Appel à comm. : « Panser et repenser l’œuvre : le concept de restauration », Boulogne-sur-mer, 7/04/2021 (limite : 16 sept.)

Journée d’Étude Jeunes Chercheurs interdisciplinaire « Panser et repenser l’œuvre : le concept de restauration » le 7 avril 2021 intitulée .

  Cécile Rault, Virginie Picot et moi-même sommes doctorantes et appartenons à l’Unité de Recherche H.L.L.I. dans les domaines d’Histoire et de Lettres. Nous organisons une Journée d’Étude Jeunes Chercheurs interdisciplinaire le 7 avril 2021 intitulée « Panser et repenser l’œuvre : le concept de restauration ». Elle se déroulera au Centre universitaire du Musée de l’Université du Littoral Côte d’Opale à Boulogne-sur-mer.

  Cette Journée d’Étude s’inscrit dans la continuité des manifestations scientifiques de l’UR H.L.L.I. et défend la thématique de la sauvegarde et de la valorisation du patrimoine en sondant le concept de restauration d’une œuvre.

Date limite : 16 septembre 2020

2021_04_07 — CFP Panser et repenser l’oeuvre. Le concept de restauration

Eu égard à la force sémantique de « restaurer », on interrogera cette notion au regard des œuvres perdues. L’œuvre perdue est à entendre en tant qu’œuvre altérée ou ruinée, à savoir toute œuvre historique ou littéraire ayant subi les sévices du temps et/ou de l’homme. Néanmoins, les œuvres en perdition étudiées doivent impliquer une redécouverte, une métamorphose, voire un total renouveau, en définitive, que l’œuvre perdue ait été pansée au sens presque médical, à savoir réparée, rétablie ou repensée. Il ne s’agit pas de réinvestir les aspects mémoriels, poétiques ou fantasmagoriques que suscitent ces œuvres perdues mais plutôt de les réévaluer à leur juste place et de les penser comme un terrain propice à la sauvegarde du patrimoine culturel et historique. Sans exclure pour autant toute approche relevant du champ de l’histoire de l’art, cette Journée d’Étude centrée sur le concept de restauration d’une œuvre privilégiera les approches historiques et littéraires. Pour plus de détails, se reporter à l’argumentaire.

  Nous avons pensé que le présent appel à communications jeunes chercheurs serait susceptible d’intéresser vos actuels doctorants et post-doc (dans la limite de trois après la soutenance de la thèse).


Marianne BRISVILLE

Agrégée d'Histoire, docteure en Histoire à l'Université Lyon 2 et membre associée du CIHAM, elle travaille sur les pratiques et les discours ayant trait à l'alimentation dans l'Occident islamique (al-Andalus et Maghreb)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.