Appel à Com. : “Les représentations paysagères dans les littératures du monde arabe et du Proche-Orient”, INALCO-Paris 3, 5-6/06/2020 (limite : 31 oct. 2019)

Appel à communication : Colloque INALCO-CERMOM, UNIVERSITÉ SORBONNE NOUVELLE PARIS 3-CEAO à Paris, les 5-6 juin 2020, consacré au thème :

Inalco

Les représentations paysagères dans les littératures du monde arabe et du Proche-Orient

Ce colloque a donc pour ambition de rassembler des chercheurs en littérature arabe mais également en littérature hébraïque, persane et turque d’époque médiévale et moderne autour des thématiques suivantes : — Paysage réel et/ou idéalisé; — Les aspects liés à la subjectivité dans la description du paysage; — Symbolisme de la nature et intertextualité large.
 
Organisation : Gianluca Saitta (Paris 3-CERMOM), Brigitte Foulon (Paris 3-CEAO), Luc Deheuvels (INALCO-CERMOM).
 
Date limite: jeudi 31 octobre 2019
 
Nous assistons aujourd’hui à une forte évolution dans la recherche sur les représentations paysagères dans les littératures du Proche-Orient et de la Méditerranée. À la moitié des années 90, Augustin Berque énonçait que pour qu’une civilisation soit dite paysagère il est nécessaire qu’elle regroupe quatre critères : des représentations linguistiques, c’est-à-dire un ou des mots pour dire « paysage » ; des représentations littéraires, orales ou écrites, chantant ou décrivant les beautés du paysage ; des représentations picturales, ayant pour thème le paysage ; des représentations jardinières, traduisant une appréciation proprement esthétique de la nature1. En fonction de cette définition, le philosophe Alain Roger classait la civilisation arabo-musulmane parmi les civilisations « proto-paysagères »2, c’est-à-dire réunissant seulement certains de ces critères par opposition aux civilisations « paysagères » à part entière (les seules à réunir ces quatre critères comme la Chine ou l’Europe après la Renaissance) ou encore à celles « non-paysagères ». Cette définition est en train d’être réévaluée pour le domaine arabo-musulman dont l’étude des représentations paysagères surtout en littérature est restée bien trop négligée jusqu’à présent. Des études récentes se sont largement consacrées à l’analyse de descriptions paysagères complexes et développées, surtout en littérature classique, présentant une nature pluri-sensorielle où plusieurs axes descriptifs sont réunis. Dans cette littérature les éléments constitutifs du paysage se retrouvent ordonnés dans une organisation cohérente qui tient compte de l’axe vertical (végétations arbustives, branches, eaux du ciel etc.) et l’axe horizontal (floraison, parure de la surface terrestre, sources d’eaux etc.), mais aussi de différents sens sollicités : la vue, l’odorat et 

Ces représentations sont le résultat d’une relation profonde entre deux strates, celle de la poésie préislamique (phénomènes atmosphériques, observation des astres, et, plus généralement, du ciel) et celle de l’imaginaire religieux du Coran, à travers un renvoi permanent aux traits du paysage idéalisé du Paradis musulman. Mais très souvent, une troisième strate, réelle et ancrée dans la géographie locale (andalouse, yéménite etc.) se combine et s’entremêle avec les autres. Ces recherches montrent en outre que des images et certains thèmes descriptifs se sont figés au fil des siècles, ce qui explique la pérennité de certaines représentations paysagères dans des zones géographiques éloignées du monde arabo-musulman et du Proche-Orient.
 
Aujourd’hui de nombreux questionnements s’offrent aux chercheurs en littérature dans le domaine du paysage, par exemple l’interaction entre paysage réel et/ou idéalisé, la place accordée à la subjectivité et aux sentiments dans la relation homme-paysage ou encore la portée symbolique accordée à la nature dans ces représentations paysagères. Par ailleurs, si quelques études ont été menées en littérature classique ou postclassique, il serait intéressant de voir comment ces thématiques ont évolué et ont été exploitées dans la littérature arabe moderne et contemporaine.
Dans cette perspective, il serait également souhaitable de considérer la place accordée aux représentations paysagères dans les littératures des aires voisines du monde arabe (civilisation hébraïque, persane et turque) qui pourraient de ce fait enrichir ce type d’analyse étant donné la proximité linguistique, culturelle et historique.
 
Ce colloque a donc pour ambition de rassembler des chercheurs en littérature arabe mais également en littérature hébraïque, persane et turque d’époque médiévale et moderne autour des thématiques suivantes :
 
  1. Paysage réel et/ou idéalisé : Les textes littéraires (poésie et prose) offrent des représentations paysagères qui renvoient souvent au milieu géographique réel dont elles émanent. Ils présentent également dans de nombreux cas une nature idéalisée et idyllique en déclinant des thèmes présents dans une littérature antérieure et/ou dans l’imaginaire, en particulier religieux (représentations paradisiaques). Les communications essaieront d’analyser cette double facette, entre réalisme et idéalisme dans les représentations paysagères, en montrant la permanence de certains thèmes et images. 
  2. Les aspects liés à la subjectivité dans la description du paysage : Un autre aspect concerne l’univers des sentiments et de la subjectivité dans les représentations paysagères. En effet, le paysage peut exercer des effets sur le spectateur qui contemple la nature et susciter des sentiments divers (admiration, stupeur, émerveillement, peur etc.). De ce fait le paysage n’est plus quelconque, il devient un espace « singulier » filtré par le sentiment du spectateur. Cet axe prend en compte le domaine de la subjectivité et de l’appréciation esthétique dans les représentations paysagères.
  3. Symbolisme de la nature et intertextualité large : La nature et certaines espèces naturelles ont été toujours porteuses dans les cultures du Proche-Orient et de la Méditerranée d’une signification symbolique, cela est évident dans la littérature mais aussi dans l’iconographie ancienne (arbre de vie, palmier, vigne etc.). Leur présence dans la littérature paysagère n’est pas uniquement descriptive et elle acquiert une fonction symbolique porteuse souvent d’un sens appelant un deuxième niveau de lecture. Par ailleurs, certains textes ont parfois recours aux espèces naturelles pour aborder de manière allégorique ou cachée des questions d’ordre géopolitique, culturel, religieux ou idéologique. Cet axe vise à traiter de la dimension symbolique des espèces naturelles dans les littératures anciennes et modernes considérées dans une intertextualité large.

Les propositions de communication (environ 300 mots) devront parvenir avant le 31 octobre 2019 et comporter le nom, la fonction et le centre de rattachement de l’auteur. Les frais de transport ou de séjour sont à la charge des participants ou de leurs équipes de recherche. 

Langues de communication : français, arabe, anglais.
 
Comité scientifique : Michele Bernardini (Université L’Orientale-Naples), Sobhi Boustani (Inalco), Anna Caiozzo (Université Bordeaux-Montaigne), Elisa Carandina (Inalco), José Costa (Paris 3), Luc Deheuvels (Inalco), Eve Feuillebois-Pierunek (Paris 3), Brigitte Foulon (Paris 3), Timour Muhidine (Inalco), Monica Ruocco (Université L’Orientale-Naples), Gianluca Saitta (Paris 3).
 
Contact :
Gianluca Saitta (Paris 3-CERMOM), gianluca.saitta@gmail.com
Brigitte Foulon (Paris 3-CEAO), bfoulon14@gmail.com
Luc Deheuvels (INALCO-CERMOM), luc.deheuvels@inalco.fr
 
Bibliographie indicative : 

  • Caiozzo Anna, Images du ciel d’Orient au Moyen Âge, Paris, Presses universitaires de la Sorbonne, collection Islam, 2003. 
  • Caiozzo Anna, Paysages et utopie, Presses universitaires de Valenciennes, 2018. 
  • Caiozzo Anna, « Arbre de vie, arbre de mort : quelques remarques sur le zaqqûm dans le Ms. B. n. F. Turc 190 », Revue de la Renaissance, Tours, 2006, p. 73-88. 
  • Deheuvels Luc, « D’arbres et de lunes : parcours intertextuel dans la littérature arabe d’après 1967 », Intertextuality in Modern Arabic Literature since 1967, edited by Luc Deheuvels, Barbara Michalal-Pichulska and Paul Starkey, Actes du colloque de l’EMTAR (7-10 mai 2003), Durham University, 2006, p. 32-43. 
  • Filliozat Pierre-Sylvain et Zink Michel (éd.), L’arbre en Asie, Actes du colloque international organisé par l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, la Société asiatique et l’INALCO, à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres et à l’INALCO les 8 et 9 décembre 2016, 2018.
  • Foulon Brigitte, La poésie andalouse du XIe siècle. Voir et décrire le paysage, étude du recueil d’Ibn Ḫafāǧa, Paris, L’Harmattan, 2011. 
  • Hallaq Boutros (éd.), La poétique de l’espace dans la littérature arabe moderne, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2002. 
  • Latiri Lamia, « Qu’est-ce que le paysage dans la culture arabo-musulmane classique ?», Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Épistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 196, mis en ligne le 16 octobre 2001. 
  • Miquel André, La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du XIe siècle, Paris, Mouton éditeur, 1980. 
  • Miquel André, Du désert d’Arabie aux jardins d’Espagne, Paris, Sindbad, 1992. 
  • Saitta Gianluca, Les maqāmāt/munāẓarāt paysagères au Yémen à l’époque postclassique et la question de leur généricité, thèse de doctorat INALCO, Paris, 2017. 
  • Töelle Heidi, Le Coran revisité. Le feu, l’air et la terre, Damas, Institut français, 1999.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.