École doctorale : « Microhistoire et histoire sociale », Madrid, Casa de Velázquez, 27-29/03/2019 (limite 21 janv. 2019)

Ecole thématique du 27 au 29 mars 2019 à la Casa de Velázquez, C/ Paul Guinard n°3, 28040 Madrid – España

Microhistoire et histoire sociale : nouvelles approches méthodologiques

Coord. : Francisco ANDÚJAR CASTILLO (Universidad de Almería), Mathieu GRENET (Institut national universitaire Jean-François Champollion, Albi), Anne MONTENACH (Aix-Marseille Université)
Org. : École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), École française de Rome, Universidad de Almería, UMR 5136 (FRAMESPA, Université Toulouse – Jean Jaurès), UMR 7303 TELEMME (Aix-Marseille Université)

Inscription obligatoire
Accéder au formulaire en ligne

Date limite d’inscription : 21 janvier 2019 – 17 h (heure de Madrid)

Présentation : Apparue au tournant des années 1970 et 1980 au sein d’un petit groupe d’historiens italiens, en réaction à une histoire sociale marquée par les modèles structuraliste et fonctionnaliste, la microstoria peut être définie non pas comme une « école » historiographique porteuse d’une méthode unifiée, mais comme une pratique expérimentale de la recherche, caractérisée par des approches variées ayant pour point commun un intérêt pour l’échelle micro. Cette histoire « au ras du sol » (J. Revel) s’est nourrie de l’exploitation minutieuse et extensive de sources et d’indices épars, pour reconstituer, à travers ces traces documentaires, l’épaisseur du monde social, la complexité des itinéraires et des stratégies individuelles et la multiplicité des contextes dans lesquels ils s’inscrivent et qui leur donnent sens. Si certains ont vu dans l’usage des dissonances, des cas limites (« l’exceptionnel normal » d’E. Grendi) le meilleur outil d’appréhension des normes et des relations sociales, d’autres ont au contraire privilégié le jeu fécond sur les échelles d’observation et d’analyse qui fait le pari de la complexité et permet de mettre en lumière « la structure feuilletée du social » (J. Revel). Ce changement d’échelle et de méthode d’analyse a pu enfin s’accompagner, dans la construction même de l’objet de recherche puis dans son interprétation, de choix narratifs innovants, à visée heuristique, relevant eux aussi d’un souci commun de l’expérimentation.

La démarche empirique des micro-historiens a, depuis une trentaine d’années, nourri de nombreux travaux qui font la preuve de son potentiel à la fois descriptif et analytique dans la construction et la compréhension du social. La variation des échelles d’analyse constitue ainsi un outil précieux d’appréhension des tensions entre, d’une part, les ressources et les capacités d’action des individus, et d’autre part, les contraintes de toute nature et les cadres normatifs avec lesquels ils interagissent. Si, de nos jours, l’approche microhistorique peut connaître un recul relatif face à d’autres manières d’écrire l’histoire, ou faire l’objet de malentendus, il n’en demeure pas moins qu’elle continue à questionner la pratique historienne, ainsi que le démontrent quelques études récentes. Une piste méthodologique particulièrement stimulante est ici celle qu’a empruntée Francesca Trivellato dans son expérience d’« histoire globale à échelle réduite », qui réconcilie, à travers une histoire connectée de la Méditerranée au XVIIIe siècle, l’analyse fouillée d’un contexte local chère à la microstoria et l’histoire de la mondialisation des marchés.

Dans ce contexte, l’objectif de cette École thématique est d’interroger à la fois le potentiel et les difficultés méthodologiques liés à la démarche micro-historienne, qu’elle soit menée pour elle-même ou croisée avec d’autres méthodes. Ces journées visent ainsi à dresser un état des lieux critique des apports et des approches suivies depuis une quarantaine d’années par celles et ceux qui ont mis en œuvre, dans leur pratique de la recherche, les propositions analytiques et narratives de la microhistoire. À travers la présentation de travaux récents par les conférenciers et la discussion des recherches en cours des participants (sources, terrains, méthodes), il s’agira également d’éclairer les nouveaux enjeux méthodologiques liés à l’adoption d’une démarche micro-historique en histoire sociale et les possibilités renouvelées de dialogue avec les autres sciences sociales – anthropologie et sociologie en particulier – que cette démarche engendre.

Complément d’informations :

https://www.casadevelazquez.org/index.php?id=5&L=0&tx_cvzfe_news[news_uid]=4005


Marianne BRISVILLE

Agrégée d'Histoire et doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2, membre du CIHAM, elle travaille sur l'alimentation en Occident musulman (Al-Andalus, Maghreb, XIIe-XVe s.)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.