Projection-débat : « Al-Ghazâlî l’alchimiste du Bonheur », Paris (Inalco), 30/11/2016

Un film d’Ovidio Salazar

Al-Ghazâlî l’alchimiste du Bonheur

Le mercredi 30 novembre 2016 à 18h

Projection-débat à L’INALCO (Institut National des Langues et Civilisations Orientales)

65 rue des Grands Moulins 75013 Paris

 

Métro 14 – RER C : Arrêt ”Bibliothèque François Mitterand”

ENTREE LIBRE

Evénement organisé par l’Association Al-Wissal, avec la participation de l’association El-Médina et les Editions Tasnîm

Présentation du film

Abû Hâmid al-Ghazâlî (1058-1111) est sans doute l’une des plus importantes autorités religieuses et spirituelles de l’Islam. Celui qui fut surnommé Hujjat al-islâm, “la Preuve de l’Islam” a été lu et médité depuis des siècles en terre musulmane. Pourtant que sait-on réellement du cheminement intérieur de ce grand penseur et de son évolution spirituelle ?
C’est précisément parce que l’homme d’aujourd’hui éprouve une certaine difficulté à saisir la personnalité des grands porte-parole de la sagesse et la profondeur de leur message qu’Ovidio Salazar se décida à réaliser ce film où la précision historique ne le cède en rien à la beauté de la reconstitution des scènes. Ces dernières sont entrecoupées de commentaires aussi pénétrants qu’éclairants donnés par quelques uns des meilleurs spécialistes mondiaux d’al-Ghazâlî : T. J. Winter, Seyyed Hossein Nasr, Hamza Yusuf.
Par son talent, le réalisateur a su mettre en parallèle le parcours d’al-Ghazâlî et la soif de l’homme moderne en quête de certitude et de paix intérieure. O. Salazar nous donne ainsi à voir le récit d’une vie qui interpelle l’homme au plus profond de lui-même. Le questionnement sur son époque troublée politiquement et socialement, et son insatisfaction face aux  »savoirs officiels » ne sont pas étrangers au cheminement spirituel d’al-Ghazâlî et à son refus du littéralisme conformiste, lesquels aboutirent à l’écriture de son oeuvre maîtresse : Ihyâ’ ‘ulûm al-dîn, la Revivification des sciences de la Religion. Par cet ouvrage, cet homme de sagesse a ouvert la voie de la profondeur et de l’intériorité à de nombreuses générations : “En résumé, celui dont l’oeil intérieur n’est pas ouvert ne perçoit de la religion que l’écorce et l’apparence, non le fond et la réalité.”
On comprend pourquoi le message d’al-Ghazâlî n’a rien perdu de sa fraîcheur ni de son actualité.

 

 

 

 

Marianne BRISVILLE

Agrégée d’Histoire et doctorante en Histoire Médiévale à l’Université Lyon 2, membre du CIHAM, elle travaille sur l’alimentation en Occident musulman (Al-Andalus, Maghreb, XIIe-XVe s.)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *