Soutenance: Fanny BESSARD, « Les Fondements de l’économie urbaine au Proche-Orient, à l’avènement de l’Islam », 17 nov. 2012, EPHE

Mme. Fanny BESSARD soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la direction de M. Jean-Michel MOUTON:

Les Fondements de l’économie urbaine au Proche-Orient,
à l’avènement de l’Islam (IIe-IIIe H./VIIIe-IXe)

EPHE IVe section/Sorbone  (Section Histoire, textes et documents)

Jury :

M. Jean-Michel MOUTON,

M. Hugh KENNEDY,

M. Alastair NORTHEDGE,

M. Jean-Charles DUCÈNE,

M. Olivier CALLOT

Date et lieu:

Le 17 novembre 2012 à 14h
INHA – Salle Pierre-Jean Mariette – 2, rue Vivienne – 75002 Paris

***

Eléments de présentation
(tirés de la page personnelle IFPO de la doctorante/future docteure)

Discipline

Mon sujet s’inscrit dans le domaine des études médiévales et arabes portant sur le Proche-Orient. Mon étude touche autant à l’histoire qu’à l’archéologie, dans la mesure où je participe activement depuis 2007 aux travaux portant sur la réoccupation médiévale de Jérash (Jordanie) dans le cadre de l’Ifpo et de la mission IJP de Copenhague sous la direction d’Alan Walmsley.

Problématique

Au VIIe siècle, les conquérants arabo-musulmans établissent leur domination définitive sur l’espace syro-irakien. Ils découvrent alors une terre marquée par les affrontements entre les Byzantins et les Sassanides, la répétition des épidémies et une succession de tremblements de terre. Ces crises frappent essentiellement les régions d’Edesse, d’Alep, d’Antioche ou d’Apamée et se traduisent notamment par des mortalités importantes et la disparition des activités artisanales et commerciales.

Mais, aux VIIIe-IXe siècles, les premiers balbutiements de l’Etat islamique, au Proche-Orient, s’accompagne d’une reprise des activités économiques. Des centres de production et de commerce, que l’archéologie aide à révéler, s’implantent dans les villes antiques ou neuves. Le but de cette thèse est donc de comprendre dans quelles mesures les Arabo-musulmans, nourris d’une longue tradition de vie urbaine et marchande, ont favorisé l’essor de la vie économique, dans les villes syro-irakiennes, aux premiers siècles médiévaux.

L’intérêt pour l’économie et la ville, aux premiers siècles de l’époque médiévale en Orient, se manifeste dès les années 1930, notamment dans les travaux de H. Pirenne (1937), J. Sauvaget (1941), ou G. Tchalenko (1953). Les historiens affirment alors que les conquêtes arabo-musulmanes sont source d’un déclin, qui s’exprime par le passage de « l’ordre au désordre » dans les cités antiques ou encore par la rupture des échanges économiques trans-méditerranéens. Cependant, après la seconde guerre mondiale, cette thèse d’un « irrémédiable déclin », à l’époque arabe est ébranlée par le développement de recherches archéologiques sur l’Antiquité tardive et les périodes umayyade/abbasside au Proche-Orient : notamment à Pella (R. Smith, A. Walmsley, 1988), Baysæn (G. Mazor, 1993), Ayla/‘Aqaba (D. Whitcomb, 1987), Beyrouth (M. al-Saghir, H. Seeden, 2006), Ascalon (T. Hoffman, 2006) et récemment à Jarash (A. Walmsley, F. Bessard, 2008). Rejetant les thèses de J. Sauvaget et d’H. Pirenne, les archéologues ou historiens défendent alors l’idée d’une lente mutation de la « ville orientale », entre les IVe et VIIIe siècles, reposant sur des causes endogènes : la diffusion du christianisme et le déclin des institutions civiques (H. Kennedy, 1985), la centralisation de la fiscalité (J. Haldon, 2000, Ch. Wickham, 2000, M. Morony, 2004), l’essor de l’économie urbaine à l’époque médiévale visible à travers les vestiges des marchés et des centres de production (R. Foote, 2000, A. Walmsley, 2000) ou encore à travers les découvertes monétaires (Cl. Foss, 1999, N. Amitai-Press, 1999).

L’essor de l’économie aux premiers siècles du monde musulman est donc aujourd’hui un fait que l’archéologie a rendu palpable. Pourtant, notre connaissance des acteurs de l’économie urbaine, des fondements politiques (D. Warburton, 2003, G. Ingham, 2004, F. Bessard, 2007) ou religieux (M. Rodinson, 1977) de la croissance économique, reste très imprécise.


Alice KADRI

Agrégée d'Espagnol et docteur en Histoire médiévale à l'Université de Nantes, elle travaille sur les mudéjars/morisques et la littérature aljamiada (Espagne, XV-XVIe s.).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *