Cours public Mazier 2013, « Proches-Orients », Univ. Rennes 2, Saint Brieuc

Ce thème de conférences avait été envisagé bien avant que ne débute ce que les choses et les mots ont fini par désigner comme un « Printemps arabe ». L’actualité lui donne plus de sens encore. De fait, cet autre printemps des Peuples rappelle « 1848 » par bien des traits : surrection d’une société civile étouffée par des décennies de révolution conservatrice ; aspirations à la séparation des pouvoirs ; conflit entre réveils religieux et émancipations laïques ; libération de la citoyenneté et de l’individualité contre les structures de la communauté (umma en arabe) ; accession des femmes à la parole politique ; rejet d’une stabilisation factice incarnée par l’Europe des Congrès au XIXe siècle, la Ligue arabe aujourd’hui, le tout sur fond de modernisations techniques (la première industrialisation au XIXe, la révolution numérique aujourd’hui) ; la Syrie a enfin quelque chose du tragique de la Grèce ou de la «  pauvre Pologne » des années 1820-1830. Ces grandes crises de rupture et de modernité sont dans l’ordre des choses. Et, justement, la modernité a pendant deux millénaires plutôt baigné les rives orientales ou méridionales de la Méditerranée que son septentrion.

Pour comprendre ces états de faits, mais aussi nous aider à saisir la fascination mêlée parfois d’inquiétude de l’Occident pour ces Proches orients, six historiennes vont interroger la longue durée en insistant tout particulièrement sur des lieux ou des moments qui occupent une grande place dans nos systèmes de représentations (et bien souvent nos idées reçues).

 

Patrick Harismendy
Professeur d’histoire contemporaine
Université Rennes 2

 

Programme

 

Mercredi 16 janvier 2013 / 18h15

L’Égypte et l’Occident méditerranéen.
Contributions récentes de l’archéologie aux interactions commerciales et culturelles

Pascale Ballet, Professeur d’Histoire de l’art et Archéologie de l’Antiquité, Université de Poitiers

L’Égypte a souvent été considérée comme un monde à part, coupé des grandes aires culturelles qui l’entourent et a fortiori de l’Occident méditerranéen. La conquête d’Alexandre de Grand a pour conséquence l’intégration de l’Égypte dans le concert des royaumes hellénistiques, et la défaite d’Actium l’insertion de la vallée du Nil dans l’Empire romain. En regard des stratégies politiques qui ont modelé les nouveaux visages de l’Égypte hellénistique et impériale, des recherches récemment menées sur les échanges commerciaux et culturels, voire même technologiques, mis en lumière par l’archéologie, renouvellent la connaissance des relations existant entre l’Égypte et l’Occident méditerranéen et suscitent de nouveaux débats.

 

Mercredi 30 janvier 2013 / 18h15

Entre Orient et Occident, les origines de Madrid

Christine Mazzoli-Guintard, Maître de conférences habilitée à diriger des recherches, Histoire du Moyen Age, Université de Nantes

Dans le vieux Madrid, derrière la cathédrale, le visiteur d’aujourd’hui se trouve face à deux lieux de mémoire qui renvoient aux origines de la ville : l’un est une imposante statue de pierre blanche, figure hiératique de la Vierge de l’Almudena, la patronne de Madrid, qui symbolise les origines chrétiennes de la ville, origines légendaires toujours fortement ancrées dans les mentalités collectives. L’autre lieu de mémoire est une discrète plaque de rue émaillée, portant l’inscription « Parc de l’émir Mohamed I », placée à une certaine distance des vestiges de la muraille d’époque islamique, vestiges découverts dans les années 1950, fouillés dans les années 1970 et récemment restaurés. Ces deux lieux de mémoire renvoient ainsi à deux récits des origines qui s’entremêlent et dont il convient de dérouler les fils, entre invention d’une mémoire chrétienne et présence de traces islamiques, vestiges matériels et sources textuelles arabes. L’historiographie de la fondation de Madrid, le récit des origines de la capitale espagnole, a en effet suivi des chemins bien sinueux, reflets d’une origine islamique qui a peiné et qui peine encore à se faire entendre.

 

Mercredi 13 février 2013 / 18h15

Les croisades vues d’Orient : découverte et représentations de l’Autre

Anne-Marie Eddé, Directrice de recherche au CNRS (Institut de recherche et d’histoire des textes)

Lorsque débute la Première Croisade (1097-1099), les deux mondes, l’oriental et l’occidental, se connaissent déjà grâce aux pèlerinages, aux marchands et aux voyageurs, mais restent profondément étrangers à la culture et à la religion de l’Autre. L’installation des Francs dans la région, par-delà la violence des conflits militaires, ne manqua pas de susciter des réactions diverses de la part des populations locales, qui oscillèrent selon les époques, les circonstances et les hommes, de l’hostilité déclarée à l’estime — parfois même à l’admiration —, en passant par l’indifférence ou l’incompréhension. Les Orientaux ont-ils compris la signification des croisades en Occident ? Ont-ils partagé des valeurs communes avec leurs agresseurs ? En quoi leur système de représentation des croisés a-t-il influencé leur comportement sur le terrain ? Il ne fait pas de doute que les réponses à ces questions permettent d’éclairer certains aspects de l’histoire complexe des relations entre Orient et Occident.

 

Mercredi 6 mars 2013 / 18h15

Les chrétiens d’Orient de l’époque ottomane à nos jours

Chantal Verdeil, Maître de conférences à l’INALCO

Le sort des chrétiens d’Orient inquiète en Occident : après l’unanimisme des débuts des révolutions arabes, les élections ont porté au pouvoir des partis qui se réclament de l’islam politique et semblent menacer l’existence de ces communautés. Les chrétiens n’ont-ils de choix qu’entre une vie de citoyens de seconde zone et l’émigration ? Pour évoquer ces questions, cette conférence invite à suivre l’histoire de ces communautés au cours des deux derniers siècles, de la fin de la période ottomane à nos jours. Elle propose aussi une réflexion sur l’expression « chrétiens d’Orient », qui traduit peut-être moins une réalité orientale que la façon dont les Occidentaux regardent le Proche et le Moyen-Orient.

 

Mercredi 20 mars 2013 / 18h15

Penser le Harem sultanien et la place politique des femmes dans une histoire islamique (XVIe -XIXe siècle)

Jocelyne Dakhlia, Directrice d’Études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales

Cet exposé se propose de poser quelques jalons pour une réflexion sur le rôle des femmes dans la sphère politique à partir du cas du Maroc et de l’empire ottoman, notamment. Il révèlera à cet égard des écarts profonds entre représentations occidentales du Harem et perceptions locales de cette réalité tout en confirmant que cette question des femmes s’inscrit au cœur de l’interaction des sociétés d’Europe et  d’Islam. Il s’agit aussi d’en interroger les évolutions au fil du temps.

 

Mercredi 3 avril 2013 / 18h15

Qu’est-ce qu’un « nationalisme religieux »: le cas de la Palestine

Nadine Picaudou-Catusse, Professeur émérite à l’université de Paris1 Panthéon-Sorbonne, spécialiste de l’histoire contemporaine du Moyen-Orient arabe.

Il s’agira de s’interroger sur le paradoxe de la notion de « nationalisme religieux » , dans la mesure où le triomphe des nations a le plus souvent accompagné la sécularisation du lien social, mais de le faire sur le terrain spécifique de la Palestine. On rappellera d’abord le contexte de ceux que certains nomment la « réislamisation » de la question de Palestine au cours des années quatre-vingt avant de réfléchir aux modes d’articulation du politique et du religieux sur le terrain palestinien contemporain (combat national et réarmement moral; sacralisation du territoire; place de la figure du martyr)…

————

Infos pratiques:

De janvier à avril 2013
A partir de 18h15, amphi 5, campus Mazier (Saint Brieuc)

Les conférences sont suivies d’un débat avec la salle d’environ 30 minutes
Gratuit (dans la limite des places disponibles)

http://www.univ-rennes2.fr/service-culturel/cours-public-mazier-programme-conferences


Alice KADRI

Agrégée d'Espagnol et docteur en Histoire médiévale à l'Université de Nantes, elle travaille sur les mudéjars/morisques et la littérature aljamiada (Espagne, XV-XVIe s.).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.