers le turc notamment, avec plus de 20 manuscrits turcs des Nuits attestés, et puis encore vers de nombreuses cultures de l’Europe, laissant sa marque chez des auteurs comme Pierre Alphonse (1062- vers 1140) ou Boccace (1313–1375). Longtemps avant la traduction française de Galland, par exemple, des motifs caractéristiques du récit-cadre des Nuits,  et plus exactement des Cent et une nuits, sont passés en Italie, dans La Novella d’Astolfo de Giovanni Sercambi (1347-1424) et dans le Roland furieux  de l’Arioste (1474-1533).

En somme, trois axes de recherche larges qui concernent une littérature antérieure au XVIIIe siècle et qui débordent naturellement les domaines arabes ou turcs :
–      La matière narrative et sa circulation (partie stable, partie variable, motivations et conséquences des transformations)
–      Les sources textuelles narratives et leur reconstitution (quel ensemble, sur quels critères ?)
–      Les fonctions de corpus narratifs médiévaux (qui produit, qui lit, qui conserve, pourquoi ?)

Modalités de participation :

Les personnes désireuses de participer sont priées d’envoyer le titre de leur communication, accompagné d’un bref résumé à Ibrahim Akel (ibrahimya23@hotmail.com) et à Delio V. Proverbio (proverbio@vatlib.it) avant le 15 juillet 2013.

Les interventions se dérouleront sur 20 minutes suivies de 10 minutes réservées au débat.
Les frais de voyage et de séjour sont à la charge des participants.

 


Camille Rhoné

Agrégée d'histoire, titulaire d'une thèse de doctorat en histoire de l'Islam médiéval ("Défendre le territoire en Iran nord-oriental - Khorassan et Transoxiane -, IXe-XIe siècle"), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *