Parution : A.-S. Boisliveau et A. Hilali, “Dossier – La récitation dans les premiers siècles de l’islam”, MIDEO, 37, 2022

A.-S. Boisliveau et A. Hilali (dir.) “La récitation dans les premiers siècles de l’islam”, Mélanges de l’Institut dominicain d’études orientales (IDEO), 37, 2022

Ce numéro

Ce numéro du MIDÉO se veut une humble contribution à cette enquête multiforme sur les récitations, au Proche-Orient de la fin du vie siècle jusqu’au ixe siècle de l’ère commune. Celles-ci, telles qu’elles étaient pratiquées, ne se laissent pas appréhender facilement à des siècles de distance, du fait de leur dimension orale et performative. Ce numéro le montre : souvent, l’approche des récitations de cette époque n’est possible qu’indirectement.

Tout d’abord, dans sa contribution « Late Antique Syriac Homilies and the Quran. A Comparison of Content and Context », Paul Neuenkirchen (Paris) procède à une évaluation serrée des liens entre certaines homélies chrétiennes syriaques de l’Antiquité tardive et le Coran. Ces homélies syriaques ne sont pas des récitations liturgiques de type psalmique ou coranique mais plutôt l’enregistrement, édité et aménagé, de textes à dimension exégétique et/ou exhortative, et ayant été prononcés par l’un ou l’autre homme d’Église devant les fidèles — et à l’intention de ceux-ci plutôt qu’à l’intention de Dieu. Cependant la réflexion présentée pose la question du genre premier de certaines parties du Coran — devenu par la suite objet de récitation liturgique en islam — : étaient-elles originellement conçues comme des homélies en arabe ? À qui s’adressaient-elles alors, et avaient-elles été « mises en voix » une première fois avant même leur édition écrite ? Entre autres questions, se pose ici celle des changements de genre et de fonction des textes religieux, la récitation n’étant que l’une d’entre elles.

Ouvrant l’horizon au zoroastrisme, l’article « Sonorous Words: The Prayer and its Recitation by the Followers of Ahura Mazdā » de Mihaela Timuş (Bucarest) présente une enquête sur le dieu Sraoša (ou Srōš). En évaluant les rituels, symboles, concepts et iconographie (dont la peinture monumentale d’Akchakhan-kala, au nord de l’Ouzbékistan) qui lui sont associés, elle montre les liens de cette divinité avec le sacerdoce des prêtres et les rituels de prière et de récitation liturgique des textes sacrés.

L’étude de Simon Pierre (Paris/Beyrouth), « ‘Dis “amen” à la prière du moine !’ : un cas de récitation interculturelle ? », présente ce qui s’apparente à un certain embarras chez les autorités religieuses musulmanes des premiers siècles face à des situations où des croyants musulmans se trouvaient en contact avec des éléments du culte des chrétiens. Sont évoqués des hadiths concernant la possibilité ou non, pour un musulman, d’acquiescer publiquement à la prière de bénédiction prononcée par un moine chrétien. Ici encore, il ne s’agit pas directement de « récitation » entendue comme psalmodie d’un texte considéré comme révélé, mais cette belle étude s’en rapproche, soulignant les problématiques de coexistence d’un culte islamique avec les cultes des religions présentes dans les régions dominées par le nouvel empire arabo-islamique. Ces problématiques ont certainement dû concerner les récitations liturgiques.

Ensuite, certains travaux essaient d’appréhender la récitation coranique à travers les traces plus tardives qui nous en sont données par les textes islamiques du iiie/ixe ou ive/xe siècle. L’article « Sound-History of the Quran. A Study of Mūsā ibn ʿUbayd Allāh ibn Ḫāqān (or: al-Ḫāqānī)’s (d. 325/937) Qaṣīda fī al-Taǧwīd » de Lauren E. Osborne (Walla Walla, WA) concerne une des anciennes œuvres connues à propos de la pratique de taǧwīd. Son analyse, ainsi que la traduction annotée qui l’accompagne, nous plongent dans la complexité et la technicité des modalités orales de la récitation — et de sa mise en voix, son performing. Ces deux textes aident à cerner les transformations, les continuités et les enjeux présents dans les techniques et les modalités de la récitation coranique au ive/xe siècle et probablement avant, et montrent la difficulté d’appréhender la réalité du son de l’époque.

Enfin, le travail effectué par Frédéric Imbert (Aix-en-Provence/Marseille), « Invoquer et réciter : traces d’oralité dans les graffiti des premiers siècles de l’Islam », souligne que celles-ci constituent un témoignage précieux concernant la réalité des conceptions religieuses des voyageurs musulmans qui gravent sur la pierre des prières, des extraits du Coran, et des éléments de poésie lapidaire. Ces trois ensembles d’inscriptions ont probablement fait l’objet d’une mémorisation et d’une certaine oralité, que ce soit lorsqu’ils ont été gravés ou lorsqu’ils ont été déchiffrés par la suite par d’autres croyants — certains graffiti appelant leur lecteur à un acquiescement sous forme de prononciation de telle ou telle formule comme « Amen ! ». L’article mène, entre autres, à une réflexion sur la récitation — et avec elle, la mémorisation — comme moyens de diffusion et de conservation du savoir, même quand (ou a fortiori quand) il s’entremêle avec l’écrit.

En plus du dossier, la contribution « Encore sur Abū ʿImrān al-Ǧawrāʾī et sa profession de foi (ʿaqīda) : nouvelle piste et découverte d’un passage inédit » d’Ilyass Amharar (Aix-en-Provence/Marseille) reprend un article précédent (voir sa contribution dans le MIDÉO 35, 2020, p. 265-300) et offre l’édition princeps et une traduction française d’un passage précédemment inédit de la ʿaqīda de ce savant ašʿarite maghrébin des viie/xiiie et viiie/xive siècles. Il y discute également des recherches récentes sur le sujet qui ont été publiées depuis 2020.

Enfin, à l’occasion de la première visite d’un pape en Irak, Ameer Jaje (Le Caire/Bagdad) documente pour le MIDÉO le voyage historique du pape François en Mésopotamie en mars 2021. Dans sa contribution « Une visite du pape en Irak, lueur d’espoir pour tout un peuple », il exprime son espoir de voir son pays natal trouver bientôt la paix et l’unité. Les rencontres du pape à cette occasion avec des représentants d’autres églises et religions, notamment avec le grand ayatollah ʿAlī al-Sīstānī à Nadjaf, sont présentées comme un signe fort sur le chemin du dialogue et de la fraternité.



Citer ce billet
Simon Pierre (2022, 28 novembre). Parution : A.-S. Boisliveau et A. Hilali, “Dossier – La récitation dans les premiers siècles de l’islam”, MIDEO, 37, 2022. Diwan. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nrv1

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search