Séminaire : C. Aillet, « Une histoire de la dissidence : le kharijisme, ‘troisième branche’ de l’islam », Lyon, 25/01/2022

  • miniature aillet

Séminaire 2021-2022  semestre 2 : “Imaginaires politiques et constructions sociales en Islam médiéval

Une histoire de la dissidence : le kharijisme, « troisième branche » de l’islam

Cyrille Aillet (Université Lyon 2, CIHAM-UMR 5648)

Le séminaire se déroule le semestre 2, le mardi 10-12h du 25 janvier au 19 avril

Lieu : Maison des Sciences de l’Homme, 14 av. Berthelot, Lyon 7e (salle Ennat Léger)

Miniature de la bataille de Ṣiffīn (657), représentant Ali au combat. Cashmire, xixe siècle, Ms. Or. 2936, fol. 186 v, London, British Library.

Des trois branches de l’islam, on connaît généralement le sunnisme et le chiisme. La troisième, le kharijisme, constitue une catégorie beaucoup plus difficile à cerner, mais son image dans les sources majoritaires est celle de la dissidence, voire de la déviance, politique et religieuse. Les Kharijites sont très présents dans la littérature arabe pour incarner un anti-modèle, celui du chaos politique, de la révolte permanente, de l’excès de zèle religieux et dévotionnel. A tel point que leurs leaders, qui défièrent à plusieurs reprises l’Empire omeyyade, puis abbasside, sont dépeints tantôt comme des rebelles insaisissables, tantôt comme des desperados, des bandits de grand chemin ou des fous de Dieu. Nous analyserons et déconstruirons tout d’abord cet imaginaire de la dissidence, qui participe à la construction de cet islam hégémonique que devint le sunnisme au cours des premiers siècles. Occasion pour nous de revisiter quelques récits qui structurent la narration historique en islam : le règne d’Uthmân, calife de la discorde, la bataille de Siffîn, matrice symbolique des trois branches que se reconnaît l’islam, le meurtre d’Ali, qui met en jeu la question du meurtre politique… Les Kharijites ont constitué une nébuleuse dont nous tenterons aussi de cerner les caractéristiques, de comprendre le programme politique et religieux. Mais pour cela, il faudra tenter de passer de l’autre côté du miroir en essayant d’identifier les textes et les témoignages qui documentent ce courant au plus juste. Nous nous appuierons pour cela sur la production écrite des Ibadites, leurs lointains héritiers idéologiques.

Programme
1. 25 janvier : Le kharijisme dans la culture islamique et l’historiographie
2. 01 février : Aux origines de l’architecture sectaire de l’islam
3. 08 février : La succession du Prophète à la lumière du kharijisme
4. 15 février : Les mythes fondateurs de Ṣiffīn et Nahrāwān
5. 01 mars : Le meurtre d’Ali et la question de la violence politique
6. 08 mars : Adam Gaiser (Florida State University) et Enki Baptiste (Lyon 2, CIHAM), Views of the Khārijites: Historiography and Textual Issues (séance en visioconférence, exceptionnellement décalée dans l’après-midi en raison du décalage horaire avec les Etats-Unis) [en anglais].
7. 15 mars : Une nébuleuse de mouvements difficile à identifier
8. 22 mars : Hannah-Lena Hagemann, présentation de son livre The Kharijites in Early Islamic Historical Tradition (2021) [en anglais]
9. 29 mars : Azraqites et Najdites, entre légende noire et faits historiques
10. 5 avril : Lectures kharijites du Coran, avec Ahmed Khelifa (Masterant, CIHAM-Université Lyon 2)
11. 12 avril : Les Ṣufrites, de l’Orient au Maghreb
12. 19 avril : Que doit l’ibadisme au kharijisme ?



Citer ce billet
Simon Pierre (2022, 25 janvier). Séminaire : C. Aillet, « Une histoire de la dissidence : le kharijisme, ‘troisième branche’ de l’islam », Lyon, 25/01/2022. Diwan. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nrqc

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search