Pour info : Note de service « Dispositions en faveur des enseignants poursuivant une recherche universitaire »

En cette période de rentrée scolaire, une information pouvant, éventuellement, faciliter le travail de recherche et d’enseignement dans le secondaire :

Note de service n°85-295 du 22 août 1985 – cf. BO n°30 du 5 septembre 1985

« Texte adressé aux recteurs.
Dispositions en faveur des enseignants poursuivant une recherche universitaire.

Il arrive souvent que des enseignants en poste dans les établissements scolaires entreprennent ou poursuivent un travail de recherche universitaire, en vue de l’obtention d’un doctorat.
La plupart du temps, ce travail permet à l’enseignant d’accroître ses connaissances et sa maîtrise dans la discipline qu’il enseigne grâce, en particulier, au contact qu’il lui est possible de maintenir avec la science vivante.
A cet égard, la recherche universitaire doit être considérée comme un des moyens importants de la formation des maîtres. Les enseignants engagés dans ces activités participent eux-mêmes à leur propre formation. Il convient de les encourager.
A cet effet, il vous est demandé de veiller à ce que soient prises dans les établissements toutes dispositions susceptibles d’aider les enseignants à mener à bien leur recherche.
Principalement, vous vous assurerez que les chefs d’établissement aménagent l’emploi du temps des enseignants inscrits en thèse de doctorat. Ceux-ci doivent en effet pouvoir participer à des séminaires, disposer de plages de temps assez larges pour avancer la rédaction de leur mémoire, etc. Les chefs d’établissement chercheront donc à leur accorder des aménagements horaires propres à favoriser ces activités : regroupement des heures de service, journées ou demi-journées libres, etc.
Je ne méconnais pas les contraintes qui pèsent sur les chefs d’établissement lorsqu’ils doivent élaborer les emplois du temps. En revanche, les difficultés réelles d’application de ces instructions ne doivent pas être un motif pour ne pas s’attarder à rechercher de manière active les solutions possibles.
Pour sa part, l’enseignant sera tenu de présenter une attestation de son directeur de recherche certifiant qu’il a effectivement engagé le travail pour lequel il demande à bénéficier d’un emploi du temps aménagé.
Le renouvellement de ces dispositions d’une année sur l’autre sera en tout état de cause lié à l’appréciation des résultats acquis.
Vous veillerez personnellement à l’application de ces mesures. »

Liens : http://pedagogie.ac-toulouse.fr/philosophie/spip.php?article151


Marianne BRISVILLE

Agrégée d'Histoire et doctorante en Histoire Médiévale à l'Université Lyon 2, membre du CIHAM, elle travaille sur l'alimentation en Occident musulman (Al-Andalus, Maghreb, XIIe-XVe s.)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *