Candidature : bourse à mobilité de l’institut Français de Recherche en Iran (limite : 19 fév.)

Bourses d’aide à la mobilité internationale dans un Institut Français de Recherche à l’Étranger

L’institut Français de Recherche en Iran (IFRI) propose pour l’année 2018 des bourses d’aide à la mobilité internationale destinées :

  • à de jeunes chercheurs, doctorants et post-doctorants inscrits dans un établissement français d’enseignement supérieur ou de recherche,
  • à des doctorants ou jeunes chercheurs iraniens ayant des liens institutionnels avec une université française (cotutelle de thèse, recherches conjointes).

Ces bourses, d’une durée d’un à trois mois, visent à couvrir les frais de transport et de séjour de doctorants (allocation mensuelle de 800 €, à laquelle s’ajoute le cas échéant le remboursement – plafonné à 600€ – des frais de transport) ou de chercheurs détenteurs d’un doctorat, âgés de moins de 35 ans (allocation mensuelle de 1000 € plus, le cas échéant, frais de transport – plafonné à 600 €) et poursuivant des recherches sur le monde iranien.

 

En fonction des disponibilités, les bénéficiaires pourront loger à l’IFRI en s’acquittant des frais de nuitée de l’établissement. Une attention particulière sera portée aux recherches s’inscrivant dans l’un des axes suivants :

  • Histoire, archéologie et patrimoine : histoire sociale, économique et politique de l’Iran de l’antiquité à la période moderne ; études sur les manuscrits, le patrimoine et les textes anciens, historiques, littéraires ou scientifiques ; histoire de l’art ; ces études peuvent aborder les problèmes sous différents aspects : patrimoine écrit ou artistique, préservation de ce patrimoine, études particulières sur des textes ou des objets ou des monuments.
  • Philosophie et islam iranien : études de l’histoire et analyse de Ia pensée philosophique en islam iranien (courants de pensée, histoire des concepts et représentations…), analyse du fait religieux en islam iranien, analyse des doctrines et courants religieux, développer Ia connaissance des modalités de transmission des savoirs.
  • Études urbaines, mobilités et sciences sociales : développer, par des enquêtes de terrain, Ia connaissance de Ia morphologie, de Ia stratification sociale, des activités économiques et culturelles, des réseaux informels, des modes de sociabilité et des sentiments d’identité dans des villes ou des quartiers urbains d’Iran. Étude des migrations, des relations transnationales, des interactions entre communautés d’origine et diaspora et de leur impact. Histoire des mouvements humains.

Modalités : Dossier à renvoyer, accompagné d’un CV, par courrier électronique en un unique document PDF :

Date limite de réception des candidatures : 19 février 2018.
Il est conseillé d’adresser les dossiers bien avant cette date.

Site de l’IFRI :

http://www.ifriran.org/index.php/fr/actualites/aides-a-la-mobilite-scientifique/100-les-aides-a-la-mobilite-scientifique


Marianne BRISVILLE

Agrégée d'Histoire et doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2, membre du CIHAM, elle travaille sur l'alimentation en Occident musulman (Al-Andalus, Maghreb, XIIe-XVe s.)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *