Appel à contribution: “La littérature arabe dite « tardive » (XIIIe-XVIIIe siècle) : une production décadente”, IFAO. Deadline: 15 sept. 2013

La littérature arabe dite « tardive » (XIIIe-XVIIIe siècle) : une production décadente ?
Appel à contribution

 

La littérature arabe de la fin du Moyen Âge et des premiers siècles de l’époque moderne demeure un domaine presque inexploré. Cette situation est liée en grande partie à l’image négative et aux préjugés qui sont attachés à la littérature arabe postérieure au XIIe siècle, souvent considérée comme privée de tout intérêt. La tradition littéraire arabe est conservatrice et, selon les standards prémodernes, elle a été capable de préserver et transmettre une grande quantité d’informations, grâce aux moyens « technologiques » qu’elle possédait (papier, bibliothèques, etc.). Aux yeux de nombre de chercheurs, en particulier dans le monde arabe, après un âge d’or (IXe, Xe et XIe siècles) et un âge d’argent (XIIe siècle), la littérature en langue arabe, serait entrée dans une phase de décadence, en se limitant à produire des compilations et des exercices de style qui représentent des tentatives non-abouties et sans aucune originalité d’imiter la littérature de l’époque glorieuse. Cela est dû, en partie, au fait que la grande quantité de données préservées, qui ont été réutilisées maintes fois à obscurci l’innovation des auteurs tardifs, qui ont réorganisé, réinterprété et analysé l’ancien matériel.

Nous lançons donc un projet d’ouvrage, publié dans le cadre d’une coopération entre l’AUC et l’IFAO, qui contribue à remédier, au moins en partie, au manque d’intérêt et au déficit d’études qui affligent la littérature arabe, considérée comme « marginale » ou « décadente » à partir du XIIIe siècle.

 

Nous proposons d’aborder cette production littéraire par l’étude d’un ou plusieurs de ces ouvrages selon trois axes problématiques.

1 – La question de la compilation ou de l’innovation de ces œuvres

Il conviendra d’étudier les procédés par lesquels les auteurs « tardifs » ont innové tout en réutilisant du matériel ancien. Comme Katia Zakharia et Hilary Kilpatrick l’ont montré, le contexte dans lequel chaque ḫabar figure, ainsi que l’enchaînement des notices, sont chargés de sens. Dans les citations d’un même ḫabar, les variantes (omissions, rajouts, etc.), bien qu’elles puissent paraître insignifiantes, jouent également un rôle essentiel dans la production du « nouveau ».

2 – Les conditions sociales de la production

Quel type de littérature bénéficiait de l’aval des autorités politiques ? Quelles sont les raisons qui ont amené à la censure de certaines œuvres littéraires ? Jusqu’à quel point cette littérature était « indépendante » ?

 3 – Les conditions sociales de la réception

Jusqu’au XIIe siècle, l’ adab ne s’adressait qu’à une élite de notables et de savants. Comme les études de Th. Bauer le démontrent, à une période plus tardive, on remarque un changement important un changement important. En effet, cette époque est caractérisée par une « démocratisation » progressive du savoir, qui coïncide avec le recul de l’influence exercée par les élites politiques sur la vie littéraire et religieuse.

 

Il est donc demandé que les auteurs fassent spécifiquement référence, dans leurs articles, aux différents éléments qui témoignent de l’innovation et de l’originalité de cette production « tardive » aussi bien qu’au contexte de production (conditions intellectuelles et sociales) et à la réception de ces œuvres.

 

Les études porteront sur des textes inconnus ou peu étudiés, qu’ils soient édités ou manuscrits. Des extraits d’œuvres pourront être cités, sachant que, dans ce livre-ci, il ne s’agit pas d’éditions, lesquelles seront proposées par ailleurs. En effet, parallèlement à cet ouvrage collectif, une nouvelle série de publications, consistant dans l’édition complète de textes inédits, verra le jour à l’IFAO.

 

Les propositions d’articles (titres et résumés d’environ 250 mots) sont à envoyer avant le à 15 septembre 2013 à l’adresse suivante : baldatillier@gmail.com
Elles pourront s’accompagner d’une proposition d’édition de texte, pour la collection concernée.
Les langues de la publication sont les suivantes : français, anglais, arabe.

 

La sélection des propositions sera faite par un comité scientifique qui pourra proposer des infléchissements à la problématique proposée. Les auteurs en seront informés avant le 15 novembre 2013 et les articles correspondants aux propositions retenues devront être envoyés avant le 30 juin 2014. La publication de l’ouvrage étant prévue pour l’hiver 2014-2015.

 

Infos et appel à contribution en anglais : http://www.ifao.egnet.net/actualites/#95


Alice KADRI

Agrégée d'Espagnol et docteur en Histoire médiévale à l'Université de Nantes, elle travaille sur les mudéjars/morisques et la littérature aljamiada (Espagne, XV-XVIe s.).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.