Bourse mobilité de l’ICMA (New-York) pour « Looking across the Atlantic » (limite : début mai 2019)

L’International Center for Medieval Art de New York, co-organisateur de la manifestation, met à disposition de masterants et de doctorants en histoire de l’art médiéval et byzantin, histoire de l’architecture et archéologie, des bourses couvrant l’intégralité de leurs frais de transport et, si nécessaire, d’hébergement, pour venir assister au colloque qui se tiendra le 12 et 13 juin 2019, à l’INHA (Paris).

Looking across the Atlantic : circulations d’idées entre la France et l’Amérique du Nord en art médiéval

Date limite : 10 mai approximativement

Les interventions du colloque, à la forte ambition épistémologique et pédagogique, porteront sur l’historiographie franco-américaine en art médiéval depuis les années 1980. Quelle fut l’influence sur la production française des Cultural Studies, du Linguistic Turn, du New Historicism, des Gender Studies, de l’Animal Turn, ou encore du Material Turn ? Les Digital Studies et en particulier les restitutions architecturales 3D ont-ils irrigué la recherche la plus récente et comment ? Et du côté américain, au-delà de la French Theory, comment furent intégrés outre-Atlantique les apports de l’histoire des sensibilités, de l’anthropologie historique, mais aussi les travaux sur l’ornement et la sérialité, sur les rapports entre art et liturgie ? Et qu’en est-il du modèle des laboratoires interdisciplinaires de médiévistique et de l’apport de la muséologie et de l’archéologie ? Ces influences ont-elles affecté les périmètres de recherche – monographies, études régionales, nationales ou transnationales – dans les deux communautés ? Les bases de données respectives ont-elles joué un rôle dans les choix d’objets et dans le traitement de ces derniers ?

Le format des communications présentées lors de ces rencontres sera original. Les chercheurs témoigneront de façon très personnelle sur un moment choisi et précis de leur carrière scientifique, alors que la confrontation de leur objet d’étude ou de leur champ de recherche avec un ou plusieurs point(s) de vue de la tradition historiographique dont ils ne sont pas issus, les a conduits à un renversement de perspective, à une solution méthodologique, à une intelligence singulière ou encore à une curiosité déterminante dans l’élaboration de leur corpus ou de leur démonstration. Par-delà les traditionnelles enquêtes bibliographiques, nous souhaitons donc que soient réintroduits dans l’exposition de la création intellectuelle des intervenants – leur poïétique scientifique –, ces mécanismes émotionnels et dialectiques qui la nourrissent aussi, et se révèlent d’autant plus opérants qu’ils produisent un décentrage.

Les intervenants du colloque seront M.Cohen (UCLA), D. Berné (Musée de Cluny), E. Yota (Sorbonne Univ.), P. Patton (Princeton),  R. Maxwell (NYU),  E. Hamon (Lille), A. Hedeman (Texas U.), X. Barral (Venise), P.O. Dittmar (EHESS), I. Weinryb (Bard C. NY),  A.O. Poilpré (Panthéon-Sorbonne), N. Hermann (Penn U), A. Timbert (Amiens), N. Le Luel (UCO), C. Voyer (Poitiers), L. Weigert (Rutgers U.),  J.M Guillouët (Nantes).


Marianne BRISVILLE

Agrégée d'Histoire, docteure en Histoire à l'Université Lyon 2 et membre associée du CIHAM, elle travaille sur les pratiques et les discours ayant trait à l'alimentation dans l'Occident islamique (al-Andalus et Maghreb)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.