Pour info : Lettre de l’IFAO, déc. 2022

 

Lettre d’information de l’Ifao, décembre 2022

https://www.ifao.egnet.net/newsletters/2022-12/

Décembre 2022

Rubriques : (-) À la Une (-) Dans les médias (-) Quelques questions à Georges Castel…(-) Le carnet de l’Ifao (-) Manifestations scientifiques (-) Rencontres scientifiques (-) Sur la chaîne Youtube de l’Ifao (-) Publications

◼︎ Gouache du village de Gourna par Georges Castel (1973).

 

À la Une

L’année Champollion

L’année 2022 a donné lieu à l’organisation, par l’Ifao et ses partenaires, de nombreuses manifestations consacrées à la célébration du bicententaire du déchiffrement des hiéroglyphes. Plusieurs de ces manifestations ont eu lieu au cours du deuxième semestre. Le 27 septembre, a été inaugurée au Palais Manial l’exposition pédagogique « Code Champollion », dédiée à la figure de l’illustre Figeacois. Cette exposition bilingue, en français et en arabe, réalisée par le Musée Champollion – Les Ecritures du Monde de Figeac, l’Institut National universitaire Champollion d’Albi et l’Ifao, a ensuite été exposée dans une dizaine d’écoles et lycées francophone du Caire et d’Alexandrie. Deux autres expositions ont débuté respectivement les 9 et 11 octobre : « Écrire et conter », dédiée à l’aspect esthétique de l’écriture, a été présentée à la fois à l’Ifao et à l’Institut Français d’Égypte (Ife) ; centrée sur la redécouverte des écritures anciennes, « Déchiffrements », dont le catalogue a été publié par les presses de l’Ifao, a été inaugurée à la Bibliotheca Alexandrina le 10 octobre. Cette dernière inauguration a permis de lancer le colloque international « Les hiéroglyphes au XXIe siècle » (10-13 octobre), organisé par Laurent Coulon, Azza Ezzat, Ahmed Mansour et Chloé Ragazzoli. A cette occasion, une délégation de la ville de Figeac, emmenée par son maire André Mellinger, était présente au Caire et à Alexandrie ; elle a accompagné l’ensemble des participants lors d’une visite de la ville de Rosette, qui a conclu le colloque. Enfin, le documentaire « Le palais des hiéroglyphes, sur les traces de Champollion », a été diffusé à l’Ife le 17 octobre.

◼︎ Visite guidée au Palais Manial de l’exposition “Code Champollion”, réalisée par le Musée Champollion – Les Écritures du Monde (Figeac), pour les élèves des écoles françaises du Caire.

Une activité scientifique soutenue

Parallèlement à ces manifestations générées par la commémoration de la découverte de Champollion, l’Ifao a poursuivi son activité scientifique. L’automne est traditionnellement une période d’intense activité pour les fouilles archéologiques en Egypte. Des retards dans la délivrance des autorisations par la sécurité intérieure pour l’ensemble des missions internationales ou égyptiennes, ont causé l’annulation de sept chantiers de l’Ifao ou retardé certains autres. Avec le soutien du Ministère du Tourisme et des Antiquités (MoTA), dix opérations de terrain ont néanmoins pu se tenir : Tell el-Iswid, Serabit el-Khadim, Tell el-Herr, Kharga, Saqqâra-sud (MAFS), Ermant, Dendera, Meïdoum, Kôm Ombo et Qalat Sheikh Hammam. Parmi les opérations de restauration et de valorisation, on notera la construction, toujours en cours, d’une reproduction du mastaba de Hésyré au Musée égyptien du Caire pour la mise en valeur des panneaux de bois restaurés par le pôle archéométrie de l’Ifao (dir. A. Quiles, I. Ezzat) et l’équipe du Musée égyptien du Caire, avec le soutien de l’Ife.

Les équipes de l’Ifao se sont également mobilisées pour l’organisation des manifestations scientifiques, de formation et de diffusion du savoir qui rythment aussi son activité. Elles ont, notamment, assuré la bonne tenue de pas moins de dix colloques, dont sept se sont déroulés au palais Mounira. En particulier, les désormais annuelles « Rencontres en Archéométrie 2022 » organisées par l’équipe du laboratoire de l’Ifao dirigé par A. Quilès, en partenariat avec le MoTA, ont réuni un public très nombreux dans le grand hall de l’escalier d’honneur, de même que le colloque « Living in the house » qui, autour de la bénéficiaire de la bourse Polish Centre of Mediterranean Archaeology University of Warsaw (PCMA)- Ifao, Fatma Keshk, a permis aux chercheurs d’échanger sur la vie domestique en Egypte et au Soudan anciens.

L’Ifao a accueilli un grand nombre de chercheurs à l’occasion de ces colloques et des autres manifestations s’étant tenues au Caire et ailleurs en Égypte, ou lors de missions dévolues aux travaux menés dans le cadre de sa programmation scientifique. C’est alors que, fait suffisamment rare pour être souligné, les quatre derniers directeurs des études de l’Ifao se sont retrouvés. Le directeur des études, Abbès Zouache, a réuni ses trois prédécesseurs (voir photo ci-jointe), Sylvie Denoix (2005-2013), Nicolas Michel (2013-2018) et Frédéric Abécassis (2018-2021).

◼︎ Conférence plénière du Pr. Tayeb Abbes sur le Grand Musée Egyptien (GEM) qui concluait les Rencontres en archéométrie.

Un nouveau centre d’accueil des visiteurs à Tanis

Le 10 décembre 2022, a été inauguré le nouveau centre d’accueil sur le site de Tanis / San el-Hagar, par le secrétaire général du Conseil suprême des Antiquités (CSA), Dr Mostafa Waziri, Son Excellence l’ambassadeur de France en Égypte, M. Marc Baréty et le directeur de l’Ifao, Laurent Coulon, en présence des députés et des représentants locaux, et de François Leclère, directeur de la Mission Française des Fouilles de Tanis (MFFT).

Ce nouveau centre, conçu par l’agence MADA Architects en collaboration avec le MoTA, est le fruit d’une collaboration entre l’Ifao, le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE), le CSA et la MFFT. Il a été aménagé à l’entrée du site pour servir d’introduction pour les visiteurs, mais aussi pour la communauté locale.

 

◼︎ Vernissage de l’exposition Écrire et conter.

◼︎ Exposition “Déchiffrements” à la Bibliotheca Alexandrina.

◼︎ Séance inaugurale du Colloque international “Gateway to Africa“.

◼︎ Colloque international “Living in the house” organisé en partenariat avec le PCMA.

◼︎ Inauguration du nouveau centre d’accueil des visiteurs du site de Tanis / San el-Hagar.

Vie du Palais

Ces évènements scientifiques ont scandé la vie de l’Institut pendant le deuxième semestre. Le hall et la salle à manger ont dû parfois être réquisitionnés pour accueillir un public venu en grand nombre. Le jardin a accueilli plus d’un déjeuner de colloque, et même des concerts, comme celui de musique électronique organisé à l’occasion de la reprise du cycle ASWAT le 7 novembre.

Quelques changements ont eu lieu parmi les occupants du Palais. Deux nouveaux membres scientifiques sont arrivés en septembre, en remplacement d’Andrea Pillon et de Lorenzo Medini : Marion Claude, égyptologue, étudie la géographie religieuse et le clergé de la province d’Akhmîm entre la Basse Époque et la période romaine ; Simon Connor, également égyptologue, travaille sur les statues de l’époque pharaonique et leurs usages à travers le temps. L’équipe scientifique et de formation de l’Ifao a aussi été renforcée par l’arrivée, en septembre, de Mathilde Prévost. Egyptologue, elle occupe le nouveau poste de chargé des formations à la recherche, créé pour, notamment, renforcer la collaboration de l’Ifao avec le MoTA et les universités égyptiennes.

Enfin, Mathieu Gousse a quitté la direction du pôle éditorial pour prendre la tête du pôle « Rencontres, débats et éditions » de l’Institut du Monde Arabe à Paris. Une soirée d’adieu a été organisée en son honneur le 19 octobre. Sébastien Riault l’a remplacé à partir du 1er décembre.

 

 

Dans les médias

En septembre, Dossiers d’Archéologie 413 a été consacré aux recherches archéologiques les plus récentes menées à Dendara par la mission dirigée par Pierre Zignani (UMR 5060 du CNRS – IRAMAT/LMC). Richement illustré, le numéro revient sur les recherches actuelles sur l’architecture du temple d’Hathor, les efforts de restauration et de mise en valeur de ce dernier par les autorités égyptiennes, mais aussi sur les recherches sur la nécropole pharaonique et les catacombes des animaux aux environs du temenos.

Fin septembre, l’émission Des Racines et des Ailes a consacré un numéro à l’Egypte diffusé sur France 3 sous le titre L’Égypte. Une passion française. Le numéro comprenait une séquence dédiée à l’imprimerie de l’Ifao. (Bande d’annonce, regardez l’intégralité de l’émission en replay sur France.tv)

Le jeudi 6 octobre à 21h, Le palais des hiéroglyphes, sur les traces de Champollion a été diffusé sur France 5. Ce documentaire de 90 min est une plongée au cœur de la Tombe de Padiamenopé et de la mission archéologique TT 33. Il a été réalisé par Patrick Cabouat et produit par Bleu Kobalt avec le soutien de l’Ifao et la participation de ses chercheurs et techniciens. Une projection de la version sous-titrée en arabe par l’Ifao a été organisée à l’auditorium de l’IFE le 17 octobre 2022 et une autre pour les élèves du Lycée Français du Caire en novembre. (Regardez le documentaire en replay sur france.tv)

En novembre, Abbès Zouache a participé aux Rencontres d’Averroès à Marseille et à cette occasion à une émission de radio sur RFI, sur le sujet “Paix et guerres entre les religions”.

Laurent Coulon a donné une interview au magazine Le Point début décembre. Il y revient sur le développement de l’archéologie des sites des marges de l’Égypte par l’Ifao (Le Point. Hors-série n°8 – Les secrets de l’Egypte ancienne, décembre 2022-janvier 2023, p. 17-19. – et sur lepoint.fr – réservé aux abonnés).

Pendant ce semestre, deux événements ont particulièrement attiré l’attention des médias égyptiens : le colloque « Les hiéroglyphes au XXIe siècle », organisé en partenariat avec la Bibliotheca Alexandrina, et s’étant tenu du 10 au 13 octobre (Ahram, Akhbar Al-Youm, Dostor, el-Balad, El-Watan) ; l’inauguration du nouveau centre d’accueil des visiteurs du site de Tanis (Ahram, Akhbar Al-Youm, YOUM7, Masi, El-Watan, Sada el-Balad).

 

◼︎ Dossiers d’Archéologie (n°413) consacré à Dendera.

◼Projection du documentaire Le palais des hiéroglyphes, sur les traces de Champollion au Lycée Français du Caire.

Quelques questions à Georges Castel…

Arrivé à l’Ifao au début des années 1960, Georges Castel en est une des mémoires. C’est pourquoi nous lui avons demandé de livrer par écrit quelques-uns de ses souvenirs, en attendant ceux que Amr Bahgat, chargé de la communication de l’Ifao, a commencé à recueillir dans des entretiens filmés.

1. Comment et dans quel contexte avez-vous commencé à travailler en Egypte et à l’Ifao ?

J’ai découvert l’Égypte à 19 ans, en 1961, alors que j’étais étudiant à l’École des Beaux-Arts de Lyon (section architecture). Le 25 août, je partis de Marseille pour Alexandrie sur le Ionia de la Hellenic Mediterranean Lines, en classe « pont sans nourriture », avec escales à Gênes, Naples et Le Pirée. La traversée dura sept jours, et la visite de l’Égypte, du Caire à Assouan, un mois et demi. Au Caire, je logeai au collège des Salésiens, à Rod el-Farag, le père André Barucq, lui-même Salésien de Lyon, m’ayant recommandé au père L. Odello, directeur du collège. A. Barucq, rappelons-le, était à cette époque professeur d’hébreu à la Faculté catholique de Lyon, et chargé de cours d’égyptologie à la Faculté des lettres de Lyon, en remplacement de François Daumas, qui venait d’être nommé directeur de l’Ifao au Caire. Durant ce voyage, malgré des moments difficiles dus à une chaleur excessive – c’était l’été –, la beauté et le sentiment d’éternité que dégageaient les monuments et la civilisation pharaonique me fascinèrent, à tel point que, rentré en France, je décidai, en plus de mes études d’architecture, de consacrer une partie de mon temps à la civilisation égyptienne, sans oublier pour autant la pratique du hautbois au Conservatoire national de musique de Lyon.

De 1962 à 1964, je poursuivis mes études d’architecture à Lyon et, dans le même temps, assistai aux cours d’égyptologie d’André Barucq, puis de Paul Barguet à la Faculté des lettres de Lyon. Jean-Claude Goyon, lorsqu’il était encore à Lyon, avant d’être nommé au Caire comme pensionnaire de l’Ifao, me faisait également travailler, un ou deux jours par semaine, sur la grammaire égyptienne. En juin 1964, j’obtins de P. Barguet mon Certificat de licence d’égyptologie de la Faculté des lettres de Lyon, et en octobre, je “montai à Paris” pour y poursuivre mes études : d’un côté, architecture à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts, dans les ateliers de P. Lamache, puis de J. Bossu, élève du Corbusier ; et de l’autre, égyptologie à l’EPHE avec J. Yoyotte, et à l’école du Louvre, avec P. Barguet. Durant ces quelques années parisiennes, j’eus la chance (incroyable pour un étudiant d’architecture) de pouvoir loger à la fondation Suisse de la Cité Internationale, boulevard Jourdan, dans le pavillon construit par Le Corbusier.

En 1966, l’Ifao, qui avait besoin d’un architecte pour participer aux premières fouilles des Kellia, retint ma candidature. Je me rendis au Caire, où je restai un mois ; je passai les autres mois sur le site des Kellia avec Jean Jacquet, et à Dendara avec François Daumas. De retour en France, fin mai, je me partageai entre la mise au propre de mes relevés d’architecture des Kellia, et la préparation de mon diplôme d’architecture.

L’Ifao, à cette époque, était presque vide ; n’y logeaient que le directeur François Daumas, le secrétaire général Octave Gayraud (qui occupait l’actuelle aile des archives), Henri Wild, et quelques pensionnaires : Jean-Claude Garcin, Jean-Claude Goyon, Jacques Jarry, les Boyav(aux), les Vial et plus tard, Claude Audebert ; Serge Sauneron, bibliothécaire de l’Ifao, logeait dans les locaux du Centre Culturel qui, à cette époque, appartenaient à l’Ifao ; Bazil Psiroukis dirigeait l’imprimerie, Marcelle Amamdjan (plus tard épouse Desdames) étant sa secrétaire ; Maroun assurait l’intendance des chantiers, et Antoine Khater, les rapports avec le Service des Antiquités.

En 1968, ayant obtenu mon DPLG de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris sur un projet d’aménagement urbain du quartier chrétien de Damas en Syrie, je fus titularisé sur le poste d’« architecte des fouilles de l’Ifao », en remplacement de Clément Robichon qui avait décidé de rester au Soudan avec Michela Schiff Giorgini et Jean Leclant.

En 1979, j’obtins mon doctorat de 3e cycle de la Faculté des lettres de Lyon avec Paul Barguet et Nikita Éliséeff sur le sujet : « Matériaux pour servir à une étude de l’habitat rural et bédouin en Égypte ». Il s’agissait, en fait, de présenter une riche documentation architecturale et ethnologique, réalisée sur les chantiers de l’Ifao pendant une dizaine d’années, auprès des habitants que nous fréquentions, paysans et bédouins, afin de mieux connaître leur habitat, leur mode de vie, et l’utilisation de leurs matériaux de construction (notamment la brique crue), matériaux similaires à ceux que nous trouvions dans les fouilles. Ces connaissances me furent d’ailleurs très utiles en archéologie et, par la suite, en construction, lorsque l’Ifao me demanda de réaliser les maisons de fouille de Dendara, de Balat (voir la photo ci-dessous) et de Douch.

De 1968 à 2007, année de ma mise à la retraite, je fus donc « architecte des fouilles » de l’Ifao. De 2007 à 2016, étant retraité, je fus co-directeur des fouilles d’Ayn Soukhna avec Pierre Tallet. Après quoi, la direction du site passa à Claire Somaglino, Maîtresse de conférences à la Sorbonne. Depuis cette date, j’essaye de combler les retards de mes publications sur divers sites : Gebel el-Zeit, Ouadi Dara, le monastère de St. Marc à Qurnet Mar’ei et le kôm 34 des Kellia.

 

Henein;Nessim

◼︎ Georges Castel.

◼︎ G. Castel avec l’équipe de Douch, à l’intérieur de la forteresse, en 1977. De gauche à droite, plusieurs membres de l’équipe, en particulier : A. Lecler, Sheikh el-Ghafar, M. Abdou, M. Ibrahim et D. Vaillant.

◼︎ G. Castel à l’intérieur du caveau du mastaba de Khentika à Balat avec Fabienne Boinay, Monique Drieux, Dominique Lapernon et un fouilleur égyptien (1991).

 

◼︎ La maison de fouilles de l’Ifao à Balat dessinée par Georges Castel © Ifao / G.Castel, 1993.

2. Pourriez-vous nous citer quelques personnes marquantes que vous avez côtoyées, et en quoi a consisté votre activité pendant toutes ces années ?

Il est bien entendu difficile voire impossible d’énumérer toutes celles et tous ceux avec qui j’ai travaillé, et que j’ai côtoyés parfois le temps d’une ou deux saisons, parfois pendant moins de temps encore.

Parmi les plus anciennes, pensons à André Barucq, Paul Barguet, Nikita Éliséeff, Jaroslav Černy, François Daumas, Antoine Guillaumont, Serge Sauneron, Jean Yoyotte, Mme Posener. Et parmi les plus récentes…. Jean-Claude Goyon, Jacques Jarry, Jean-Claude Garcin, Charles Vial, Claude Audebert.

À de rares exceptions près, je pourrais nommer la plupart des personnes que j’ai côtoyées ou avec lesquelles j’ai travaillé à l’Ifao durant toutes ces années…

 

Quant à mon activité, elle a été d’une grande diversité. Elle a largement consisté en trouver de nouveaux sites archéologiques et de nouveaux documents, susceptibles de faire avancer notre connaissance de la civilisation égyptienne.

3. Et les projets archéologiques que vous avez menés… là encore, pourriez-vous nous en dire quelques mots ?

À Deir el-Médina, entre 1970 et 1975, nous avons travaillé à définir les limites de la concession française au nord et au sud du village, à identifier les tombes de Qurnet Mar’ei sud et à fouiller le monastère de St Marc, sur le versant est de la colline.

Au Gebel el-Zeit, où j’ai travaillé de 1981 à 1986 avec Georges Soukiassian et le géologue Georges Pouit, nous avons découvert un nouveau site minier et ses composantes : galeries de mines (de galène/sulfure de plomb), habitat et sanctuaires…

À Balat (oasis de Dakhla), entre 1983 et 1993, nous avons fouillé le mastaba III de Khentika (daté de l’Ancien Empire) et ses cimetières secondaires. La chapelle et les caveaux du mastaba étant effondrés, il fallait déplacer la chapelle pour pouvoir accéder aux caveaux, les fouiller et les restaurer ; puis il a fallu reconstruire la chapelle à l’identique, pour rendre l’ensemble du monument accessible aux visiteurs.

J’ai aussi travaillé dans le Ouadi Dara, le Ouadi El-Urf et le Ouadi Monqul entre 1989 et 1993. Nous y avons découvert de nouvelles mines de cuivre datant de l’Ancien Empire, des camps de mineurs, et des ateliers de réduction de minerai. Ces derniers comportaient des fourneaux à ventilation naturelle, qui servaient pour la réduction du minerai de cuivre, mais nous ne pouvions alors pas expliquer comment ils fonctionnaient.

À ʿAyn Soukhna, où j’ai fouillé de 2001 à 2016, nous avons découvert un nouveau port égyptien sur la mer Rouge, et ses composantes : des galeries-magasins, des bateaux cousus qui avaient été démontés et rangés dans ces galeries, des fosses à bateaux et des ateliers de réduction du minerai de cuivre importé du Sinaï. Ces dernières structures, que nous avons fouillées avec Pierre Tallet, Grégory Marouard et Philippe Fluzin, nous ont aidé à comprendre, pour la première fois, le processus de la réduction du minerai de cuivre au Moyen Empire.

Enfin, j’ai travaillé entre 2008 et 2011, au Sinaï, sur les sites de Sérabit al-Khadim et de Bir Nasb, avec Pierre Tallet et Damien Laisney. Sur ce second site, nous avons découvert des ateliers de réduction du minerai de cuivre remontant à l’Ancien Empire ; et, pour la première fois, nous avons été capables de comprendre le mode de fonctionnement des fours à ventilation naturelle et la chaîne opératoire du travail du cuivre à cette époque.

4. En quoi consiste votre activité scientifique, aujourd’hui ?

Il me reste à finaliser de nombreuses publications : celles sur les mines de cuivre et les camps de l’Ancien Empire du Ouadi Dara, du Ouadi El-Urf et du Ouadi Manqul ; sur l’architecture du monastère de St Marc à Qurnet Mar’ei et ses transformations ; sur le kôm 34 des Kellia, fouillé avec Jean Jacquet entre 1967 et 1969.

C’est pourquoi je travaille encore à l’Ifao, et je remercie, à cette occasion ses anciens directeurs, Béatrix Midant-Reynes, Laurent Bavay et son actuel directeur Laurent Coulon, de m’avoir toujours permis d’occuper un bureau avec mes archives, et d’accéder à la bibliothèque quand cela est nécessaire. Ma reconnaissance, enfin, va également à mes deux « co-directeurs » et amis de l’Ifao, Georges Soukiassian et Pierre Tallet, sans oublier Laure Pantalacci, ancienne directrice de l’Ifao, qui m’ont toujours aidé, comme referee, à mener à bien cette activité de publication.

Le carnet de l’Ifao

Arrivées

A partir de septembre 2022, les agents suivants ont intégré l’Ifao :

– Marion Claude, égyptologue et spécialiste de la géographie religieuse et le clergé de la province d’Akhmîm entre la Basse Époque et la période romaine, a été recrutée comme membre scientifique.

– Simon Connor, égyptologue et spécialiste de la statuaire, a été recruté comme membre scientifique. Son projet porte sur les statues de l’époque pharaonique et leurs usages à travers le temps.

– Maxence Bailly, maître de Conférences HDR en Archéologie Préhistorique à Aix-Marseille Université, est en résidence à l’Ifao pour une année. Il a rejoint son poste début septembre.

– Mathilde Prévost, égyptologue, a rejoint l’Ifao pour occuper le poste de chargée de la Formation à la recherche nouvellement crée.

– Matjaz Kacicnik, photographe, a rejoint le service photographie en remplacement de Gaël Pollin.

– Sébastien Riault a remplacé Mathieu Gousse à la direction du pôle éditorial.

Départs

– Lorenzo Medini et Andrea Pillon ont terminé leurs mandats de membre scientifique de l’Ifao le 31 août.

– Chloé Ragazzoli, Égyptologue et maîtresse de conférences à Sorbonne Université, a terminé son année de résidence à l’Ifao au cours de l’été.

– Galal Ismaïl a pris sa retraite en octobre 2022.

– Mathieu Gousse, qui dirigeait le pôle éditorial, a quitté l’Ifao temporairement début novembre.

– Gaël Pollin est parti en congé paternité pour un an.

◼︎ Marion Claude

◼︎ Simon Connor

◼︎ Maxence Bailly

◼︎ Mathilde Prévost

◼︎ Matjaz Kacicnik

 

Manifestations scientifiques

 

 

Cycle de conférences : Les rendez-vous de l’archéologie

En partenariat avec l’IFE

 
  • Le 18 septembre 2022, Les rendez-vous de l’archéologie par Matthieu Vanpeene : Karnak au Moyen Empire : Redécouverte et exploration d’un quartier artisanal, en partenariat avec l’IFE [en savoir plus]
  • Le 2 octobre 2022, Les rendez-vous de l’archéologie par Sylvain Dhennin: Les fouilles de Térénouthis/Kôm Abou Billou : une ville et sa nécropole, en partenariat avec l’IFE [en savoir plus]
  • Le 20 novembre 2022, Les rendez-vous de l’archéologie par Guillaume Blanchet & Pierre-Marie Guihard: Contrefaire la monnaie dans l’Égypte romaine du IVe siècle. Retour sur une découverte exceptionnelle : les c. 15000 moules monétaires de Dionysias (Qasr-Qaroun)., en partenariat avec l’IFE [en savoir plus]

 

 

Cycle de conférences : Les conférences de l’Ifao

 
  • Le 4 octobre 2022, Les conférences de l’Ifao par Giuseppina Lenzo: L’écriture hiératique gravée sur la pierre : [en savoir plus]
  • Le 5 octobre 2022, Les conférences de l’Ifao par Chloé Ragazzoli: Retour sur les Late Egyptian Miscellanies [en savoir plus]
  • Le 26 octobre 2022, Les conférences de l’Ifao par Magdi Guirguis: Présentation d’ouvrage : Ibrahim El- Gohari, une biographie égyptienne du XVIIIe siècle [en savoir plus]
  • Le 7 décembre 2022, Les conférences de l’Ifao par Maxence Bailly: L’arc et la plume. Archéologie des représentations prédynastiques d’archers dans le Wadi Abu Subeira, Assouan (Egypte) [en savoir plus]

 

 

 

Cycle de conférences : Midan Mounira

En partenariat avec l’IFE, le CEDEJ et l’IDÉO

 
  • Le 27 septembre 2022, Les conférences Midan Mounira par Henry Laurens: Le passé imposé, en partenariat avec le IFE, CEDEJ & IDÉO [en savoir plus]
  • Le 23 octobre 2022, Les conférences Midan Mounira par Ashraf Sadek: Du copte aux hiéroglyphes : Dans l’ombre de Champollion, le prêtre copte Youhanna Chiftichi, en partenariat avec le IFE, CEDEJ & IDÉO [en savoir plus]
  • Le 30 octobre 2022, Les conférences Midan Mounira par Sylvie Denoix : Atlas des mondes médiévaux musulmans, en partenariat avec le IFE, CEDEJ & IDÉO [en savoir plus]

 

 

 

Séminaire de recherche de l’Ifao

 
  • Le 13 septembre 2022, Le séminaire de recherche de l’Ifao par Fatma Keshk: Open Courtyards in Ancient Egypt: An Ethno-archaeological Study [en savoir plus]
  • Le 25 octobre 2022, Le séminaire de recherche de l’Ifao par Charlène Bouchaud & Clémence Pagnoux: Les paysages végétaux de l’Egypte ancienne [en savoir plus]
  • Le 31 octobre 2022, Le séminaire de recherche de l’Ifao par Sylvie Denoix: Comment cartographier des questionnements historiques ? Possibilités et limites de l’exercice, à propos de l’Atlas des mondes musulmans médiévaux [en savoir plus]

 

 

Cycle de conférences : Égyptologie bi-l-ʿarabī

Organisé en partenariat avec “Al-Makân wa-l-Nâs”
   
  • Le 22 septembre 2022, Egyptologie bil-3arabi par د. ياسمين الشاذلي: تبجيل الأسلاف في دير المدينة [en savoir plus]
  • Le 14 novembre 2022, Egyptologie bil-3arabi par د. أحمد منصور: حجر رشيد وفك رموز الكتابات القديمة [en savoir plus]

 

 

 

Séminaire : “Qira’at”- Reading historical documents from Egypt, Medieval till modern times (سلسلة ندوات قراءآت )

Organisé par Prof. Magdi Guirguis

 
  • Le 15 octobre 2022, Séminaire Qira’ât par Emad Abou Ghazi : Documents and urban development of a medieval city [en savoir plus]

 

 

 

Cycle de conférences et de performances musicales : ASWAT

En partenariat avec le CEDEJ et l’IFE

 
  • Le 7 novembre 2022, ASWAT par Séverine Gabry-Thienpont: Creative process and musical genealogy Electronic music(s) in Egypt, en partenariat avec le CEDEJ & IFE [en savoir plus]

 

Formations

 

Le 1er octobre 2022, Formation par Magdi Guirguis: Reading and analyzing Documents: a training workshop [en savoir plus]

 

Du 2 au 6 octobre 2022, Formation par Florence Albert et Annie Gasse: 6e ACADÉMIE HIÉRATIQUE : À la recherche des richesses littéraires inconnues, en partenariat avec l’ENiM, UMR 5140 – ASM, Université Montpellier 3 [en savoir plus]

 

Du 4 au 5 novembre 2022, Formation par Magdi Guirguis & Malak Labib: Méthodologies de recherche en SHS [en savoir plus]

 

Du 31 octobre au 22 mai 2023, Formation par Mathilde Prévost: Current developments and methods in History and Archaeology of Ancient Egypt [en savoir plus]

 

Du 14 décembre au 31 mars 2023, Formation par Mathilde Prévost, Rania Merzeban, Ahmed Mekawy Ouda & Marion Claude : How to conduct a research in Egyptology, en partenariat avec l’Alexandria University, Faculty of Tourism and Hotels [en savoir plus]

Expositions

 

Le 27 septembre 2022, Exposition par Ifao, Musée Champollion – Les Ecritures du Monde, Figeac et l’Institut National universitaire Champollion, Albi: Code Champollion [en savoir plus]

Du 9 novembre au 31 janvier 2023, Exposition par Ifao, Musée Champollion – Les Ecritures du Monde, Figeac et l’Institut National universitaire Champollion, Albi: Code Champollion – exposition itinérante dans les écoles francophones du Caire et d’Alexandrie [en savoir plus]

  Du 10 octobre au 15 novembre 2022, Exposition par Ifao, IFE & Bibliotheca Alexandrina: Écrire et conter [en savoir plus]
  Le 11 octobre 2022, Exposition par Ifao, Musée Champollion – Les Ecritures du Monde, Figeac et la Bibliotheca Alexandrina: Déchiffrements [en savoir plus]

 

Événements exceptionnels

  Le 17 octobre 2022, Projection de documentaire par Bleu Kobalt Productions avec le soutien de l’Ifao: Le palais des hiéroglyphes, sur les traces de Champollion [en savoir plus]
   


Citer ce billet
Marianne BRISVILLE (2022, 30 décembre). Pour info : Lettre de l’IFAO, déc. 2022. Diwan. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nrvv

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search