Appel à comm: « Détroit(s) : regards croisés sur les représentations de Gibraltar (Antiquité – Moyen Âge) », 11-12 avril 2013, Madrid

L’imaginaire relatif au Détroit de Gibraltar, situé aux confins du monde occidental, chargé de mythes et de merveilleux, peuplé de héros et de monstres, a suscité un nombre impressionnant de recherches. On peut cependant regretter que la plupart de ces études se soient contentées d’adopter une approche très générale, fondée sur la recherche de l’origine et de la transmission de ces légendes et souvent indifférente aux contextes historiques et culturels d’élaboration. En outre, on constate une inégalité du traitement scientifique entre les deux rives du Détroit et entre les périodes envisagées. Ainsi, si la dimension fabuleuse des Colonnes d’Héraclès dans les textes antiques est bien connue, il n’en était pas de même, jusqu’à récemment, des sources d’époque médiévale, en particulier des sources arabes.

Cette rencontre s’inscrit dans un contexte de profond renouvellement scientifique. La prise en compte des sources d’époque médiévale, en particulier, a conduit à identifier des formes de remploi textuel, dont il conviendrait d’approfondir l’analyse à la lumière des avancées récentes sur cette pratique culturelle essentielle. Plus généralement, on assiste à un remplacement de la notion floue d’ « imaginaire » par celle de « représentations », impliquant un certain nombre de déplacements importants. Délaissant l’inventaire massif et indifférencié des mythes relatifs à cette zone, la recherche, attentive à la construction du sens, envisage autant le vécu des acteurs dans leur variété et les processus d’appropriation, que les temporalités croisées et les variations d’échelles. Cette approche plurielle exige d’explorer, en parallèle des sources traditionnelles (géographie, récits de voyage, chroniques, hagiographie), qui demeurent les bases fondamentales de l’étude, des sources souvent négligées, comme la littérature technique, juridique et scientifique ou encore la poésie, pourtant essentielles dans la construction des représentations de cet espace singulier.

Cette première rencontre visera en particulier à interroger l’apparente contradiction d’un espace conçu comme à la fois ouvert et fermé, que reflète bien l’image de la « bouche » à laquelle renvoient les noms et les mots utilisés pour le désigner (grec stoma, latin ostium, arabe zuqâq, thaghr). Lieu de passage, fréquenté de longue date par les habitants des deux rives et par les marins reliant l’Océan à la Méditerranée, le Détroit a été conçu en même temps comme un seuil, voire une frontière, parfois même comme une limite infranchissable. Il conviendra donc d’interroger ces notions afin de comprendre comment cette zone, qui ne marque pas une limite naturelle, fut l’objet d’une construction spatiale, en se montrant particulièrement attentif à l’orientation dans laquelle elle a été élaborée (nord-sud, est-ouest, ou dans les sens inverses) et par conséquent aux déplacements de regard, mais également aux autres espaces auxquels elle est associée par des jeux de miroir ou de symétrie. Afin de recomposer les grandes lignes d’évolution de ces représentations éparses, notre approche s’inscrit dans la longue durée, non pas pour suivre une progression linéaire (du passage à la frontière par exemple), mais en cherchant à reconnaître des étapes, à identifier des moments privilégiés, de façon à contextualiser et à mettre en perspective ces configurations spatiales plurielles, voire contradictoires. L’articulation entre ambitions impériales et représentations spatiales invite par ailleurs à enrichir l’interprétation de cet espace par une relecture politique : quelle place ont réservé les pouvoirs à vocation universelle (Empire romain, califats) à ce lieu encore emblématique de la monarchie espagnole et de ses aventures océaniques ?

Les propositions de communication sont à envoyer (yann.dejugnat@u-bordeaux3.fr, arthur.haushalter@casadevelazquez.org) avant le 31 octobre 2012, avec les coordonnées du contributeur, le titre de la contribution ainsi qu’un résumé d’une demi-page environ. On pourra utiliser le français, l’espagnol, l’anglais, l’allemand ou l’italien.

Infos:

Coord. : Yann Dejugnat (Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3), Arthur Haushalter (EHEHI – Casa de Velázquez)
Org. : École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), Agence nationale de la recherche

Appel à comm: « Détroit(s) – regards croisés représentations Gibraltar » (pdf)


Alice KADRI

Agrégée d'Espagnol et docteur en Histoire médiévale à l'Université de Nantes, elle travaille sur les mudéjars/morisques et la littérature aljamiada (Espagne, XV-XVIe s.).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *