« La question de la souveraineté dans l’Inde des sultanats. À la croisée des héritages islamique, persan et indien », 14 mars 2013

Johanna Blayac, chercheuse associé, Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du sud, EHESS, Paris
La question de la souveraineté dans le monde musulman, ou disons dans un premier temps la question de la conduite de la communauté musulmane, s’est posée dès la mort du prophète Muhammad en 632. Elle a notamment déterminé l’opposition première entre les courants chiite et sunnite, dont les normes furent élaborées progressivement. Les successeurs du prophète, littéralement les califes, dans l’acception sunnite, devinrent les garants de la continuité prophétique, mais durent de fait édifié leur pouvoir souverain et leur État en mêlant des héritages divers, puisant en particulier aux pratiques impériales byzantines et perses. En outre, de multiples dynasties apparurent rapidement au sein du califat, qui redéfinirent l’exercice souverain, notamment d’après le pouvoir de l’élite militaire turque. Au milieu du XIe siècle, apparurent ainsi en Orient les premiers sultanats turco-persans, pour lesquels le calife gardait un rôle essentiellement symbolique de légitimation.
Le premier sultanat indien fut fondé à Delhi au début du XIIIe siècle par des généraux esclaves turcs au moment du démembrement du sultanat ghuride et des premières invasions mongoles au cœur du monde musulman, invasions qui allaient mettre un terme définitif au califat abbasside de Bagdad en 1258. Au début du XIVe siècle, la dynastie turco-indienne tughluqide de Delhi, entreprit de conquérir et de centraliser l’ensemble des régions de l’Inde, ce qui donna rapidement naissance à divers sultanats dits régionaux autour de Delhi. Cette présentation s’attachera à montrer les divers héritages mobilisés par les sultans de Delhi et leurs « successeurs » dans les diverses régions de l’Inde, pour représenter et légitimer leur souveraineté, en particulier à travers les programmes épigraphiques monumentaux.
Séminaire ‘Sociétés, politiques et cultures du monde iranien’

Séance du 14 mars 2013, 17h-19h

 
Lieu : Université Sorbonne nouvelle – Paris 3, centre Censier, 13 rue de Santeuil, salle Las Vergnas (3e étage), 75005, Paris.
Organisateurs :

Denis Hermann (CNRS), Fabrizio Speziale (Paris 3 – CNRS), Julien Thorez (CNRS).


Camille Rhoné

Agrégée d'histoire, titulaire d'une thèse de doctorat en histoire de l'Islam médiéval ("Défendre le territoire en Iran nord-oriental - Khorassan et Transoxiane -, IXe-XIe siècle"), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search